archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Dispositifs de la perception : anatomie, présence, interactivité. Conversation avec Marie-Claude Poulin et Martin Kusch de kondition pluriel

Enrico Pitozzi

Anatomies du mouvement 

Le corps technorganique 

Nouvelles dimensions spatio-temporelles 

Frontières de l’interactivité 

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Enrico Pitozzi
enseigne « Formes de la scène mutimédiale » au Département de Musique et du Spectacle de l’Université de Bologne, en Italie. Il est professeur invité à l’Université du Québec à Montréal – UQAM (Canada). Son travail de recherche porte sur les modalités d’intervention des technologies sur la perception du performeur, sur les aspects neurophysiologiques liés à la composition du mouvement ainsi que sur le concept de présence médiatisée sur scène. Sa démarche a été inscrite dans le Presence Research Groups - section Arts/Performance, programme international de recherche sur la présence, dans le cadre du PEACH Project. Il a participé, entre autres, au séminaire interne de la « 37° Biennale del Teatro di Venezia 2005 » dirigée par Romeo Castellucci. Rédacteur du magazine italien Art’O, il a également publié de nombreux textes en Europe, au Japon et au Québec, dont le texte Étendre la peau. Scène, perception, dispositifs technologiques, dans l’ouvrage Ensemble / Ailleurs
; Together / Elsewhere, sous la direction de Louise Poissant et Pierre Tremblay aux Presses de l’Université du Québec, prévu en février 2010. Avec Annalisa Sacchi, il a publié en 2008 Itinera. Trajectoires de la forme. Tragedia Endogonidia, chez Actes Sud. Sa monographie sur la scène contemporaine face aux technologies Corpo, anatomia, percezione. Scena performativa e dispositivi tecnologici, aux éditions Bulzoni est prévue pour le 2011 ainsi que le livre Electroscene, avec le compositeur Roberto Paci Dalò, sur la composition sonore électronique chez l’éditeur italien Cronopio, en décembre 2010.

kondition pluriel est reconnu pour ses activités de recherche, de développement et de création dans les domaines de la danse contemporaine, des installations performatives et des environnements interactifs. La compagnie a été fondée en 2000 par Marie-Claude Poulin et Martin Kusch. Marie-Claude a travaillé en tant qu'interprète, notamment avec Benoît Lachambre et Meg Stuart. Alliant son expérience de danseuse contemporaine, d’enseignante en éducation somatique (gymnastique Penchenat) et ses connaissance en kinanthropologie (études sur le système nerveux humain), Marie-Claude Poulin aborde le rapport du corps à la technologie d’une manière organique. Martin Kusch étudie l’histoire de l’art, la philosophie et la peinture à Berlin. Intéressé par la performance, il fonde ABF et NoName, des groupes actifs sur la scène berlinoise à la fin des annés 80. En 1997, il obtient une maîtrise en arts médiatiques de l’Université des arts appliqués de Vienne (Autriche) où il enseigne depuis. Durant les vingt dernières années, il travaille en tant qu’artiste visuel dans le domaine des arts médiatiques et se spécialise dans la création d’environnements immersifs interactifs.

Installé à Montréal, kondition pluriel produit des performances et installations présentées dans des galeries, des espaces publics, des musées et des théâtres autour du monde. Les principaux projets réalisés et présentés au Canada et à l’étranger par le groupe sont schème, schème II, entre-deux, Myriorama, recombinant – le corps techn(o)rganique, The puppet, passage et abandoned. Ces pièces se complètent les unes les autres par rapport aux questions qu’elles abordent. kondition pluriel a collaboré avec plusieurs institutions majeures et a participé à de nombreux événements internationaux tels le Festival International de Nouvelle Danse de Montréal (Canada), Umbrella (Londres), Dance2002 (Munich), ISEA (Nagoya et Helsinki), Transcodex (Rome et Gênes), Interatividades (São Paulo), ZKM (Karlsruhe), Transmediale (Berlin) et CYNETart (Dresde).

http://www.konditionpluriel.org/

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).