Sommaire 07_2010

À la rédaction : Christine Palmiéri.
À la mise en ligne et au traitement des fichiers : Jason Martin.

Les arts électroniques et le sacré (Tome 2)

Des extraits de l’œuvre d’Alain Fleischer, Les hommes dans les draps, linceul numérique où se meuvent des traces d’humanité, ouvrent cette deuxième partie du dossier sur le sacré où il sera question, de la virtualité du sacré avec Pierre Ouellet qui interroge la puissance du croire et du créer, de l’analyse d’un film de Yang Fudong, empreint de rituels ancestraux, par Denyse Therrien, d’une réflexion sur les œuvres numériques de Charles Sandison et de Ni Haifeng par Claire Caland, d’une présentation d’un projet interactif par Ludovic Duhem et Bruno Abt, mais aussi de deux docu-vidéos, Casa et le Quat’sous, qui transcendent, l’un, le déménagement d’une maison, sinon sa résurrection, et, l’autre, la future démolition, sinon le sacrifice d’un théâtre, tous deux chargés de réminiscences symboliques. Et pour clore ce numéro, Louise Boisclair propose une analyse des processus interactifs dans des productions aux effets souvent magiques.

Pour le menu faire glisser le curseur sur les petits carrés blancs en haut de la page
Pour agrandir l’écran vidéo, cliquer sur le carré en bas de l’écran à droite.


Les hommes dans les draps (extraits)

 

Les hommes dans les draps d'Alain Fleischer

Afin de comprendre cette œuvre, nous sommes invités à nous représenter une chaîne de montagnes derrière laquelle le soleil se lève : dans la vallée, les ombres qui se projettent, font apparaître un visage d’homme de profil, qui finit par se déformer.

De la même façon, dans une chambre, au matin, le soleil qui se lève sur les plis et les replis d’un drap de lit, par l’anamorphose de tous leurs obstacles additionnés, fait apparaître et disparaître en ombres chinoises des visages d’hommes de profil.

Selon la configuration des plis, se forme chaque matin, dans les draps, la silhouette d’un visage différent, personnage déposé par un rêve et débusqué par la lumière…

Cinéaste, plasticien, photographe, essayiste, romancier, Alain Fleischer traverse l’histoire et parcourt le monde pour en filmer le devenir. Il a réalisé près d’une centaine de films (dont Zoo zéro avec Klaus Kinsky, 1978, Le Louvre imaginaire, 1993, Le roi Rodin 2001-2002...), d’innombrables expositions dont plusieurs rétrospectives (Musée national d’Art moderne de Paris, 1975, 1982, Centre Pompidou 2005 etc.) , de nombreux essais (L’accent. Une langue fantôme, Seuil, 2005, L’art d’Alain Resnais, Éd. du Centre Pompidou, 1999...) et romans (Descente dans les villes, Fata Morgana, 2009...). Il est Fondateur et directeur du Fresnoy (www.le-fresnoy.tm.fr/) à Tourcoing. On lui dit doit la projection de vidéos Dans la nuit des images dans la nef du Grand Palais à Paris en 2008 et sa dernière grande installation vidéo Choses lues, choses vues à la bibliothèque Richelieu (Paris 2009).


Articles

Fictions du sacré. Puissance du croire et du créer dans le monde de la virtualité

