archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Barbeau - Perec

Pierre Robert

Image tirée du site de Richard Barbeau

L'interaction de Richard Barbeau avec Georges Perec

Georges Perec disait :

Mon ambition d'écrivain serait de parcourir toute la littérature de mon temps sans jamais avoir le sentiment de revenir sur mes pas ou de remarcher dans mes propres traces, et d'écrire tout ce qui est possible à un homme d'aujourd'hui d'écrire : des livres gros et des livres courts, des romans et des poèmes, des drames, des livrets d'opéra, des romans policiers, des romans d'aventures, des romans de science-fiction, des feuilletons, des livres pour enfants... (cité par Gilles Carpentier)

Je ne sais quel obscur désir a empoigné Georges Perec lorsqu'il décida, dans la foulée de ses ambitions de renouvellement perpétuel, d'écrire un livre sans utiliser la lettre "e", mais force est d'admettre que La disparition est un livre hors du commun.

Non seulement en regard de l'exploit, mais aussi par la richesse des idées et des évocations véhiculées sous ces phrasés dont l'élégance marie le sens avec brio. Le livre a été publié en 1969 aux Éditions Denoël et repris dans la collection L'imaginaire chez Gallimard en 1997.

Dès les premières lignes, une catastrophe en cascade, typiquement téléjournalistique dans son esprit, engendre un univers plein d'une concrétude trouble et éclatée. Une vision tentaculaire jouant de vitesse avec le vaste monde et ses intrigues.

Pour faire contre-pied à la dissolution de l'individu dans ce chaos social, un personnage surgit, entouré de ses objets quotidiens, muets et remplaçables. Anton Voyl est un insommniaque chronique à portée d'hallucinations. Et le navire textuel nous emmène tout au loin sans "e".

La voyelle " e " ainsi disparue ou repoussée, déviée ou contournée, simulée ou abandonnée, Perec alors s'enflamme et s'abreuve à tous les fantasmes et à toutes les dérives. Il en résulte des univers incroyablement cohérents, rivés à des réalités imprégnées de fictions, entremêlant les genres. Une lecture hautement recommandée pour qui la langue est un jeu.

La première phrase de l'avant-propos s'impose comme un programme moral digne des élans prémonitoires des grands  visionnaires : "Où l'on saura plus tard qu'ici s'inaugurait la Damnation". Voilà, aucun "e" n'embarasse l'énoncé et le sens lacère la page d'un avertissement funeste.

Barbeau 

Le jeu Perec 

Le jeu, la lettre et le hasard numérique selon Umberto Eco 

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Pierre Robert - 05/1998 Une entrevue avec Richard Barbeau

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).