Sommaire 09_2006

ARCHÉE s'enrichit de la collaboration de Christine Palmiéri à titre d'adjointe à la rédaction. Artiste, critique, commissaire et poète ainsi que docteur ès arts, Christine Palmieri a dirigé un ouvrage collectif sur les questions de monstruosité en art, plusieurs dossiers dans des revues dont le dernier sur les arts biotechnologiques et le posthumain dans la revue INTER, art actuel. Elle enseigne les théories de l’art et la vidéo dans plusieurs institutions au Québec (UQÀM) et en France. Elle poursuit en même temps une pratique artistique et réalise des installations vidéos et photos qu’elle présente au Québec ainsi qu’à l’étranger (France, Mexique, USA, Italie, Maroc). Elle a été commissaire de plusieurs expositions (dont De la monstruosité. Expression des passions, Montréal, 2000) ainsi que de plusieurs événements multidisciplinaires.

Pour cette troisième publication annuelle, quatre nouveaux collaborateurs se joignent à ARCHÉE et nous offrent des points de vue riches et multiples :

Cette première publication de la saison 2006-2007 a été rendu possible grâce au soutien financier du Centre interuniversitaire des arts médiatiques (CIAM, Montréal) ainsi qu’à une subvention, pour une septième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC). Malheureusement, le gouvernement du Québec, par l’entremise de son Conseil des Arts et des Lettres (CALQ), refuse toujours de mettre en place des subventions pour les périodiques dont le support est uniquement électronique.

Le périodique Archée est heureux, par ailleurs, d’annoncer la bonification des cachets offerts aux auteurs tant pour les textes approfondis que pour les commentaires critiques relatifs à des expositions ou des événements pertinents. Nous avons ainsi le sentiment de poser un geste concret en faveur de la reconnaissance du travail des auteurs. Pour plus de détails concernant notre protocole de présentation des textes, consultez la section « archée ? -> Collaborer », et proposez vos textes !


Les « espaces liquides » du collectif bruxellois LAB[au]

Jean-Philippe UZEL

À l’ère de l’hypermédiatisation, LAB[au], collectif bruxellois, développe le concept de metadesign, sorte d’architecture de l’information sous forme d’environnement virtuel 3D dans lequel une expérience sensorielle et intellectuelle est proposée au spectateur.


Le temps dans l’EIGT (l’environnement d’interfaces gestuelles transparentes) : le temps strié ou un temps qui fait mal

Chaio CHEN

Le temps dans l’EIGT (l’environnement d’interfaces gestuelles transparentes) n’est pas le temps du monde, mais le temps qui est mesuré, torturé, opéré. Les questions se posent de savoir : Comment les interfaces discrètes et l’agencement intriquant de l’EIGT contribuent-ils à une indétermination remémorante dans le souvenir, voir le modifient. Comment le passé peut-il n’exister que lorsqu’un point du temps dans le futur est confirmé ? Comment la modalité de l’interactivité dans l’EIGT forme-t-elle un terrain propice à un jeu de « soumission » temporelle ? Enfin, se peut-il que le rythme dans l’EIGT finisse par disparaître et que la privation de « toute capacité de synthèse temporelle » s’y produise ? Devant cette suspension de la tâche d’actualisation et de ré-actualisation des passés et des futurs, qu’advient-il de l’« interacteur » ?


Nouvelles technologies et illusion d’immédiateté

Marc BOUCHER

La notion de présence occupe depuis un certain temps une place importante dans des domaines aussi divers que la réalité virtuelle (RV), la danse, les communications, le théâtre, la psychologie et la philosophie. Parmi les nombreux termes utilisés pour catégoriser cette présence les plus récurrents sont : « perception », « corps », « illusion », « sentiment », « effet », « sensibilité », « motricité » et « interactivité ». Cet article aborde la notion de présence selon plusieurs concepts historiques et disciplinaires, imbriqués parfois au sein d’un même dispositif.


L’art de la méthode furieuse : Final Fantasy et Yann Tiersen

Bertrand ROUBY

Dans une entreprise de défiguration de la tradition, le duo formé par Yann Tiersen et Owen Pallett remet en question la complexité de la fusion des genres dans une esthétique quasi apocalyptique.



Retour au sommaire actuel :

Février 2007



À nos lecteurs
Participez au contenu !

L'inscription gratuite au périodique archée vous permet non seulement de consulter les articles, mais aussi de débattre et d'énoncer vos propres idées. Tous les articles présentent, au bas de la page, un hyperlien « Ajouter un commentaire » vous permettant de publier instantanément un commentaire. N'hésitez donc pas à donner vie à votre consultation et à votre lecture des articles sur archée. Qui plus est, vous serez automatiquement avisé de tout nouveau commentaire publié sur le site. La section de votre page d'accueil « Nouveaux commentaires depuis votre dernière visite » s'en charge.


=========================
Proposez vos textes !
Pour plus d'informations, cliquez sur le carré « archée ? »

=========================
Pour modifier votre abonnement, cliquez sur le carré blanc « abonnement ou session » et suivez les indications.

=========================
Pour plus d’informations, consultez l’aide.

=========================
archée est optimisé pour le navigateur Explorer et utilise les logiciels Flash et Quicktime.

Bonne consultation !

L'équipe - a r c h é e