Pierre Ouellet


Aujourd’hui où tout se « dématérialise », sans pour autant se « spiritualiser », comme on le constate dans les arts médiatiques ou électroniques, où l’évanescence du virtuel et le caractère réticulaire du web échappent à toute substantialisation, individuation ou actualisation, autrement que de manière illusoire ou éphémère, la question de ce qui est partout et nulle part à la fois se pose de nouveau avec insistance : le statut ontologique d’œuvres de création qui ne reposent plus sur le simple don d’une forme intelligible à une matière sensible ou l’existence phénoménologique d’expériences artistiques qui ne dépendent plus de la coprésence réelle, physique, tangible, d’un sujet ou d’un objet donnés dans un espace-temps dont les coordonnées peuvent être univoquement fixées… poussent chacun à se demander de quoi est peuplé ou par quoi est hanté l’énorme vide laissé par la « volatilisation » de toute icône, idole ou fétiche, qu’on éprouve déjà dans les installations lumineuses d’un James Turrel ou d’un Olafur Eliasson, qui préfigurent les modes de « disparition » et de « dispersion » de l’être qu’explorent les arts du web en privilégiant l’ubiquité, l’utopie ou l’uchronie d’une donation qui ne se traduit nulle part en don, qui ne se trahit jamais en un présent, sacrifiant l’incarnation ou la manifestation sensible à une Idée en quoi elles se résorbent tout entière comme toute chose et toute personne se résolvent en Dieu. Nous explorons dans les pages qui suivent les modalités propres à ce nouveau « sacré » dans lequel la fin du religieux promulgué par nos sociétés hautement technologisées semble retrouver le commencement et la genèse du croire et du créer qui sont au fondement de toute pratique artistique conçue comme la transformation de l’Impossible en Tout-possible.


Yang Fudong –  la quête et le sacrifice

Denyse Therrien


Ce texte analyse Seven Intellectuals in Bamboo Forest du cinéaste chinois Yang Fudong. Il s’agit d’un véritable oratorio filmique en 5 parties, tourné en 35 mm noir et blanc, entre 2003 et 2007. Film vidéo qui interroge la situation des jeunes intellectuels dans une Chine en mutation dans une esthétique de l’ascèse, dans un genre qui reste à définir, sorte de méditation dans le silence mais sans recueillement.


Tabula Vocis

Ludovic Duhem et Bruno Abt


Tabula Vocis est une sculpture sonore interactive dont l'objectif est de susciter une situation contemplative, mystérieuse et poétique, tel un monument mégalithique qui à l’approche d’une personne se mettrait à vibrer de manière magique en faisant pénétrer l’« intrus » dans un monde hors de l'affairement quotidien.


Faire symbole (extraits)

Rongorongo génératif : Œuvres de Charles Sandison et de Ni Haifeng présentées par Fabienne Claire Caland

[cliquer sur l’image pour faire apparaître le texte]

Charles Sandison, l’Écriture silencieuse
Ni Haifeng, Xeno-writings


CASA (extraits)

À travers le déménagement d’une maison à rivière Ouelle, des réminiscences du passé apparaissent et constituent la trame en parallèle où vie et mort se conjuguent et mènent à sa renaissance au bord du Saint Laurent.

CASA de Joel Montanez et Isabelle de Mévius

CASA

Les murs dit-on, ont des oreilles....et les vieilles maisons en bois ont une âme.
Quand on les déménage pour les faire revivre, elles parlent et les fantômes de leurs propriétaires hantent les pièces et correspondent entre eux au présent, à l'image même du passé qu'ils étaient.
Une institutrice catholique, portant le divin enfant, reçoit de sa cousine musulmane l'écho assourdi de ce que la technique conquérante qui certes sauve de la ruine et de l'oubli, impose aussi, en contrepoint guerrier, des bruits de bottes et de destructions.
Mais les fantômes sont aussi soumis au synchronisme de la vie et de la mort. Et tout ceci n'empêchera pas la lumière, l'eau, la terre et le feu de concourir à la renaissance des uns lors de la mort des autres. Le bois, la foi et les enfants sont matière transformable.

CASA

Two women of distinct religions negate one another by conveying the struggle of their faiths, lives and migrations.
The faithful Muslim is never seen.
The faithful Catholic is never heard.

Production : Isabelle de Mévius, Flore Sâget
et Joel Montanez
Réalisation : Joel Montanez
Durée : 32 minutes
Date : 2005

Joel Montanez est né à Caracas au Venezuela. Travailleur humanitaire et cinéaste de film à teneur social, il prépare actuellement un long métrage de fiction intitulé Cures of the Southern North, basé sur l’expérience d’un inuit dans un internat.


