archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Tabulas Vocis

Ludovic Duhem et Bruno Abt

Tabula Vocis
Tabula Vocis

Tabula vocis est un projet multimédia et interactif dans lequel sculpture et musique font couple à travers l'action du corps du visiteur. Il s'agit d'une sculpture sonore interactive composée de quatre éléments ou « tabulae » de forme parallélépipédique. Chaque tabula est réalisée en zinc sur une armature de bois. La face supérieure est gravée d'empreintes de pouce apposées de manière régulière et sans motif avec un vernis noir ; une marge non gravée est laissée sur les deux arrêtes extérieures. Chaque face supérieure est connectée à un capteur de contact. Les deux faces latérales internes de chaque tabula sont percées quant à elles afin d'assurer la diffusion du contenu sonore : souffles, chuchotements, voix vestigiales. Les quatre tabulae reposent enfin sur un carré de linoléum qui couvre un tapis de capteurs de position. Le tout est relié à un ordinateur qui assure le fonctionnement de l’ensemble. Au loin, l’installation est perçue comme une simple sculpture. Avec plus d'attention, on perçoit des vibrations lumineuses du matériau et des tâches qui modulent la couleur. Une fois le pas posé sur l'espace propre de Tabula vocis, des souffles, des chuchotements, forment comme un murmure qui appelle le visiteur. En s'approchant d'une tabula, les souffles s'organisent, le corps se fait oreille et ressent une vibration qui s'affirme peu à peu comme un sens imminent. Mais c'est uniquement en portant la main sur la surface d'une tabula, comme si le toucher devenait un mode d'accès à la parole, que les empreintes, simples traces, deviennent un code intelligible, un langage, lointain, mais tellement humain. Le corps du visiteur devient ainsi non seulement un corps musicien mais surtout un corps d'écriture, un porteur de traces. Si plusieurs personnes déambulent, les couches sonores forment une polyphonie, entretissant les voix jusqu’à une sorte de babélisation des langues. C'est donc un véritable dialogue entre l'installation et le visiteur qui s'instaure par l'intermédiaire du dispositif interactif. Le visiteur n'est pas simple passant, ni même contemplateur, il fait corps avec l'installation en lui donnant vie. Il est en quelque sorte l'interprète, pour un temps, de la table des voix.

Conception originale et sculptures : Ludovic Duhem
Musique et interactivité : Buno Abt

Tabula Vocis
Tabula Vocis

Fonctionnement 

Composition musicale et chorégraphie  

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Bruno Abt est  compositeur en électroacoustique, il vit et travaille à Cambrai (France). Il a composé diverses pièces de musique instrumentale et de musique électroacoustique ainsi que des musiques pour le théâtre, la danse contemporaine, des spectacles multimédias et des installations sonores. Il a enseigné la composition musicale électroacoustique pour un atelier de musique environnementale au Département d’Etudes Musicales de Lille III. Depuis septembre 2002 il est professeur et responsable du studio de composition électroacoustique (technique numérique) à l’Académie de Musique de Soignies en Belgique. Il s’est mérité le 1er prix national du meilleur projet étudiant 2002 pour la réalisation du spectacle Reflest de Mondes Immémoriaux décerné par le CROUS (Centre Régional des OEuvres Universitaires et Sociales) et le CNOUS (Centre National des OEuvres Universitaires et Sociales).

Ludovic Duhem  est artiste en art visuel, il vit et travaille à Lille (France), Après avoir obtenu une maîtrise en arts plastiques à l'Université de Lille III, il obtient un doctorat de philosophie à l'Université de Lille III (DEA). Il a publié Faillite du capitalisme et réenchantement du monde, en 2006 aux éditions L’Harmattan. Il a également publié de nombreux articles dans des revues d’esthétique et de philosophie, et donne de nombreuses conférences en France et à l’étranger depuis 2007. Il enseigne la philosophie dans un collège français.
Parmi ses récentes expositions autour de thématiques récurrentes et croisées tels le rythme, l’empreinte, la marche, la voix, mentionnons : Chemins d’ondes au BRASS à Bruxelles (B), en 2010, Frontière/Grens/Border au Centre Culturel de Comines (B) en 2007, Crypte du jour à l'Espace Inkermann à Lille en 2006

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).