archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


L'avant du post-humain (Lapointe et Altmejd)

Fabienne Claire Caland & Bertrand Rouby

Lapointe et Altmejd, Conte crépusculaire, Crédit Pascal Grandmaison et
Frédéric Bouchard, Galerie de l'UQAM et Productions 3PM inc.
Affiche de Conte crépusculaire, 2011

Proposé à la Galerie de l’UQAM du 4 au 7 mai 2011, Conte crépusculaire est un « conte visuel et musical » de quarante minutes réparti selon les forces de ses deux créateurs : Pierre Lapointe en tant qu’auteur, compositeur et interprète ; David Altmejd en tant qu’artiste qui, précise-t-on dans le carton de présentation, « sculpte des réseaux à partir de chaînes dorées, de cire pastel, de poils, de fils colorés, de quartz, de pyrite, de moquette salie, d’énergie, de bois, de Plexiglas, de résine époxy, d’électricité et de noir ». Longue énumération qui dévoile beaucoup de l’installation offerte : mis en valeur par la couleur noire et énergisés par la composition articulée qui les relie, les fils, poils et autres matériaux forment un décor annoncé comme futuriste. Que celui-ci avoue son inachèvement, se laissant appréhender comme une sorte de work in progress, et l’on comprendra qu’il s’agit bien d’une performance d’art actuel et non d’un « show », selon la volonté même de Pierre Lapointe.

De la glaise au Plexiglas 

Corps ouvert contre suture 

Éprouver les limites d’un format 

 

NOTE(S)

1 Voir Fabienne Claire Caland, « (Aleph = 1) + (Mem = 40) + (Tav = 400) ou L’écorce du Golem », dans Ésotérisme et initiation. Études d’épistémologie et d’histoire des religions (dir. Émilie Granjon, Giuseppe Balzano, Baudien Decharneux, Fabien Nobilio et Olivier Santamaria), 2e édition, E.M.E. et InterCommunications, 2011, p. 183-190 (coll. « Divin & Sacré »).

2 On pensera surtout à deux performances : Pol (2002) présentée comme « conte mécatronique pour cinq robots, un écran panoramique et deux acteurs équipés de dreskeletons (interface corporelle de type exosquelette) » ; Transpermia (2004), présentée comme « conférence mécatronique présentant le projet Dedal et ses micro-performances en gravité zéro ainsi que la théorie Transpermia ».

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Membre de l’équipe rédactionnelle d’Archée, Fabienne Claire Caland est chercheure en mythologie et en art. Son champ d’investigation est l’imaginaire occidental : elle interroge les peurs et les désirs mis en mots ou en images, ceux qui ont une forte valeur symbolique sociale et politique. C’est ainsi qu’après avoir codirigé le collectif Horizons du mythe (Cahiers du Célat, 2007), elle a publié son premier essai En diabolie. Les fondements imaginaires de la barbarie contemporaine (VLB Éditeur, 2008). Le deuxième volet consacré à cette réflexion sur les mutations du concept d’humanité dans l’imaginaire est prévu pour l’automne 2012 ; il s’ajoutera à la cinquantaine d’articles publiés en Europe et en Amérique du Nord.

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, auteur d'une trentaine d'articles, Bertrand Rouby est maître de conférences à l'Université de Limoges (France) et mène sa recherche en association avec la Chaire du Canada en esthétique et poétique et le CRILCQ. Membre de l'équipe EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles), il s'intéresse à l'expression du sacré dans la poésie britannique contemporaine et dans les productions et dispositifs médiatiques, électroniques, et numériques.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Druillet, Philippe ((page consultée le 31 juillet 2011), en ligne], adresse électronique : http://www.druillet.com

Lapointe, Pierre (page consultée le 31 juillet 2011), en ligne], adresse électronique : http://pierrelapointe.com/.

Roca, Marcel.lí Antùnez (page consultée le 15 août 2011), [en ligne], adresse électronique : http://www.marceliantunez.com/ (voir section « travail »).

Vigorelli, Guendalina « Dans l’espace-corps de la mutation » (mars 2011), Archée, section cyberculture.
Stellarc (page consultée le 25 juillet 2011), [en ligne], adresse électronique : http://stelarc.org/ .

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).