archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


CyberSM : Le premier laboratoire virtuel de recherche télétactile 

Paolo Atzori

cyberSM

Le 10 décembre 1993 à Cologne et à Paris, en connexion grâce à une ligne téléphonique, a été expérimenté CyberSM, la première expérience tactile de réalité virtuelle appliquée au sexe. Le projet CyberSM du norvégien Stahl Stenslie et de l'américain Kirk Woolford est une tentative de créer une communication tactile, visuelle et auditive en temps réel dans le cyberespace. L'environnement créé par l’ordinateur permet aux utilisateurs, au moyen d’une interface constituée par tenue stimulatrice (data-suit : un ensemble de biocapteurs, émetteurs, palpeurs, vibromasseurs, diffuseurs de chaleurs en contact avec les zones érogènes du corps) de “se toucher” l’un l’autre sans limites de distances physiques.

La connexion se réalise à travers le réseau ISDN et les impulsions sont réglées électroniquement avec des décharges de courant électrique qui peuvent varier entre 3,5 et 49 volts, selon les goûts des utilisateurs (au delà des 7 volts l'expérience est désagréable et réservée aux sadomasochistes). Une fois la tenue endossée, l’utilisateur regarde l’écran de projection vidéo divisé en 15 fenêtres qui montrent les images de torses et de bassins des deux sexes rassemblées par une banque de données d’images 3D de modèles sélectionnés et scannés par les deux artistes. Ces images peuvent être manipulées interactivement par l’utilisateur, dont les choix constituent le “corps virtuel” qui est envoyé à l'autre utilisateur. Sur l’écran, les fenêtres disparaissent et les images choisies par l’autre utilisateur apparaissent. A ce moment commence l’interaction interpersonnelle directe : avec une souris il est possible de choisir des parties du corps virtuel reçues et d’envoyer au “partenaire” des stimuli localisés dans les zones (réelles!) correspondantes. A travers une connexion audio les deux participants s’échangent leur impressions...

L’aspect révolutionnaire du projet se situe sans doute dans le fait d’avoir associé une dimension réaliste très forte à ces Cyber-expériences où les sensations et les stimuli sont réels et non préconstitués comme tous les systèmes “visuels” de réalité virtuelle où l'expérience, absolument individuelle, consiste en l'exploration d’un virtuel projeté et programmé en avance et donc dépourvu de communication interpersonnelle directe.

Intertitre 01
Premier entretien avec Stahl Stenslie et Kirk Woolford (Cologne 26-1-1994)

Premier entretien avec Stahl Stenslie et Kirk Woolford (Cologne 26-1-1994) 

Deuxième entretien avec Stahl Stenslie et Kirk Woolford (Cologne August 2000) 

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Après des études en Architecture à Venise et Rome, Paolo Atzori travaille comme architecte à Vienne, pour intégrer ensuite l’Ecole Supérieures de Médias (KHM) de Cologne, où, avec Fabrizio Plessi, fonde le département de scénographique électronique. Depuis 1994, il a réalisé plusieurs projets artistiques et de spectacle vivant, caractérisés par une expérimentation des technologies numériques avec l’objectif d’étendre l’environnement  scénique avec l’interaction, en collaborant entre autres avec Diller + Scofidio, Plessi, Michèle Noiret, Bud Blumenthal. Il a dirigé plusieurs projets de formation et exposition sur la culture numérique. Il est actuellement directeur du département media design de NABA, Nouvelle Ecole des Beaux-Arts de Milan.

Artiste norvegien, Stahl Steslie est professeur d’Arts Médiatiques à l’Ecole Supérieures de Médias (KHM) de Cologne depuis 2001. Après avoir développé avec K. Woolford le projet CyberSM, Il est considéré le père du CyberSex. Il a dirigé, avec Marie-Luise Angerer, le symposium «next sex» à Ars Electronica 2000.

Kirk Woolford est un artiste, designer et programmeur. Ses oeuvres ont été présentés dans les manifestations internationales les plus importantes comme Shanghai eArts, ARCO Madrid, Art Cologne, P.S.1. (MoMA), Venice Biennale, Ars Electronica, ISEA, et SIGGRAPH. Il a collaboré avec artistes et performeurs comme He Diller+Scofidio, Charleroi Danses, igloo, Susan Kozel, Frederique Flamand, Fabrizio Plessi. Il est Sr Lecturer in Media Practice
Acting Head of Media Practice, et Enterprise Director, School of Media, Film and Music à l’Université de Surrey (UK).

 

SITE(S) CONNEXE(S)

CyberSM sur Medien Kunst Netz : http://www.medienkunstnetz.de/works/cybersm/

Paolo Atzori : http://www.khm.de/~Paolo/

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).