archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Méthodologie et partage du savoir :
Six entrevues-vidéo (2)

Lorella Abenavoli

 

Maria Lantin et Glen Lowry, Jean-Simon DesRochers, Carlos Sena Caires, Xavier Lambert, Emanuele Quinz, et François Leblanc avec Aaron Sprecher, ont accepté de répondre à des questions formulées sur la définition du terme de recherche-création, sur ce qui le distingue de celui de la création, sur la différence entre méthode et méthodologie de recherche, sur la méthodologie versus l'épistémologie de recherche, etc.… Chaque entretien dure environ une dizaine de minutes, approximativement les mêmes questions ont été posées aux chercheurs expérimentant des pratiques très diverses afin de pouvoir bénéficier de l'originalité de leurs points de vue. Ainsi six nouvelles entrevues sont publiées dans cette parution, six autres paraîtront dans la prochaine édition.

Maria Lantin et Glen Lowry travaillent au sein d'équipes pluri-disciplinaires à L'Emily Carr University et interrogent, entre autre, les tensions qui existent entre les objectifs définis et les résultats attendus par les programmes de financement et les dynamiques des processus de travail au sein de la recherche-création. S'ils posent la question à partir du cadre institutionnelle académique, cette question est toutefois transférable aux centres d'artistes1 qui doivent anticiper dans leurs demandes les processus heuristiques2 des artistes qu'ils accueillent, qui, par définition, sont imprédictibles. Comme un certain nombre de chercheurs interviewés, ils saisissent ici les contradictions inhérentes au statut de l'artiste-chercheur dans le contexte de la recherche-création au sein de l'institution : la méthodologie qui permet la transmission des connaissances ne doit pas ficeler les processus de travail. « Il faut d'abord laisser la place aux objets de la recherche-création qui sont souvent difficiles à reconnaître, nous dit Glen Lowry, et c'est ce qui en fait des objets passionnants. » Cependant Maria Lantin insiste sur le fait qu'il est pourtant tout a fait possible, voire nécessaire, d'énoncer avec clarté ses intentions pour identifier ses méthodes. Leur réflexion nous conduit à interroger l'œuvre elle-même au cœur de la recherche-création : dans quelle mesure l'institution autorise-t-elle l'artiste-chercheur à nommer clairement, ou disons plutôt à nommer sans interdit son objet.

Jean-Simon DesRochers s'exprime sans ambages : « comme créateur dans le domaine littéraire je ne cherche aucune réponse. Une œuvre pose des questions… ». « La création, nous dit-il, est tendue entre deux pôles : entre un mysticisme complet et une peur du concept… une peur de tuer la poule aux œufs d'or, en lui donnant un nom. Mais il est possible d'essayer de définir quelques paramètres, auxquels l'œuvre n'est pas réductible, qui peuvent cependant servir de territoire de consultation générale, d'échanges, de dialogues. (…) Comme créateurs nous avons une intuition… "mais qu'est-ce que l'intuition?" Et bien on peut en parler. En art on a peur d'en parler mais on peut cependant le faire sans l'invalider! » Jean-Simon DesRochers de poursuivre et d'affirmer, dans le sillon de Maria Lantin et Glenn Lowry, l'importance de la méthode. Elle part de considérations subjectives pour développer des discours, afin de générer des savoirs ou tout au moins un mouvement.

Cette question est centrale pour Carlos Seina Caires, artiste-chercheur en art médiatique en provenance du Portugal. « Comment transmettre l'expérience de la pratique comme connaissance?  Comment penser la pratique en tant que théorie et la théorie comme pratique? Comment problématiser et communiquer ce que l'on fait? » interroge encore Carlos Seina Caires. Car pour lui et pour son laboratoire de recherche le CITAR, la publication, qui est une des modalités de la transmission des connaissances auprès d'un public, n'est pas suffisante dans le contexte de la recherche-création en art : « Exposer les idées par le texte est fondamental, mais le texte alors entendu au sens large et incluant les documents  cinématographique, sonore, vidéographique… ». Cette remarque renvoie à nouveau à questionner les outils de la recherche en art, ses modes de transmission et dialogue avec les réflexions de Maria Lantin, Glenn Lowry et Jean-Simon Desrochers.

