archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Triple lancement à OBORO :
CI/AI / Laboratoire parcellaire / La dérive de l’instant

Louise Boisclair

section cyberculture

Près de six mois passent avant que je ne dispose du temps nécessaire à l’exploration de ces trois mises en écriture de pratiques artistiques d’art actuel. Il y aura quelques tentatives entretemps.

De temps en temps, je touche les couvertures, la première entoilée couleur sable, la deuxième granuleuse blanc cassé et la dernière glacée en tons de gris. Je soupèse les ouvrages dont la masse se répartit davantage en hauteur, pour les deux premières, et sur la largeur, pour la troisième.

Remarquable, la qualité de l’édition mérite toute notre attention. De fait contenant et contenu se fondent dans une forme identitaire soudée. Chaque ouvrage arbore une facture très originale, de dimensions particulières, respectivement 4 ½ x 5 ¾ (11,4 x 14,5 cm), 6 x 8 (15,1 x 20,5 cm, 10 x 7 (25,4 x 17,6 cm).

Tout autant, chaque disposition intérieure honore le studium qui l’a précédé. J’effeuille le texte et, pour l’heure, je m’arrête aux illustrations. La mise en exposition cède le pas à une nouvelle mise en scène. Les trois ouvrages portent chacun sur des expositions organisées par OBORO.

Quelques mois plus tard, je plonge dans chacun des univers. Le punctum est touchant. Il est impossible d’en sortir indemne.

Interstices - Coefficients d'intimité / Amplified Intimacies  

Coefficients d'intimité /
Amplified Intimacies
, 2011

L’ouvrage intitulé, CI/AI, correspond en quelque sorte à un catalogue post-mortem de 8 œuvres rassemblées lors d’une exposition du groupe de recherche-création Interstices à Oboro.

Deux essais des commissaires, les artistes-enseignants et co-directeurs d’Interstices, Jean Dubois de l’UQAM et Lynn Hughes de Concordia, rassemblent des énoncés inspirants et éclairants.

Inspirant quant aux situations proxémiques mises en contexte au moyen de l’interactivité, éclairant sur leurs correspondances avec l’encyclopédie culturelle.

CI/AI regroupe des artistes dans une exposition fondée sur le rapport de connexion entre art et technoscience, accompagnée de deux essais sur les rebondissements entre réflexion critique et pratiques artistiques dans un esprit de recherche-création.


Laboratoire parcellaire 

Laboratoire parcellaire, 2011

Cet ouvrage, Laboratoire parcellaire, engage des « manœuvres analytiques, fictives et poétiques » signées Daniel Canty, Caroline Loncol Daigneault, Chantal Neveu et Jack Stanley.

Lors d’une résidence à OBORO, chaque auteur a effectué un parcours d’écriture / performance ou plutôt une performance scripturaire in situ, en quête de parcelles diverses durant quatre expositions d’art actuel. La préface de Chantal Tourigny Paris coiffe l’ensemble d’une écriture performative introductive et rassembleuse.

Les plumes d’auteurs énoncent singulièrement les empreintes sensorielles et les associations germinées durant la fréquentation de certaines œuvres. Parmi celles-ci, se retrouvent l’installation interactive Stereo Reality Environment 3 : Brutalismo, 2007 de José Carlos Martinat; l’installation Video # 15, 2008 de Amilcar Packer, une œuvre sonore intitulée Stone Field de Rolf Julius, le vidéo The Benefit of Doubt d’Oskar Ericsson, 2010 et l’animation vidéo numérique Slip, de Diyan Achjadi, 2010 sans oublier des photos de Jack Stanley et Caroline Loncol Daigneault.

Laboratoire parcellaire rassemble des auteurs en vue d’une performance scripturaire fondée sur les impressions vécues durant la fréquentation intime de l’exposition où ils approfondissent et renouvellent la réception des œuvres d’art.


Catherine Béchard et Sabin Hudon : La dérive de l'instant 

Catherine Béchard et Sabin Hudon :
La dérive de l'instant
, 2011

Sous forme de monographie généreusement illustrée de photograhies, La dérive de l'instant souligne une décennie de pratiques artistiques du duo d’artistes, Catherine Béchard et Sabin Hudon, par la voix de deux plumes distinctes.

