archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Alpha Bêta

Pierre Robert

Alpha Bêta est le nom générique d'une présence créative proposant différents contenus dans lesquels le jeu occupe une part importante. L'interactivité est donc au rendez-vous.

Richard Barbeau, artiste et professeur au Collège de Sherbrooke, est non seulement un artiste du Web mais il est aussi l'auteur d'un site-répertoire notifié par la Médiathèque du Musée d'art contemporain de Montréal: AVCG (un répertoire de sites portant sur les Arts Visuels et les Communications Graphiques). Vous y trouverez une classification riche, visuellement très soignée et très intuitive.

Quant au site de création Alpha Bêta, il propose cinq oeuvres: "Taches",   "Avatar", "Dimensions", "Olympia" et "Perec".

Taches joue de l'énigme tout en interrogeant les extrêmes auxquels la perception-réception est confrontée dans le champ des arts visuels. Véritable question philosophique et culturelle sur nos acquis, Taches réussit à nous saisir de la dimension subjective du propos visuel.

Avatar joue avec la typographie de la lettre A et nous entraîne vers différents espaces-écrans où les pleins et les vides de la lettre A sont utilisés à des fins d'orientation, de navigation et de pur plaisir formel typographique. Interviennent aussi des jeux de mots dans lesquels l'A est très présent, macadam, malaga, etc. L'ordre et la symétrie règnent.

Dimensions, pour sa part, est construit à partir de quatre termes cardinaux définissant l'écriture visuelle. Il s'agit de la ligne, représentée par un point, du plan représenté par une ligne, de l'espace représenté par un rectangle blanc et du temps formé d'une flèche qui, graduellement, de gauche à droite, remplie un rectangle identique au précédent. Sobres et succincts, ces 4 modes grammaticaux de l'écrit visuel demeure un exercice de style similaire au volet Avatar, soit un jeu entre la forme et le mot-concept qu'elle évoque.

Le volet Olympia utilise une reproduction de l'Olympia de Manet (1863) qui subit un découpage et un recollage d'éléments soutirés à la chair picturale voluptueuse de cette oeuvre marquante de l'histoire de l'art.

En pointant sur les parties sombres et centrales de ces collages en formes de fleurs textiles, l'auteur offre des variantes jouant sur la déstructuration du cadre.

Richard Barbeau met à profit les nuances trajectives du matériau Web.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).