Le Quat'Sous théâtre habité (extraits)

 

Le Quat'Sous théâtre habité de Denyse Therrien et Robert Desrosiers

Que retiennent les murs d’un théâtre des émotions et des idées de tous les textes dits par les comédiens et comédiennes au fil des ans ? La mémoire d’un lieu tel que le Quat’Sous s’évanouit-elle au moment où les murs du théâtre s’écroulent ? C’est ce qu’ont cherché à capter Robert Desrosiers et Denyse Therrien dans une vidéo poétique sur l’habitabilité du lieu.

Robert Desrosiers a fait ses études classiques au Collège Saint-Laurent. Par la suite, il a entrepris une carrière dans le monde des arts visuels qui le mena à la réalisation de fictions et de documentaires à Radio Québec et à la pige. Il détient de nombreux prix internationaux pour ses réalisations. Il est également photographe et formateur en multimédia. Il s'est récemment engagé dans la réalisation d'une série de DVD sur l'Île Verte.

Denyse Therrien est Docteure en sociologie et chercheure au sein de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQAM dont elle est la coordonnatrice scientifique et administrative. Elle a été journaliste pour Le Clap à Télé-Québec et a dirigé Perforations (revue de technique cinématographique de l’Office national du film du Canada). Elle participe régulièrement à des colloques et à des publications scientifiques, au Canada et à l’étranger. Elle est membre de CORHUM (Association internationale pour l’avancement des études sur le comique, le rire et l’humour). Elle a présenté à New York, dans le cadre de l'exposition Cold Fusion, un film expérimental intitulé Envoûtement.


L'interactivité

Qu’est-ce que l’interactivité modifie dans notre appropriation des images ?

Louise boisclair


L’art Net, les installations interactives et les performances assistées par l’ordinateur et ses dérivés sollicitent la vue comme le dessin, la peinture, la sculpture, la photo et le cinéma, toutefois elles dépendent essentiellement d’opérations reliées au toucher, à la présence du corps, à son déplacement ou à sa gestuelle. Ce couplage entraîne une expérimentation où l’acte contemplatif est modifié, parfois interrompu, par l’opération interactive qu’il importe de saisir pour l’effectuer et, éventuellement, l’interpréter. Il importe également d’en saisir l’impact sur notre mode d’être, de voir et de comprendre.



Sommaire des précédentes publications :

Avril 2010

Février 2010

Décembre 2009

Octobre 2009

Juillet 2009

Mai 2009

Mars 2009

Décembre 2008

Octobre 2008

Juin 2008

Mai 2008

Mars 2008

Décembre 2007

Novembre 2007

Mai 2007

Avril 2007

Février 2007

Décembre 2006

Octobre 2006

Septembre 2006


À nos lecteurs

Participez au contenu !

La consultation du périodique électronique Archée est entièrement libre. Toutefois, votre inscription permet une plus grande interaction. Une fois inscrit et après l'ouverture d'une session, les articles présentent en bas de page un hyperlien « Ajouter un commentaire ». Vous avez aussi la possibilité de mémoriser vos articles favoris, de faire une recherche dans un seul article et on vous rapellera par ailleurs les 5 derniers articles consultés lors de vos précédentes visites.

Proposez vos textes !

Le périodique électronique Archée est heureux d’annoncer la bonification des cachets offerts aux auteurs pour des articles inédits. Nous posons ainsi un geste concret en faveur de la reconnaissance du travail des auteurs dans le domaine des arts.

Pour plus d'informations

=========================
Pour modifier votre abonnement, cliquez sur le carré blanc « abonnement ou session » et suivez les indications.

=========================
Pour plus d’informations, consultez l’aide.

=========================
Archée est optimisé pour le navigateur Explorer et utilise les logiciels Flash et Quicktime.

Bonne consultation !

L'équipe - Archée

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier du Centre interuniversitaire des arts médiatiques (CIAM), du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l’UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQAM (CEP), ainsi qu’à une subvention, pour une onzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).