La première plume, Jocelyn Robert, de tonalité ludique et inventive, résonne dans un emboîtement polyphonique à trois entrées : œuvres, apartés et  fil conducteur sinueux. La seconde, Louise Provencher, à consonance historique et philosophique, déverse son encre en deux colonnes, à gauche la forme essai, à droite la forme notes.

Le DVD qui accompagne l’ouvrage comprend six vidéos des mises en œuvres suivantes : La chute des potentiels, La circulation des fluides, Cubes à sons/bruits/babils, La voix des choses, Au bout du fil, Rumeurs.

La dérive de l’instant navigue sur une décennie de réalisations immersives et interactives de Béchard et Hudon, où l’écoute, le toucher et le regard interprètent la mise en œuvre et le retour réflexif les résonances esthétiques de leurs rebonds créatifs.


Ouvrages bien à la vue près d’un banc de lecture 

OBORO, triple lancement, 10 novembre 2011

Je retiens de cette plongée une intimité avec chaque ouvrage, chaque plume, chaque voix et chaque médium, en présence ou non du métamédia. C’est que le soin apporté à leur édition et à leur configuration est garant de l’investissement que chaque artiste-auteur y a consacré et ce, bien avant la sortie des presses. De surcroît cet investissement nous stimule à se perdre dans l’appropriation des ouvrages.

Côte à côte ou dessus dessous, les mots et les illustrations surgissent des pages de façon quasi  immanente. Les signes se détachent du parcours des œuvres dont les empreintes ont fait l’objet d’un burinage alphabétique et d’un ponçage stylistique à l’aune de la réflexion multiforme et pluridisciplinaire. Les abstractions s’enracinent dans le corps des œuvres, dans notre corps à corps avec l’œuvre, en s’ouvrant également aux rumeurs intellectuelles du temps.

Ces trois ouvrages réunissent plusieurs pans de l’esprit artistique et auctoriale actuelle. Ils relient art et écriture, performance et création, de même qu’ils rapprochent production et réception. Ils associent en quelque sorte mise en exposition et prise en mot et en image par la médiation du geste. Chacun génère singulièrement dans son sillon les remous des courants actuels en ébullition.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Auteure, artiste et chercheure, Louise Boisclair a publié de nombreux articles pour Archée, Inter art Actuel, Le Magazine du CIAC, Nouveaux Actes Sémiotiques, Vie des Arts et Parcours. Outre ses œuvres plastiques et littéraires, une cinquantaine de vidéos dont quatre Vidéo-Mag primés, le film d’art expérimental, Variations sur le hook up, le mémoire-création, Variations sur le dépassement et L’écho du processus de création, elle a réalisé le prototype du conte visuel interactif, Variations sur Menamor et Coma et Vitrine Cosmos. Doctorante en sémiologie à l’UQAM, elle rédige une thèse sur l’installation interactive et l’expérience de perception associée au geste interfacé. Elle est membre du groupe Performativité et effets de présence, UQAM,etparticipe aux rencontresdu Sense Lab, Concordia.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Éditeurs :
OBORO, http://www.oboro.net/

LA PEUPLADE
http://lapeuplade.blogspot.ca/
http://www.lapeuplade.com/livres.htm

INTERSTICES
http://www.interstices.uqam.ca/fr/realisations.html

Artistes CI/IA :
www.oboro.net/pdf/press/0809/exhibi_event/coefficients_fr.pdf
Jean Dubois et Chloé Lefebvre
Matthew Biederman
François Quévillon
Karmen Franinovic et Yon Visell
James Partaik
Ying Gao
Adad Hannah et Niklas Roy
Lynn  Hugues et Heather Kelley

Auteurs Laboratoire parcellaire :
http://laboparcellaire.net/
Daniel Canty
Caroline Loncol Daigneault
Chantal Neveu
Jack Stanley
Chantal Tourigny Paris

Catherine Béchard et Sabin Hudon : La dérive de l'instant :
Jocelyn Robert, http://www.jocelynrobert.com/
Louise Provencher, http://www.oboro.net/oboro/board_govern_fr.html

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).