archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Téléphonie mobile : création et diffusion "Call-aboration"!

Nicolas Frespech

Chaque année universitaire dans le cadre de mes fonctions de chargé de cours (Centre universitaire Nîmes Vauban France) en Multimédia je questionne mes étudiants en arts plastiques sur leur équipement en matière d’accès à Internet. Il se trouve, que de par l’éloignement parfois obligatoire du domicile principal de l’étudiant, peu d’entre eux ont un accès à Internet. L’université propose des postes informatiques de consultation, mais la découverte de l’Internet culturel et plus spécifiquement du « net art » — ou œuvres artistiques sur l’Internet — n’est pas forcément facilitée. Alors que la quasi-totalité des élèves possèdent un téléphone mobile. Peu d’entre eux avaient conscience de l’opportunité créative de ce terminal téléphonique. C’est à partir de ce constat que la création multimédia autour de la téléphonie mobile a été envisagée puis expérimentée dans le cadre de projets personnels. Ce questionnement autour de la téléphonie mobile et de son rôle dans la création d’art contemporain répond aussi particulièrement à mes recherches personnelles débutées depuis plusieurs années.

Terminaux mobiles

Art et téléphonie 

Messages et formes intrusives 

Le SMS comme geste d’intervention 

Le téléphone mobile-studio 

Avec le téléphone mobile se sont développées d’autres formes de publication, telles que le « mobloging ». Le « mobloging » permet de publier une information envoyée par MMS directement sur un site Internet ou Wap. Pour mettre à jour sa création, il n’est plus nécessaire de se trouver devant un poste de travail fixe, un téléphone mobile multimédia permet de faire partager ses données quasi instantanément. Les internautes peuvent alors consulter les créations directement sur le site Internet ou le site WAP alimenté. Les « mobloging » sont de nouvelles propositions créatives de publications offertes par les services dits « Blog ». Le texte ainsi que les documents multimédias sont automatiquement extraits sur le serveur pour être diffusés en ligne instantanément.

Une de nos créations en ligne est un « moblog », intitulé Share your life, qui permet à tous de publier sur un site Internet un instant de vie capté photographiquement. L’envoi d’une photographie par MMS à une adresse e-mail permet d’intégrer l’œuvre en constante construction. Le site affiche les photographies, la date et l’heure d’envoi ainsi que le numéro du destinataire dans un ordre décroissant. De plus en plus de « moblogs » collectifs et thématiques apparaissent sur Internet et leurs utilisations se portent sur la réalisation d’œuvres participatives.

D’autres formes de créations participatives comme le WAP permettent de réaliser des sites directement consultables par les terminaux mobiles. Le wap utilise le langage WML qui permet de réaliser des pages. Cette norme offre de nouvelles opportunités dans la création pour téléphone mobile. Ainsi, les micros navigateurs qui équipent les téléphones mobiles peuvent afficher du texte, de l’image et du son, la seule contrainte restant la taille de l’écran du terminal de téléphone mobile. Ce type de consultation de contenu est très utilisé actuellement pour le téléchargement de logos, de sonneries ou la consultation d’informations.

Quelques expériences artistiques ont été réalisées avec ce langage et les spécificités de l’écran et de la consultation nomade des œuvres. La plupart des œuvres wap utilisent dans leurs processus le fait que la consultation de l’œuvre est nomade, aucun artiste ne peut savoir où se trouve le spectateur.

Annie Abrahams propose dans sa création wap un étrange rendez-vous, inspirée par les indications téléphoniques. Les pages informent du lieu où elle se trouve « Je suis dans la troisième rue à gauche », un hyperlien sur le mot gauche permet de continuer sa recherche : « après, c’est la première à droite », etc. Sa création fonctionne comme une image du réseau en parcours urbain : on cherche, on circule, on se perd…, et on se trouve? Elle établit une relation basée sur la frustration d’une rencontre qui ne se fera sûrement jamais, mais la poésie et les moyens techniques simples mis en œuvre collent parfaitement avec ce que l’on peut attendre d’une création wap.

