archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


L'émotion du seuil (Threshold to the Kingdom, Mark Wallinger)

Fabienne Claire Caland

Remarqué depuis Ecce Homo en 1999, choisi pour représenter la Grande-Bretagne à la Biennale de Venise deux ans plus tard, récipiendaire du Prix Turner 2007, l’Anglais Mark Wallinger est actuellement l’un des artistes les plus en vue dans le monde de l’art. Quatre ans après le très politique State Britain, il présente de nouveau l’une de ses œuvres à la Tate Britain. Cette fois, il préfère l’une des salles confinées du musée afin qu’elle accueille Threshold to the Kingdom (2000), vidéo de 11 minutes et 12 secondes, sur grand écran. Déjà projetée à la Kunsthaus de Graz à l’automne 2002, au couvent de Sainte Agnès de Bohême à Prague en 2006 ou dans le cœur de l’église Saint-Eustache à Paris pour la Nuit blanche 2009, cette vidéo est consacrée au dynamisme du passage (« threshold »), faisant ainsi retour sur une étape rituélique de l’initiation. Sur le moment où l’on quitte le monde pour l’ailleurs, où le profane se sacralise, où le néophyte se transforme en initié. Qui connaît les œuvres antérieures de Wallinger se demandera néanmoins si Threshold to the Kingdom ne cache pas autre chose, de l’ordre du politique ou du social. À moins qu’il ne s’agisse d’une autre dimension de son art.

Un pas vers la sacralisation 

Sacré et art 

Distance, plongée 

 

NOTE(S)

Pastiche à la gare de Saint Malo

1 À l’automne 2010, Threshold to the Kingdom fut en effet présenté dans le cadre de l’exposition Hope, au Palais des arts de Dinard, regroupant une soixantaine d’artistes. L’exposition a été divisée en quatre temps par le commissaire Ashok Adicéam : la Genèse (Richard Serra, Lucio Fontana, François Morellet…) ; l’exode (Giacometti, Farhad Moshiri, Paola Pivi) ; l’apocalypse (Wim Wenders, Ugo Rondinone, Pedro Reyes…), la grâce (Damien Hirst, Yan Pei-Ming, Mark Wallinger…). Notons par ailleurs que sur Internet circule actuellement un pastiche de Threshold to the Kingdom sous le titre Seuil du royaume et filmant la sortie des passagers de la gare de Saint-Malo.

2 En entrant dans la salle, face à la vidéo, la mosaïque au sol est inspirée du 48ème proverbe que Blake écrivit pour The Marriage of Heaven and Hell. On y lira donc : « The Eyes of Fire ; the Nostrils of Air ; the Mouth of Water ; the Beard of Earth ».

3 Lors de cette exposition à la galerie Anthony Reynolds, Wallinger installe deux reproductions agrandies du tableau de Vélasquez dos à dos, accrochées au plafond par un filin.

4 La cacophonie est provoquée par vingt et un segments de la Messa da Requiem de Verdi joués ensemble.

5 Angel ? C’est le nom de la station de métro ! Et Wallinger de répéter en montant l’escalator : « In the Beginning was the Word and the Word was with God and the Word was God ». C’est ici une citation de Saint-Jean qui sera reprise dans la vidéo On an Operating Table (1998).

6 H. Bergson, Le rire, PUF, 1995, p. 97.

7 En 2008, à la Donald Young Gallery de Chicago, trois installations dans trois pièces « The Human Figure in Motion » sur l’absence/présence, la politique de la représentation.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Membre de l’équipe rédactionnelle d’Archée, Fabienne Claire Caland est chercheure en mythologie et en art. Son champ d’investigation est l’imaginaire occidental : elle interroge les peurs et les désirs mis en mots ou en images, ceux qui ont une forte valeur symbolique sociale et politique. C’est ainsi qu’après avoir codirigé le collectif Horizons du mythe (Cahiers du Célat, 2007), elle a publié son premier essai En diabolie. Les fondements imaginaires de la barbarie contemporaine (VLB Éditeur, 2008). Le deuxième volet consacré à cette réflexion sur les mutations du concept d’humanité dans l’imaginaire est prévu pour l’automne 2012 ; il s’ajoutera à la cinquantaine d’articles publiés en Europe et en Amérique du Nord.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).