Sommaire 05_2007

Rituels hypermédiatiques

Une présentation de Joanne Lalonde

L’interactivité est la grande obsession de l’art contemporain et le cyberespace n’échappe pas à cette règle. L’œuvre hypermédiatique, qu’elle soit littéraire ou artistique, devra conjuguer la question de la narrativité à celle de la performativité du dispositif, dans ce que Jean-Paul Fourmentraux nomme la « socialité numérique » (Fourmentraux, 2005). Les cinq articles présentés dans ce numéro réfléchissent à cet environnement de communication que propose le cyberespace, étudié depuis les rituels et les rites de passages qui en marquent l’expérience. Bien qu’à chaque fois, le parcours d’une œuvre et l’expérience qui en découle soient uniques, il demeure possible de décrire les consensus pragmatiques, expressifs ou symboliques reliés à ce type de création. Ces rituels hypermédiatiques définissent ainsi les communautés qui les pratiquent tout en agissant comme révélateur de l’imaginaire contemporain.

Ce numéro est le second volet d’un dossier dirigé par Bertrand Gervais et Joanne Lalonde proposant des réflexions sur les enjeux de l’interactivité dans le contexte des arts et littératures hypermédiatiques. La première partie de ce dossier « Présence et interactivité » a été publiée dans le numéro d’avril 2007 de ARCHÉE. Certaines réflexions publiées ici ont été présentées lors du colloque « Interactivité et formes narratives », tenu à l’ACFAS, en 2006, et organisé par Christian Vandendorpe et Bertrand Gervais.

Voici les cinq auteurs de ce second volet :

À la rédaction : Bertrand Gervais (à titre de responsable auprès des auteurs) et Pierre Robert pour Archée.
À la mise en ligne et au traitement des fichiers : Jason Martin.

Rites de passage et gardiens du seuil

Patrick TILLARD

Sur le Web, la connaissance ne décrète pas ses propres règles : les interfaces, additionnées au dispositif technologique dissimulent les conventions du langage mathématique et informatique derrière un environnement porteur de valeurs humanisées et communes. La couche de convivialité apportée par les interfaces graphiques escamote le cœur fonctionnel du système pour ne laisser paraître que des modalités d’accès simples, usuelles, adaptées à un langage uniforme et capable d’assurer et de maintenir sans heurts le contact avec l’utilisateur, sollicité de devenir aussi client et acheteur. Les rites de passage, les gardiens du seuil disparus du Web, l’accès à la connaissance semble alors aisé, direct parce que les conditions d’accès sont extrêmement simplifiées. Nous pensons que les rites de passage tout comme les gardiens du seuil ont seulement mutés et qu’il est nécessaire d’identifier les lieux de leurs présences et leurs discours.

Nous proposons ici d’interroger la permanence probable des rites de passage et la présence persistante de gardiens du seuil transfigurés par le cyberespace, d’approcher les forces et les faiblesses des valeurs qu’ils véhiculent.


Les textes des mondes machines
Adam's Cam

Ollivier DYENS

Peut-on créer une œuvre d’art sensible au moyen de machines, par l’entremise de l’art numérique? Si oui, comment? Comment forcer la machine informatique à résonner des échos de nos inquiétudes, de nos interrogations alors que le langage qui la tisse est binaire, donc parfaitement séparé du réel? En créant des mondes poétiques virtuels dans lesquels l’humain et la machine peuvent dialoguer.


Rituels de l’œuvre hypermédiatique, entre individualité et collectivité

Joanne LALONDE

Nous savons que, bien au-delà du contexte des technologies de l'information et des communications, l'interactivité est la grande obsession de l'art contemporain et de son discours critique. Notion abondamment évoquée, décrite mais aussi critiquée, elle désigne tantôt le lien entre le spectateur et l'œuvre machine (certains auteurs parlent alors davantage d’interaction), tantôt le lien entre le créateur et le dispositif technique. Dans ce texte, l’interactivité sera davantage considérée comme un a priori, un élément intrinsèque aux œuvres hypermédiatiques. Ce n’est donc pas tant la notion elle-même qui fera l’objet de mon commentaire, mais plutôt ses conséquences.

Le spectacle de la faute : les sites Web de confession

Amélie LANGLOIS BÉLIVEAU

Le développement d’une culture Web, depuis les dix dernières années, nous amène à nous questionner sur les bouleversements que celle-ci a opérés sur la manière que nous avons à la fois de nous percevoir et d’appréhender notre réalité. Les sites Web de confession sont un moyen adéquat d’explorer un versant de ce changement de paradigme; celui de la conception de notre subjectivité.
« i hate the fact my girlfriend beats me in every single area of my life. » (Grouphug.us, # 883613110)
« I've stolen from every job I've ever had. » (Notproud.com, 04/16/2006 at 11:50:28)

Branding iconique de la figure du Che

Alice van der KLEI

La figure du Che comme mythe du héros révolutionnaire de gauche est présent dans la culture populaire depuis les années soixante. Nous explorons la force de répétition et le dynamisme de cette icône dans la création de la figure du rebelle contemporain. Derrière une banalisation des clichés du rituel révolutionnaire à l’heure de la prolifération et de la banalisation des images dans le Web, cette interrogation s'inscrit dans une recherche sur la mémoire culturelle, dans un contexte de mutations des modalités des pratiques culturelles dictées par une société de consommation de la reproductibilité.

Au-delà la vie du personnage historique de gauche, nous observons le culte de ce héros dans l'imaginaire contemporain à partir des reprises de son image. Ce projet postule que la meilleure façon d'en rendre compte n'est pas par le biais d'une biographie supplémentaire sur le Che, mais plutôt par sa figuration et son encrage hypermédiatique de par ses occurrences multiples dans le Web.



Sommaire des précédentes publications :

Avril 2007

Février 2007

Décembre 2006

Octobre 2006

Septembre 2006


À nos lecteurs
Participez au contenu !

La consultation du périodique électronique Archée est entièrement libre. Toutefois, votre inscription permet une plus grande interaction. Une fois inscrit et après l'ouverture d'une session, les articles présentent en bas de page un hyperlien « Ajouter un commentaire ». Vous avez aussi la possibilité de mémoriser vos articles favoris, de faire une recherche dans un seul article et on vous rapellera par ailleurs les 5 derniers articles consultés lors de vos précédentes visites.


Proposez vos textes !

Le périodique électronique Archée est heureux d’annoncer la bonification des cachets offerts aux auteurs pour des articles inédits. Nous posons ainsi un geste concret en faveur de la reconnaissance du travail des auteurs dans le domaine des arts.

Pour plus d'informations

=========================
Pour modifier votre abonnement, cliquez sur le carré blanc « abonnement ou session » et suivez les indications.

=========================
Pour plus d’informations, consultez l’aide.

=========================
Archée est optimisé pour le navigateur Explorer et utilise les logiciels Flash et Quicktime.

Bonne consultation !

L'équipe - Archée

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier du Centre interuniversitaire des arts médiatiques (CIAM, Montréal) ainsi qu’à une subvention, pour une huitième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).