Nous utilisons le wap pour mettre en place de nouvelles relations à l’Internet artistique. Il utilise le wap en plus des pages traditionnelles en essayant à chaque fois de réaliser une œuvre qui ne pourrait pas exister sur un autre support. Certaines sont des adaptions d’œuvres net art disponibles sur Internet.

Intersections propose au navigateur nomade de découvrir ou de redécouvrir son environnement urbain en offrant une navigation basée sur celle effectuée sur le réseau : page de droite, page précédente, etc. Chaque utilisateur peut alors se soumettre aux ordres de navigation aléatoire proposée par la page consultée. Moyen idéal de se perdre dans la ville et de redécouvrir la cité comme si vous naviguiez sur Internet.

Téléphonez-moi permet de contacter une personne directement en cliquant sur un numéro généré aléatoirement.

T OU? recueille dans une base de données les réponses à la question la plus posée quand on téléphone sur un terminal mobile. Une fois le lieu ou la situation complétée dans un formulaire, l’utilisateur peut alors consulter les différentes réponses. La géolocalisation permettra peut être un jour d’augmenter cette base de données par une indication ou une image automatiquement prise et consultable en direct sur le wap.

L’utilisation du WAP a été un média capital dans l’intervention-hommage 16 au travail de Tracey Emin Everyone I Have Ever Slept With (1995)’ Camping Sauvage.

Webcam Camping Sauvage

Cette intervention mettait en scène deux personnes en train de camper pendant 24 heures, une webcam les filmant en continu. Les internautes pouvaient consulter les images en direct mais aussi envoyer des messages aux deux participants : rangez votre tente, embrassez-vous, etc. L’internaute pouvait alors attendre devant son écran que l’action se déroule. Les deux intervenants ne pouvaient pas consulter la webcam, mais pouvaient consulter les différents ordres envoyés sur un téléphone mobile. Le téléphone mobile servait aussi de carnet de route, les artistes pouvant à tout moment mettre à jour leur journal : à 15h45 nous avons reçu la visite de…, donnant ainsi de nouvelles indications à l’internaute. Une fois l’intervention terminée — démontage de la tente et déconnexion de la webcam —, des copies d’écrans de webcam étaient et sont encore disponibles sur le site Internet frespech.com.

L’adaptation du Talk Show sur le wap répond à une observation des usages des téléphones mobiles dans la sphère publique. Partant de l’observation que les utilisateurs de téléphones mobiles passaient plus de temps dans les transports en commun à consulter leurs messages qu’à regarder autour d’eux, peur de croiser un regard, incapacité de gérer l’ennui du à l’attente, à la transition. La version wap affiche une question destinée à être posée à un(e) inconnue « Où allez-vous? Quel est votre signe astrologique, allez vous voter oui aux prochaines élections, quand avez-vous fait l’amour la dernière fois, me trouvez-vous joli…? »

L’adaptation wap de l’Echoppe Photographique propose au « wapaunaute » de consulter et de télécharger des images réalisées sur l’Echoppe pour en faire un fond d’écran.

En effet, la forme artistique privilégiée que l’usager peut avoir avec son téléphone mobile se trouve être le rapport particulier qu’il va entretenir avec son fond d’écran. La généralisation des appareils photos sur les téléphones mobiles offre la possibilité de réaliser son image ou son animation. Un nombre croissant de personnes se lancent dans la réalisation de clichés pour personnaliser leurs téléphones : portrait de l’être aimé, paysage idéal, etc. Elles délaissent progressivement le téléchargement payant d’images qui sont plutôt formatées à destination d’un public jeune — héros de séries télé, club de football, groupe de rock, etc. Le fond d’écran du téléphone remplace le pendentif de nos grands-parents qui une fois ouvert offrait à contempler une photographie particulière. Tout le monde n’est pas photographe, mais la mise à disposition dans un même appareil d’un outil de création et de diffusion change notre rapport à l’image.

