archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Les images ont des oreilles de Nicole Benoit :
protéiforme narrative avec des adolescents

Boisclair Louise

Les images ont des oreilles. Plusieurs écoliers de l’École Pierre-Dupuy en tournage à Prim, 2012

Dans cette œuvre protéiforme qui rassemble un grand nombre de créateurs et d’artisans, Nicole Benoit organise une rencontre créative avec des adolescents, grâce à laquelle elle explore voix, silence, gestus et imaginaire dans la construction de l’identité à travers une forme narrative. D’innombrables étapes construisent l’oeuvre in progress, de la mise en scène avec les jeunes participants, à la vidéo, en passant par un jeu sur Internet et une mise en installation future.


« Les images ont des oreilles »  

Processus de création 

L. B. :  Le processus de création mobilise plusieurs disciplines puisque vous en parlez en termes de jeu, d’installation et d’interactivité et j’ajouterais de vidéo. On pourrait même parler de performance et de théâtre. En quoi s’apparente-t-il à chacun et, au bout du compte, n’est-il pas davantage un jeu Internet?

N. B. :  Le jeu nourrit certes les rencontres avec l’œuvre et c’est une des manières de réinvestir l’espace d’exposition. En cours d’œuvre, ce dispositif stratégique m’est apparu approprié à cette démarche avec les adolescents. C’est simplement une tactique pour investir simultanément une sphère publique et une sphère privée. La matière première demeure toujours l’être humain en tant qu’objet et sujet de l’œuvre. Cependant j’adhère à cette pensée de Fred Forest « …mais l'art ne se doit-il pas de rester ouvert à toutes les alternatives qui s'offrent d'établir une relation au monde, la plus perméable et riche de possibles ? »1


Bande annonce/making of de Les images ont des oreilles


L. B. : La vidéo ci-jointe illustre une séquence entre deux jeunes dont le personnage qui les relie est une plante dans un vase. C’est amusant et intrigant de voir comment la narration présente leur relation avec ce personnage-objet. Quelle part revient aux jeunes dans le processus de création, et quelle part vous revient et quelle part revient à la technologie numérique?

N. B. :  Le concept d’adolescence, qui retient mon attention dans ce projet, est celui qui relève de la tension entre deux états, l’enfance et l’âge adulte, le passage de ce qui n’est plus tout à fait l’un et pas encore l’autre. L’adolescence se définit par cette tension entre deux univers, par cette force d’attraction alternée ou même, simultanée vers l’un et vers l’autre. Le contenu visuel et sonore est conçu à partir des images du corps-adolescent et de sa représentation. Le corps-identitaire et le corps-social sont en interaction.

Pour ma part, je les mets dans une situation difficile, pénible même et je les filme. Ils ont la liberté d’action et du choix des accessoires. Dans le cas de la séquence que vous mentionnez, intitulée « Des êtres comme nous » l’idée du vase et de la plante vient des jeunes. Par la suite, ils sont appelés à se regarder et à se percevoir. Or, pour ce faire, je leur demande de décrire minutieusement les courtes séquences vidéo; de présenter en détail, par écrit, toutes les actions de la séquence. Puis, à travers un processus de décryptage et d'interprétation, ils peuvent traduire leurs perceptions au moyen d’une écriture fictionnelle. Il demeure beaucoup plus aisé pour les jeunes d’interpréter les images que de les décrire. Ils produisent une douzaine de textes; nous en retiendrons cinq : « Le cerf volant »,  « Des êtres comme nous », « Le petit frère fatigant », « Les touristes », « The Revenge of ze caniche »; avec ces textes, le ton est donné.

« Les images ont des oreilles », séquence « Des êtres comme nous », Nicole Benoit et all. 2012
« Les images ont des oreilles », séquence « Le cerf volant », Nicole Benoit et all. 2012


« Les images ont des oreilles », séquence « Les touristes », Nicole Benoit et all. 2012
« Les images ont des oreilles », séquence « The Revenge Of Ze Caniche », Nicole Benoit et all. 2012


Les rôles des personnages imaginés par les étudiants sont attribués et travaillés dramatiquement avec l’enseignant Vincent Mayer, puis enregistrés séparément en studio de son et sauvegardés sur une piste sonore autonome.

Je poursuis seule, à partir de ce matériel audio et vidéo brut. J’apporte à ce produit originel des modifications de composition, des emprunts, par un traitement numérique. Dans les studios de PRIM, avec Sylvain Cossette et Bruno Bélanger nous donnons une impulsion différente au travail. L’œuvre prend une forme déconcertante et un peu étrange. Puis, avec le designer et programmeur Claudio Amorim, nous imaginons à travers un processus d’essai-erreur et de transcription du langage informatique, le jeu interactif.

Recherche-création 

Déclinaison du verbe figurer 

 

NOTE(S)

1 Forest, Fred. 2006. « L’œuvre-système invisible : art relationnel ou art de la relation ». Paris : Ed. L’Harmattan, p. 16.
2 http://www.archipel.uqam.ca/3736/1/D1958.pdf

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Tout d’abord formée en photographie et en lithographie, Nicole Benoit utilise présentement l’image en mouvement et le son comme matériaux de création. « Les images ont des oreilles »poursuit une exploration constante, dans son œuvre, des manifestations entourant le langage et l’image, à partir des variations du corps et de sa gestuelle. Elle désire maintenant soulever de manière plus spécifique les questions de la voix et des formes de mutisme verbal en lien avec l’identité personnelle ou collective. Les réalisations de l’artiste incluent des monobandes vidéographiques et des installations, notamment «A» (comme aveugle) et Genre : ado ainsi que des contributions à diverses productions télévisuelles, radiophoniques et filmiques, à Radio-Canada, à TéléQuébec et à l’ONF. Ces œuvres ont été vues au Québec, au Canada et en Europe. Ph.d. en études et pratiques des arts de l’UQAM, Nicole Benoit enseigne en pratiques artistiques actuelles à l’Université de Sherbrooke.

Auteure-chercheure, Louise Boisclair a publié de nombreux articles pour Archée, INTER art actuel, Le Magazine du CIAC, Nouveaux Actes Sémiotiques, Vie des Arts et Parcours. Outre ses travaux plastiques (peinture gestuelle et mandala) et littéraires (texte court, poésie, essai), elle a créé et réalisé une cinquantaine de vidéos dont quatre primés, le film d’art expérimental, Variations sur le hook up, le mémoire-création, Variations sur le dépassement suivi de L’écho du processus de création, et le prototype du conte visuel interactif, Variations sur Menamor et Coma et Vitrine Cosmos. Doctorante en sémiologie à l’UQAM, elle complète une thèse sur l’installation interactive et l’expérience de perception associée au geste interfacé. Elle est membre du groupe Performativité et effets de présence et participe aux rencontres du Sense Lab.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Nicole Benoit - 07/2012 Les images ont des oreilles

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).