Xavier Lambert, artiste, pédagogue et chercheur  français propose, quant à lui, une interdisciplinarité théorique en établissant les lignes de partage entre la nature de la recherche dans la création artistique et celle dans la recherche-création. Selon lui, pour l'artiste, son art est toujours recherche, cependant l'art dans la recherche-création exige une distanciation, une capacité d'analyse des mécanismes mentaux, intellectuels, philosophiques. C'est cette capacité à réfléchir la pratique créative et ses processus et enfin à les articuler avec des champs conceptuels qui sont en dehors de l'artistique, qui permet l'élaboration et la transmission des connaissances, constituant ainsi un apport pour la collectivité. Jusqu'alors les entrevues questionnaient souvent les paradoxes inhérents aux relations qu'entretiennent la recherche-création en institution et la recherche au sein de la pratique artistique en dehors de celle-ci.

Emanuele Quinz demande au contraire, si l'école, n'est pas, finalement, le lieu privilégié de la recherche-création, peut-être même le seul, où les conditions sont réunies pour constituer un espace de liberté et d'expérimentation. Le collectif comme modalité de travail et son effectivité dans son processus de chercheur, est au cœur de la réflexion de Emanuele Quinz, commissaire, historien de l'art et professeur enseignant en France. Le collectif est envisagé, chez lui, en amont de la recherche et comme méthode en soi, une méthode non-déterministe. C'est dans sa pratique de commissaire qu'il invite des artistes autour d'une problématique commune en vue de déplacer leurs habitudes et d'interroger leurs statuts. Le collectif, comparé à un ensemble polyphonique, a une fonction motrice au sein d'une pratique qui se constitue comme recherche, à laquelle l'exposition donne corps. Dans son entrevue Emanuele Quinz donne des exemples de ce processus.

Quant à Aaron Sprecher, architecte et François Leblanc, designer industriel, ils sont engagés dans une recherche qui s'articule sur les relations de l'architecture et du design avec une théorie en acte de l'information. Ils proposent de remplacer la notion de représentation par celle de modélisation et la notion de méthode par celle de protocole, où circulation, traitement, transformation de l'information constituent les trois étapes récurrentes du processus de création. Cependant le protocole est toujours réinventé à chaque nouveau projet où les technologies de l'information pénètrent des dimensions de la matière qui seront au cœur de la réflexion de leur laboratoire et de leurs projets.

 


Maria Lantin is the Director of Research at Emily Carr University of Art + Design and the Director of the Stereoscopic 3D Centre. For many years she has been joining her love of Computing Science with her belief in the innovative potential of the arts. A circuitous route led her from obtaining her PhD in Computing Science at Simon Fraser University to leading the Visualization Lab at the Banff New Media Institute, to developing the Intersections Digital Studios (IDS) at Emily Carr.  She has had the joy of bringing to life many artist projects involving digital technology, and continues this practice at Emily Carr with collaborative and industry-partnered research.

Glen Lowry, PhD English (SFU), is a writer, cultural theorist, editor, and educator who specializes in collaborative practice as social engagement. An Associate Professor in the Faculty of Culture & Community and Vice-Chair of the Research Ethics Board at Emily Carr University of Art + Design, Vancouver, BC, his work looks at notions of spatial justice and learning as an unsettled settler from Indigenous research and research methods. Co-editor / designer of Speaking My Truth: Reflections on Reconciliation and Residential School, Lowry is working for the Aboriginal Healing Foundation to develop resources and curriculum that challenge the legacies of residential schools and possibilities for reconciliation among Aboriginal and non-Aboriginal people. Lowry is also a core member of Maraya (2007-2012), and has facilitated and participated in numerous presentations and talks on the intersections of creative practice, social engagement and cultural memory: Art Dubai (2010); Learning From Vancouver, at Western Front (2010); Interactive Futures ’09: Stereo; ISEA 2011 Istanbul; and Speculative Cities – Dubai, Panama City, Vancouver (2013). From 2001-2011, Lowry edited the Simon Fraser University-based cultural journal West Coast LinePacific Avenue (LINEbooks, 2009) is his first poetry collection.

 


Né à Montréal en 1976, comme écrivain, Jean-Simon DesRochers a initialement œuvré en poésie : L’Obéissance impure (2001) et Parle seul (2003), Prix Émile-Nelligan. Ses romans, La Canicule des pauvres (2009) et Le sablier des solitudes (2011), en plus d’être retenus en finale de nombreux prix (Prix du Gouverneur général, Prix des libraires du Québec, Prix des collégiens), ont remporté un vif succès critique et populaire. En février 2013 paraissait son troisième roman, Demain sera sans rêves, qui confirme la constitution d’une œuvre protéiforme et traversée d’un vif désir d’innovation. Chercheur spécialisé en théories de la création littéraire et principal initiateur de l’approche bioculturelle en création, il est détenteur d’un doctorat en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal.

