archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Techné et la représentation du corps comme paradigmes de la danse contemporaine

Nuria Carton de Grammont

Dans la chorégraphie I’ Is Memory, signée par Benoît Lachambre, Louise Lecavalier abandonne le style qui l’a caractérisé pendant des années, son affection pour les mouvements extrêmes presque suicidaires, pour s’approprier une esthétique minimaliste orientée vers la redistribution des flux du corps et la recherche kinesthésique de l’action.

Louise Lecavalier / Benoît Lachambre - I is memory

Couverte de la tête aux pieds par des survêtements inspirés de la mode urbaine de genre graffiti, tel un hoody, Lecavalier devient un être androgyne par le fait de dissimuler les traits qui déterminent son genre, son identité. Ce costume sportif semble occupé par une substance éthérée, qui se déplace lentement, épurée d’excès et d’apparat, absente de mouvements codifiés et de langage narratif formel. Dans cette danse sereine et méditative, le corps semble flotter dans un espace cybernétique, une atmosphère vaporeuse et artificielle. Le quadrillage lumineux projeté sur le sol ainsi que la cadence des mouvements suspendus de l’interprète semble effacer les paramètres du sol, du plafond ou encore de la profondeur de champ. La scène devient un écran géant dans lequel le corps se plonge et se déplace, tel un plasma, un espace visqueux, qui simule la réalité virtuelle.

Aujourd’hui, la fascination du corps virtuel, cette fusion de l’organique et de l’artificiel, fait partie des constantes de l’imaginaire collectif contemporain puisque la culture de masse en est elle-même fortement teintée. Contrairement aux utopies modernes centrées sur la recherche de territoires lointains et de paradis perdus, l’attention aujourd’hui se porte davantage sur la géographie du corps ainsi que l’évolution génétique de l’être humain. Le corps est devenu un lieu à explorer, à étudier, à conquérir par les nouveaux outils de persuasion de la médecine, la science et la technologie. Ce corps n’est plus strictement abordé en tant que matière physique et biologique. Dorénavant, il peut être aussi abstrait qu'artificielle. Ces qualificatifs ouvrent ainsi sur de nouvelles possibilités pouvant révéler certains inconnus et les mystères que ce dernier cache encore. Vers la fin du XXe siècle, l’être humain devient un cyborg, un organisme cybernétique hybride machine-organisme, une créature à la foi réelle et fictive. Dans son Manifeste cyborg Donna Haraway, prétend que le cyborg est une fiction qui embrasse à la fois la réalité sociale et corporelle, dans une image condensée d’imagination et de réalité matérielle. Selon cette dernière, les frontières entre science-fiction et réalité sociale prennent donc l’allure d’une simple illusion optique où tout s’entremêle sans distinction. ‘I’ is memory met en évidence le paradigme du corps hybride tout en questionnant le rôle que téchne joue aujourd’hui dans l’art chorégraphique.

Techné et l’artifice chorégraphique moderne 

Techné et la virtualisation du corps dansant 

‘I’ is memory et le simulacre de techné  

 

NOTE(S)

Une première version de cet article fut publiée dans la revue mexicaine Fractal à l’automne 2008 ( http://www.fractal.com.mx )

 

Bibliographie

Haraway, Donna, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – Fictions – Féminismes, Paris : Exils Éditeur, 2007.
Lovejoy, Margot. Digital Currents: Art in the Electronic Age, Londres : Routledge, 2004.
McCarren, Felicia. Dancing Machines. Choreographies of the Age of Mechanical Reproduction, Stanford: Stanford University Press, 2003.
Sultan, Josette et Jean-Christophe Vilatte. « Ce corps incertain de l’image Art/Technologies », In Champs Visuels. Revue interdisciplinaire de recherche sur l’image, Paris : L’Harmattan, n°10, juin 1998.
Woolley, Benjamin. Virtual Worlds: A Journey in Hype and Hyperreality, Oxford: Lackwell Scientific Pub, 1992.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Nuria Carton de Grammont a réalisé ses études de maîtrise en Études des arts à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Actuellement, elle prépare sa thèse de doctorat au département d’Histoire de l’art à l’Université Concordia. Parallèlement à ses études, elle s’intéresse à la diffusion de l’art scénique et visuel contemporain notamment en tant que commissaire d’expositions artistiques et organisatrice de colloques.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

http://www.youtube.com/watch?v=qmppvqRzeP4&feature=related
http://jodysperling.com/loie-fuller/
http://www.merce.org/
http://www.youtube.com/watch?v=u5sEnrQD_oU&feature=related

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).