archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


accueil
à propos
auteurs
abonnements
appels
partenaires
liens
contact & dons

 

Mot de

Christine Palmieri

Chers lecteurs, lectrices, auteur(e)s et artistes,

Nous avons le plaisir de célébrer avec vous le 20ème anniversaire d’Archée. Crée à l’automne 1997, la revue Archée est fière de continuer à promouvoir les arts médiatiques avec un même enthousiasme et cela grâce à vous, à votre fidélité, votre esprit d’analyse et votre productivité toujours renouvelés.

En effet, les expériences et les explorations artistiques utilisant les technologies que les avancées scientifiques apportent se sont démultipliées en renouvelant les langages et les formes visuelles de façon exponentielle, en transformant le paysage habituel de l’art, le dématérialisant ou encore l’invitant au centre même de la matière pour en augmenter les réalités sur un plan ontologique et métaphysique au sein d’un monde toujours en quête d’explorations infinies.

Archée se veut le témoin de ces pratiques artistiques audacieuses qui bouleversent nos sens, d’un point de vue cognitif, affectif et sensoriel, pour en transmettre les connaissances, les enjeux et la portée aux communautés intéressées mais aussi pour les faire connaître de tous dans un enrichissement mutuel. Observer leur évolution c’est observer celle des sciences et des esprits sinon de l’intelligence humaine mise au service de l’intelligence artificielle, qui ne peut que mieux nous seconder dans notre condition humaine, avec ses limites et ses contraintes.

Ces œuvres d'art, dont le fonctionnement fait appel aux nouvelles technologies, se rattachent à diverses catégories comme l'art vidéo, cinétique, informatique, numérique, immersif, électronique, interactif, multimédia, biotech, robotique, sonore, spatial, du cyberespace, des réseaux, etc., elles questionnent la science en lui empruntant ses pouvoirs quasi magiques qui donnent naissance à des œuvres surprenantes, à la limite de la science-fiction.

Elles nous font prendre conscience de l’espace physique dans lequel nous baignons, avec ses ondes et ses rayons gammas, pour nous ramener au plus près de la matière virtuelle grâce à laquelle nous communiquons.

Si l’art contemporain vit depuis quelques décennies une brisure, c’est parce qu’on est passé de l’expérimentation des matériaux artistiques traditionnels ou usuels à l’expérimentation de la matière virtuelle, luminescente, sonore, magnétique ou biologique pour donner au contenu symbolique une portée plus charnelle qu’intellectuelle dans une démarche kinestésique où la perception, la sensibilité et la mémoire en mouvement renforcent le plaisir ou le déplaisir, communiquent au mieux les doutes face à l’inconnu et aux découvertes toujours plus fascinantes et inquiétantes.

C’est pour cela qu’Archée n’a cessé de voir son lectorat augmenter d’année en année mais aussi d’accueillir plus d’auteurs de partout dans le monde venant d’horizons différents, analysant ou commentant avec passion ces œuvres que les artistes nous offrent non plus dans l’idée de déconstruire le monde et l’art mais au contraire de les augmenter d’un surcroît de possible, donnant à voir le spectacle des manipulations des matières du monde visibles et invisibles, pour réenchanter la vision de l’avenir devant ce qui semble être une décadence des valeurs et des croyances. De ce fait l’artiste déploie son imaginaire avec les outils de la science tout comme il le faisait avant avec les moyens traditionnels pour chercher à surprendre et à atteindre le spectateur autant par les affects que l’intellect.

Au confluent des disciplines et des genres, Archée dresse une cartographie élargie des productions actuelles, qui élaborent des concepts et des langages nouveaux en écho à l’énergie du milieu où l’art semble toujours être en devenir comme en témoignent nos ententes et partenariats avec des groupes de recherche universitaires et des centres médiatiques internationaux qui ont contribué de façon remarquable à établir des échanges fructueux à travers plus de 120 pays. Archée offre ainsi une plateforme discursive riche et actuelle où de nombreux aspects des arts médiatiques sont abordés à travers de multiples disciplines.

Archée remercie ses lecteurs, lectrices, et tous les intervenants, autant les auteur(e)s, les artistes, les membre du CA et du comité de lecture, les webmestres ainsi que les subventionneurs qui ont contribué à réaliser ces 20 années de publications d’œuvres et de textes qui enrichissent la culture et font avancer les connaissances.

Le diaporama qui suit offre un échantillon d’une quarantaine d’œuvres retenues arbitrairement parmi les milliers de productions présentées depuis 1997, année de la fondation d’Archée par Pierre Robert qui l’a dirigée jusqu’en 2006, où Christine Palmiéri, qui le secondait depuis deux ans, a commencé à en assurer la direction.

Pour avoir permis la naissance et la longevité d’Archée, je remercie particulièrement :
Pierre Robert qui nous fait part ici des débuts de cette aventure qu’il a menée courageusement au moment où le web commençait à étendre ses mailles dans une société virtuelle en balbutiement et où les arts des nouveaux média prenaient timidement leur place sur la scène artistique.

Louise Poissant et Joanne Lalonde, pour leur encouragement, implication et soutien, qui soulignent ici ces 20 ans d’Archée qu’elles accompagnent fidèlement avec confiance.

André Éric Létourneau, pour son intérêt et soutien, qui présente l’œuvre Créatures hermétiques dans mon char bb des otages inaperçus d’Alexandre Saint-Onge, performance de 24h, que l’artiste réalisera à l’Agora des Sciences (Hexagram/ UQAM), du 2 et 3 décembre 2017 et la suite du dossier Hexa Sonde I : La réalité redéployée qu’il a mené avec Cynthia Noury en interviewant François Joseph Lapointe et Jean Dubois.

Louise Boisclair pour l’assiduité de ses nombreuses et judicieuses collaborations qui s’entretient ici avec Philippe Boissonnet dans le cadre du dossier Affect ou émotion en art immersif et interactif.

Benoît Ducharme pour ce travail rigoureux de mise en ligne qu’il accomplit depuis un an et qui nous permet d’accéder à ces univers créatifs et à ces réflexions enrichissantes qu’Archée offre depuis 20 ans.

Afin de souligner ces deux décennies de collaboration et d’amitié, nous vous invitons au lancement de ce numéro qui aura lieu à l’Agora des Sciences (Hexagram/ UQAM), le 4 décembre 2017, de 17h à 19h qui sera suivi de plusieurs autres activités.


Cette publication a été rendu possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).