 


Carlos Sena Caires est artiste et enseignant-chercheur (maître de conférences en Esthétique, Science et Technologies de l’Art) à l’École des arts de l’Université catholique portugaise (Porto), où il dirige le groupe de recherche en Arts visuels et interactifs du Centre de recherche en science et technologie des arts (CITAR). Ses œuvres sont régulièrement exposées au Portugal et à l’étranger : Procesalia 2013 (Santiago de Compostelle, Espagne), TEI 2012 (Kingston, Canada), FAD 2011 (Belo Horizonte, Brésil), Art Multiple Contemporain 2011 (Madrid, Espagne), Serralves musée d’art contemporain (Porto, 2007), Casa das Mudas – musée d’art contemporain (Funchal, 2008), etc. Il est le rédacteur en chef du CITARJournal depuis 2011.

 


Xavier Lambert est professeur des universités en arts plastiques, arts appliqués et membre du LARA/SEPPIA à l’Université de Toulouse Le Mirail. Il mène un travail de recherche sur la création artistique dans le cadre des technologies contemporaines et plus généralement sur les processus de création.

 


Historien de l’art et commissaire d’exposition indépendant, Emanuele Quinz est maître de conférences à l’Université Paris 8 et enseignant-chercheur à l’EnsadLab de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs. Titulaire d’un doctorat en esthétique, ses recherches explorent les convergences entre les disciplines dans les pratiques artistiques contemporaines : des arts plastiques au design, de la musique à la danse. Il a dirigé plusieurs ouvrages, dont Du corps à l’avatar (2000), Digital Performance (2002), Interfaces (2003), Le design d’interaction, une introduction (avec L. Marchetti, 2013) et Strange Design. Du design des objets au design des comportements (avec J. Dautrey, 2013).

 


Aaron Sprecher was trained as an architect in Brussels, Jerusalem, Amsterdam, Paris, and Los Angeles. He is a licensed architect in Israel, and a member of the Royal Architectural Institute of Canada. He has been Assistant Professor at the School of Architecture in the McGill University Faculty of Engineering since 2008. In parallel, he is co-founder and partner of Open Source Architecture, a collaborative research group that brings together international researchers in the fields of design, engineering, media research, history, and theory. His research and design work focuses on the synergy between information technologies, computational languages, and digital fabrication systems. Aaron Sprecher is co-curator and co-editor of the exhibition and catalogue.
Last years he was awarded a Canada Foundation for Innovation grant in 2010, a SSHRC Insight Development grant in 2011, and a SSHRC Partnership Development grant in 2012 to support his research activity at the Laboratory for Integrated Prototyping and Hybrid Environments (LIPHE, McGill University School of Architecture).

Candidat au doctorat, François Leblanc est praticien en architecture et enseigne les processus de conception et de fabrication numériques à l’Université McGill. Chercheur principal au laboratoire multidisciplinaire de design LIPHE sous la supervision d’Aaron Sprecher, il explore l’optimisation matérielle, la fabrication additive, et les technologies numériques à travers la recherche-création. Titulaire du MEDA 2012, on lui a récemment attribué la prestigieuse bourse Armand-Bombardier-CGS pour le développement de nouveaux prototypes architecturaux liés à la question de l’impression 3D et aux répercussions de cette nouvelle technologie sur les méthodes de design.

 

NOTES

1 Rappelons que les Centres d'Artistes Autogérés sont un dispositif spécifiquement Canadien. L'essentiel de leur financement provient de subventions fédérale et provinciale.
2 Voir au sujet des processus heuristiques l'entrevue de Louis-Claude Paquin, dans le 3e et dernier volet de ce dossier, dans la prochaine édition d'Archée.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Artiste franco-italienne en arts plastiques, médiatiques et audio, Lorella Abenavoli produit des œuvres installatives interdisciplinaires convoquant la biologie, la physique, l'acoustique, la programmation associées aux pratiques plastiques de l'espace. Elle a été accueillie au Fresnoy, à l'Ircam, à l'Institut de Physique du Globe de Paris, à Hexagram, à Oboro pour y développer ses recherches. Elle a exposé son travail en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. Boursière du FQRNT, elle poursuit un doctorat à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Sa recherche théorique vise à définir la pratique de la sonification dans les arts plastiques et médiatiques. Elle a été directrice artistique entre 2009 et 2011 d'Avatar (Ville de Québec), centre d'artiste dédié à l'art audio et électronique. Elle publie des textes dans des revues comme AI&Society, Spirale, .dpi., Circuit. Elle est actuellement chargée de cours à l'UQAM.

 

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).