Par la pratique de la photo numérique, notamment celle obtenue par les téléphones mobiles, une forme d’auto éducation à l’image s’opère petit à petit, un style de photographie téléphonique mobile voit le jour. Se constituent des millions de photothèques amateurs, des milliards de clichés qui transitent sur le réseau, qui s’échangent et qui s’effacent au grès de l’humeur, de l’actualité intime, de la mémoire disponible et qui échappent à la fixité de notre regard sur les choses. Certains constructeurs, comme la marque Nokia, expérimentent le réseau mobile dans une approche promotionnelle, Connect to Art 2004 a été lancé en novembre 2004 et propose à ses utilisateurs de télécharger des images conçues avec les contraintes particulières du téléphone mobile et de son écran. Nam June Paik propose des clichés où s’entremêlent des portraits et des fonds numérisés colorés. William Wegman offre en téléchargement quelques clichés de chiens. Ce service ne fonctionne que sur certains terminaux de la marque.

La généralisation de la « 3G » va sensiblement changer le rapport à notre téléphone. Les moyens techniques pour produire du contenu vidéo et sonore, l’optimisation de la géolocalisation et de la visioconférence vont rendre la création et la diffusion de contenus plus complexe. Cette mise en place de standards techniques semble s’accompagner d’une standardisation culturelle — de grands groupes de communication préparent déjà des contenus adaptés aux téléphones : jeux, films, séries. Il est déjà possible aujourd’hui avec un téléphone mobile standard de réaliser ses propres vidéos, la généralisation de la « 3G » va faire circuler ses propres images, ses propres créations plus poussées. Au Japon, une série quotidienne pour téléphone mobile « Yokohama Eighties » est disponible. Le chargement payant de l’épisode du jour se fait pendant la nuit. La mise en scène a été conçue en fonction du support du téléphone mobile et de ses limites : taille de l’écran, durée de l’épisode, etc. En Europe, il est techniquement possible de recevoir sur certains téléphones mobiles des programmes numériques — satellite, TNT — mais aussi d’envoyer des vidéos par MMS.

Premières expérience en 3G 

 

NOTE(S)

1 Rush Michael, Les nouveaux médias dans l’art, Editions Thames & Hudson, 2000.

2 « Aspect de l’esthétique communicationnelle ». Eduardo Kac. P257. In Connexions art réseaux médias, recueil de textes par Annick Bureau et Nathalie Magnan. ENSBA. Mai 2002.

3 Téléphonie mobile et art, cf. le site : http://www.uyio.com/mobile/

4 BlueTooth, cf. le site : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bluetooth

5 Surrender Control : http://www.test.org.uk/archives/000617.html

6 Pages personnelles d’Alice Derain : http://perso.wanadoo.fr/journal-sms/

7 Grafedia : http://www.grafedia.net/

8 Yellow Arrow : http://www.yellowarrow.org/

9 Cf. le site http://www.blinkenlights.de

10 Hello World : http://www.helloworldproject.com

11 P@d : http://www.violet.net/pad.jsp

12 SMSMS : http://www.olats.org/projetpart/artmedia/2002/t_mBolognini.html

13 Benjamin Walter, L'Oeuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique, Editions Allia, 2003.

14 Battle MMS : http://www.uyio.com/mobile/battle.php

15 Le Miroir des Songes : http://www.barriere.org/miroirdessonges

16 Camping Sauvage : http://www.frespech.com

17 Reading the city 2 : http://readingthecity.com/

18 Naumann, Francis-M. et Denis-Armand Canal, Marcel Duchamp. L’art à l’ère de la reproduction mécanisée, Editions Hazan, 1999.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Remerciements à : Nathalie Fougeras

Nicolas Frespech, artiste et chargé de cours au Centre Universitaire Vauban à Nîmes (France). n@frespech.com http://www.frespech.com

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Répertoire de création Net art et téléphonie mobile : Uyio http://www.uyio.com

Ressources techniques : Encyclopédie libre Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Sylvie Parent - 06/2003 Télécommunication sans fil et création artistique. Première partie : les téléphones cellulaires

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).