archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Cycle du retour, morcellement du réel et lumière par les failles. Portrait d’une œuvre de Lorna Bauer

Jean-Philippe Gagnon

Ce qui se révèle à l’apparence doit se séparer de tout le reste afin d’apparaître.

– Goethe

La vie perceptive est parsemée d’illusions et de fantômes, d’apparitions qui, entre nous et les différents objets du monde, disparaissent et se succèdent dans l’appréhension de la chose sans cesse déplacée qu’est le réel. En ce sens, l’homme qui regarde est toujours en marche vers quelque chose qui serait la vérité du monde et qui est entravé par l’acte de voir du sujet. Il y a, par exemple, ce petit serpent que je vois sur la route et qui n’est qu’un lacet vu de près ; or comme je veux le saisir il se met à ramper : c’est parce qu’il se camouflait qu’il finit par être dérangé. Que je fus tour à tour victime de trois apparitions ne m’a empêché en aucun temps de croire aux spectres…

Dans son essai intitulé Le visible et l’invisible 1, Merleau-Ponty relève qu’une telle subjectivation du monde ne le rend pas moins probable, effectif à chaque instant pour celui qui le regarde, et ce, en dépit du fait qu’il doit destituer certains leurres au profit d’autres simulacres, qui ont toujours la même valeur de vérité.

Le perçu forme le réel : illustrant cela, c’est par-delà la distinction baroque de l’illusion et de la vérité que nous situent les vidéos de Lorna Bauer, présentés cette année au centre d’art de l’Université de Toronto, et à la galerie Les Territoires de l’édifice Belgo à Montréal. 3

Son mémoire de maîtrise s’ouvrait sur la citation de Goethe placé ici en exergue. Je n’ai pu que la reproduire, car la beauté plastique des vidéos, leur richesse symbolique d’une inépuisable poésie, questionne avec profondeur les problèmes de l’unité et du déchirement, toute la problématique de l’être et de son habitat.2

Kaleidoscope (Desiring Dualism) 

Horizon 

Black out  

 

NOTE(S)

1 Maurice Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible. Paris, Gallimard, coll. « tel », 1964, 359 pages.

2 http://vimeo.com/4069505

3 http://www.lesterritoires.org

4 Ibid. p. 62.

5 Arthur Rimbaud, Poésie. Une saison en enfer. Illuminations. Paris, Poésie/Gallimard, 1984, p. 144.

6 Maurice Merleau-Ponty, op.cit., p.62

7 Le monde en soi n’est plus qu’une abstraction.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Jean-Philippe Gagnon est assistant de recherche pour la Chaire de recherche en esthétique et poétique de l’UQAM. Il a terminé un mémoire de maîtrise en création littéraire et publié, en 2007, un recueil de poésie, intitulé Frères d’encre et de sang aux éditions de l’Hexagone.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).