archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Qu’est-ce que l’interactivité modifie dans notre appropriation des images ?

Louise Boisclair

Certaines installations interactives ne suscitent pas l’intérêt du participant et tombent en désuétude alors que d’autres le captent dans l’immédiat et longtemps après-coup. Les œuvres qui accompagnent cet article, celles des pionniers comme Krueger, Rokeby et Couchot, en témoignent particulièrement. Que se passe-t-il quand le spectateur se transforme en interacteur, comment accède-t-il à l’interactivité d’un dispositif ? Quel impact l’interactivité exerce-t-elle sur le participant ? La réflexion théorique qui suit permet de saisir une partie de l’impact de l’interactivité dans l’avènement des objets culturels et dans notre façon de nous les approprier.

Mécanique générale, Thierry Guibert
LevelHead, Julian Oliver

Image interactive versus image traditionnelle 

Démarrage et embrayage de l’interacteur  

Conduite, simulation, transaction, détection  

Bodies Motion, partie 2, Lozano-Hemmer

Pour rendre compte de la versatilité des dispositifs interactifs et des fonctions mises en jeu, une seule analogie ne suffit pas, il faut en combiner plusieurs. Avec le système, la structure et le fonctionnement de son véhicule, son habitacle, ses fenêtres, ses miroirs, son tableau de bord, ses pédales d’embrayage et de freinage, sa clé de démarrage, l’automobile offre des similitudes intéressantes. Avec des caractéristiques sophistiquées, le simulateur de vol offre à l’apprenti pilote un environnement de pratique pour les manœuvres de la conduite d’un aéronef comme si c’était réel. De plus, comme l’automobile se déplace, accélère et décélère sur des routes déterminées avec un code de conduite spécifique, le simulateur de vol procure un ensemble de sensations proprioceptives simulées. Quant au guichet interactif où le consommateur debout manipule un clavier, il offre une interface de visualisation d’un écran actionné par des opérations, à des fins non pas de déplacement spatio-temporel mais de transaction financière. Il ne s’agit plus d’un volant ou de manette mais d’un clavier tactile. Enfin les systèmes de détection varient de la caméra de surveillance, du GPS, en passant par les rayons x, l’échographie, le scanner, où l’interactivité combinée relève des interventions du technologue à partir de la présence du corps du participant dans un certain positionnement, avec ou sans capteurs ou marqueurs.

La conduite automobile, le simulateur de vol ou le guichet interactif se démarquent par une gestuelle précise, alors que les systèmes de détection reposent sur un positionnement ou une mobilité sans toutefois nécessiter d’actions précises. Comme la conduite automobile, le simulateur de vol et, dans une certaine mesure, le guichet interactif nécessitent l’apprentissage du code d’utilisation, l’image interactive sollicite chez le participant l’apprentissage d’une compétence liée à l’usage de l’ordinateur et aux particularités du dispositif. Cette compétence est rapidement dépassée par une nouvelle à apprendre et à maîtriser. En outre plusieurs dispositifs sont plutôt difficiles à comprendre quant à leur déclenchement et leur déploiement, comptant sur l’exploration du visiteur pour la dévoiler et la mettre en action, faute de quoi l’expérience est frustrante et contre-productive.

L’analogie de l’automobile est viable jusqu’à un certain point. Celle-ci est un habitacle déplacé par un conducteur du point A au point B, avec ou sans détour, mais à l’intérieur d’un circuit routier. L’image dans laquelle le conducteur et les passagers sont en immersion s’inscrit dans le paysage environnant qui défile à la vitesse du déplacement du véhicule. Ni le conducteur, ni le passager n’ont de prise sur l’image environnante, sinon en se fermant les yeux ou en détournant le regard avec des conséquences fâcheuses. Le corps est dans une plateforme mobile. L’analogie vaut également pour le train, le bateau, l’avion et le téléférique. Ici le jeu comporte des règles de conduite du véhicule et la connaissance de la signalisation des voies routières. L’environnement correspond au paysage en temps réel. Pour sa part l’image interactive a une conduite comparable à celle d’un véhicule dans une immersion partielle ou totale. Je conduis ce avec quoi je vois et je vois là où me conduit le véhicule par l’entremise d’interfaces diverses. Je vois un environnement réel, mixte ou virtuel dans lequel j’interagis. Je co-crée, dans une certaine mesure, l’avènement de l’image, dont je modifie l’ordre, le point de vue, la taille de plan ou même parfois le registre de couleur, de clair-obscur, la composition et la perspective, selon les options disponibles dans mon studio cinémato-graphique et ma capacité de les utiliser.

L’interactivité couplée à la plasticité et à l’iconicité 

Dynamique du sens de l’expérimentation à la réflexion 

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Auteure, artiste et chercheure, Louise Boisclair a publié de nombreux articles pour Archée, Inter art Actuel, Vie des Arts et Parcours. Outre ses œuvres plastiques et médiatiques, elle a créé et produit une cinquantaine de vidéos dont quatre Vidéo-Mag primés. Parmi ses réalisations notons le film d’art expérimental, Variations sur le hook up, le mémoire-création Variations sur le dépassement et L’écho du processus de création, ainsi qu’un conte visuel interactif, Variations sur Menamor et Coma et Vitrine Cosmos, dont elle a réalisé le prototype. Ses recherches portent sur Voir l’image et ses effets à l’ère de l’interactivité. Membre du groupe Performativité et effets de présence, elle est doctorante au programme de sémiologie à l’UQAM. Par ailleurs, elle offre aussi des ateliers de créativité par le mandala et la peinture gestuelle.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).