archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Le corps probablement : vers l’appareil photographique 3D

Jacques Lafon

Les technologies numériques marquent singulièrement ­l’image : elle ne représente plus l’objet mais un modèle, elle simule. Autonome, elle perturbe les rapports connus du corps et de la Raison. Bien que la visualisation suive souvent la perspective conique, le paradigme albertien qui règle la composition des membres et des corps selon l’historia, a failli : la fenêtre n’ouvre plus sur le monde. Cette clôture toutefois n’empêche pas les sensations car les « petites inclinaisons de l’âme» 1 relient les âmes et en conséquence les corps. Alors, pour parler du corps, il faut comprendre les sensations, et envisager une esthétique (une science du sensible).

La capture tridimensionnelle des données numériques sur le réel suggère encore de troublantes questions. Qu’est-ce qu’un corps devant un appareil ? Est-ce qu’il y a, comme le soutient Hervé Huitric, un appareil photographique 3D ? Est-ce que cette photographie nous indique encore la réelle présence d’un corps devant l’appareil ?

Le Pantin 

Le sténopé  

 

NOTE(S)

1 LEIBNIZ, Monadologie, 1714 (Paris Gallimard 1995)

2 MEDIALAB, Clovis (PA), Computers Linked for Orchestra­ted Virtual Interactive Simulation (Performance Animation) / Système de capture de mouvements et d’animation en temps réel (décalage de 5 images), avec intégration en décor réel / Logiciel développé en C et C++ / Système de capture magnétique Motion Star (Ascension), 300 Hz. Ordinateurs Silicon Gra­phics Onyx ou Onyx 2. Scène de bois d’environ 1 m de haut.
Cf. « Pixel » n° 42, novembre-décembre 1998, Paris, p. 56.
Medialab est une société fondée en 1989 par Alain Guiot sous le nom de Video System. Rachetée en 1992 (à la mort d’Alain Guiot) par Canal+, qui cède en 1995, 50% des parts au groupe hollandais NOB.

3 « Il faut d’abord, à mon avis, se poser cette double question : en quoi consiste cequi existe toujours, sans avoir eu de naissance ? En quoi consistece qui devient toujours et n’est jamais ? Le premier est appréhensible à lapensée aidée du raisonnement, parce qu’il est toujours le même tandis que le second est conjoncturé par l’opinion accompagnée de la sensation irraisonnée, parce qu’il naît et périt, mais n’existe jamais réellement. » (PLATON, Timée, 28-29,  trad.fr. Paris Garnier Flammarion, 1969, p. 411).
Leibniz vs Descartes, LEIBNIZ, cit. § 8, p. 96. Voir aussi la note de Laurence Bouquiaux, p. 153
Science royale vs science mineure
DELEUZE G., GUATTARI F., Mille Plateaux, Paris Minuit 1980, « La machine de guerre » p. 446 et suivantes ; SERRES M., La naissance de la physique dans le texte de Lucrèce : Fleuves et Turbulences, Paris Minuit, 1980  (cité par Deleuze et Guattari  dans Mille plateaux à propos de la machine).

4 DELEUZE G., GUATTARI F., op.cit.

5 M.KRUEGER , Artificial Reality, Reading, Addison-Wesley, Massachussets 1983 ; Artificial Reality II, nouvelle édition revue, 1991.

6 Un combre est en ancien français un abattis d’arbres barrant le cours d’une rivière.

7 Naoko TOSA,  ATR MicLab, NeuroBaby, 1995 : bébé synthétique capable de reconnaître 4 émotions dans un discours et de réagir en changeant sa mimique faciale ;
Mic & Muse, 1997 : Mic reconnaît 8 émotions (joie, colère, surprise, tristesse, dégoût, taquinerie, crainte, normal. Muse communique par la musique : elle répond par des mélodies de piano aux sollicitations faites par un xylophone (gamme ascendante = joie ; descendante = tristesse).

8 R.BOLT, Les images interactives, dans  « LaRecherche » n° 144, mai, Paris 1983.

9 G.ORWELL, 1984, 1949, trad.fr. Paris Gallimard 1950.

10 W. BENJAMIN, ... trad.fr. L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée, 1936, dans Écrits français, Paris NRF Gallimard 1991, p. 115-204.

11 V.FLUSSER, Pour une philosophie de la photographie, trad. fr. J. Mouchard, Paris Circé 1993

12 C.IKAM, L.FLERI, Portraits. Réel / virtuel, dans Mots, écrans, photos, « Les carnets de la Maison de la Photographie », Paris, 1998, p. 31 : article à propos de leur exposition Portraits. Réel / virtuel, 24 février ~  30 mai 1999, Maison de la Photographie, Paris.

13 Identité : de idem, le même, ce qui demeure vs ce qui change (dont le corps).

14 La pose, c’est la photographie selon Barthes / Flou de bougé ≠ flou de profondeur de champ / Paroxysme : à fleur de peau / Paroxystique : sous la forme de paroxysmes /
Hyperréalisme : traduction fr. de l’américain PhotoRealism.

15 TITIEN (1490 ~ 1576), Le supplice de Marsyas, 1570 ~ 1576, huile sur toile, 212 / 207 cm, Musée d’État, Kromériz, Tchécoslovaquie.

16 F.STELLA, Working Space, Harvard University Press, 1986, série de conférences données dans le cycle des Charles Eliot Norton Lectures. « A Common Complaint »,  l’analyse du tableau de Titien par Stella est publiée dans A. PACQUEMENT, Stella, trad. fr. J. Bourniort,  Paris Flammarion 1988 ; D. ROSAND, Titien, trad. fr. J.Bourniort, Paris Gallimard 1993, en annexe, p. 164-165;  J. STELLA, Champs d’œuvre, trad. fr. H.Seyres, Paris Hermann 1988, p. 99-125.

17 G.DIDI-HUBERMANN, La peinture incarnée, Paris Minuit 1985, p. 21

18 STELLA, op.cit. ;  cf. J.LAFON, Esthétique de l’image de synthèse : la trace de l’ange, Paris  L’Harmattan 1999, p. 93.

19 S. ALPERS, The art of describing, The University of Chicago Press 1983, trad. fr.  L’art de dépeindre, Paris NRF Gallimard 1990, p. 67.

20 L.B.ALBERTI, De pictura, 1435 ; trad. fr. J-L Schefer, Paris Macula Dédale 1992.

21 R.KRAUSS, Le photographique, pour une théorie des écarts, trad. fr. M. Bloch,  J.Kempf, Paris Macula 1990.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Jacques LAFON est docteur en esthétique, sciences et technologie des arts, architecte et professeur à l'École Européenne Supérieure de l'Image, Angoulême-Poitiers (www.eesi.eu). Dans un champ d’études théoriques qui prend en compte l’incidence des technologies sur les pratiques artistiques, il intervient régulièrement avec nombreux articles dans des revues et volumes d’esthétique. Il a notamment publié La trace de l’ange. Esthétique de l’image de synthèse, Paris L’Harmattan 1999.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).