archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


La rationalité aux limites et les limites de la rationalité : la question de l’intégrité et de l’existence de l’espèce humaine.*

Paul Antoine Miquel

Il est question aujourd’hui de l’intégrité de l’espèce humaine, ou de son existence. Il en est question, non comme un débat spéculatif, mais de manière juridique. La loi de 1994 (16-4) relative au corps humain énonce que « nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine ». En 2004 « les crimes contre l’espèce humaine » font leur apparition dans le Code pénal français 1. Ils condamnent l’eugénisme et le clonage reproductif 2.

Le Crime contre l’espèce humaine, n’est pas un crime contre l’humanité, même si des travaux de M. Delmas Marty ont pu permettre de les mettre en relation, et sont sans doute au moins partiellement à l’origine de cette seconde appellation 3. De quoi s’agit-il exactement ? Dans la loi française, on entend par pratiques eugéniques, celles qui tendent « à l’organisation de la sélection des personnes », en précisant qu’il est question du caractère « systématique » de la sélection, et non d’une sélection fondée sur des choix propres à des couples « confrontés à l’annonce d’une maladie d’une particulière gravité ». On rejette le clonage reproductif considéré comme un crime, en tant qu’il porte atteinte au caractère sexué de la reproduction humaine, ainsi qu’à la diversité biologique de cette espèce. Encore une fois, on se réfère ici à une pratique « systématique », qu’il faut donc dissocier de l’existence de vrais et faux jumeaux humains dans la nature. Au contraire, le clonage thérapeutique n’est considéré que comme un simple délit, quoiqu’il reste cependant interdit en France.

Il n’y a pas de Crime contre l’existence de l’espèce humaine. Mais le principe de Précaution est entré dans la Constitution française (Charte de l’environnement, Article 5) depuis février 2005 : « lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage ». Quoique les mots « homme » ou « humain » ne soient pas cités, il est bien question, d’abord, de l’espèce humaine, puisque le principe de précaution intervient quand l’environnement est mis en danger. Les critères qui permettent de définir le concept d’environnement sont écologiques. Ils ne sont pas simplement biologiques. Ensuite il est question de l’espèce humaine concernant un problème lié à la définition du concept de « risque ». Il existe différentes formes d’estimation des risques en termes de probabilité objective ou subjective qu’un événement aléatoire se produise associées à la valeur de dangerosité de l’événement concerné. Mais les expressions utilisées dans ce texte marquent bien que « les risques potentiels » dont il s’agit sont susceptibles de se produire, alors que l’on ne peut pas aisément dire quelle est la probabilité que de tels événements se produisent. Nous avons besoin là d’une clarification de la distinction entre les notions de possible, de probable d’un côté, d’aléatoire et de plausible de l’autre.

Enfin j’ajouterais une troisième remarque préalable : non seulement le risque en question pose un problème technique et scientifique d’évaluation concernant un événement futur, mais il s’agit en plus d’un événement catastrophique, au sens d’une catastrophe majeure. Je voudrais insister tout de suite sur ce point à l’intérieur même du langage. Ce sont des énoncés à caractère autoréférentiel qui rendent possible la formulation même de ce risque : « l’humanité est devenue capable de se détruire » 4. Nous sommes engagés dans une situation de « retournement » 5. Ce n’est pas simplement que l’univers scientifique qui entoure ces problèmes peut être dit à juste titre « controversé » du fait de la complexité de l’objet étudié. La complexité ne vient pas seulement de là. Elle vient de notre responsabilité par rapport au risque. Ce risque engage notre responsabilité d’êtres humains, dans l’entrecroisement entre l’éthique et le scientifique.

Non seulement la rationalité scientifique butte ici sur ces limites, en ce qui concerne le risque de catastrophe, ou peut-être faudrait-il dire, de cataclysme. Elle marque ses limites pour des raisons théoriques. Il apparaît de plus en plus clairement aujourd’hui que la rationalité scientifique doit renoncer en effet au projet de trouver des fondements assurés à l’intérieur même de la science qui garantirait que nous puissions caractériser ce qu’est l’explication scientifique, mais aussi ce qu’est l’équation traditionnelle selon laquelle, lorsque nous savons expliquer, nous pouvons automatiquement aussi prévoir.

Mais elle marque également ses limites en un second sens. Comme Dominique Janicaud 6 l’a indiqué, il y a un rationnel de la science, de la techno-science comme « puissance », au sens où la techno-science se définit aussi par ce qu’elle fait à l’humanité. Mais ce rationnel ambigu pose un problème conceptuel majeur.

La science produit des effets, au sens où elle instrumentalise et « artificialise » l’espèce humaine. Elle nous empêche de continuer de définir l’espèce humaine en termes de contraintes strictement naturelles et biologiques. Par les effets qu’elle produit, comme l’ont remarqué plusieurs auteurs récents, elle déplace les frontières entre le naturel et l’artificiel 7. En déplaçant ces frontières, elle engage aussi notre responsabilité : ce que sera l’humanité de demain dépend des décisions que nous allons prendre, et de la manière dont nous discuterons la valeur de ces décisions. Elle fait ainsi de l’existence et de l’intégrité de l’espèce humaine, des normes éthiques ou politiques et non plus de simples faits ou normes biologiques. A ce sujet, le rationnel, cette forme intervenante de rationnel que porte la techno-science est ambiguë, au sens où elle pourrait nous laisser croire, que la méthode, les concepts et les pratiques de la science suffisent à définir en quoi consiste cette responsabilité et comment il faut se préoccuper de l’intégrité et de l’existence de l’espèce humaine, comme si la rationalité scientifique, par une sorte de fluide magique et miraculeux, pouvait ipso facto se convertir en rationalité pratique.

Nous défendrons une double position, dans cet article. Nous allons d’abord rejeter ce que J.M. Scheffer nomme « la Thèse ». L’humain dont il s’agit dans « le principe de précaution », ou dans la notion de « crime contre l’espèce humaine », ne doit pas être interprété dans le sens de ce qui ferait de l’être humain une exception ontologique dans la nature. Il n’y a pas pour nous de différence d’être entre l’homme et l’animal, et il n’y a pas non plus de prévalence cognitive de la pensée humaine, au sens où nous pourrions savoir immédiatement en regardant en nous, en quoi consiste notre nature éthique d’homme et comment il faut la préserver. Il y a donc en effet une mauvaise manière d’interpréter les notions de « précaution » et de « crime contre l’espèce humaine » de laquelle nous nous garderons.

Mais nous allons également rejeter ce que nous nommerons ici la « Contre Thèse ». La contre thèse, c’est d’abord l’idée que, puisque la techno-science a un pouvoir d’explication et de prévision des événements naturels, mais aussi de construction rationnelle d’artefacts, elle nous permet ipso facto par ses méthodes et ses concepts de pouvoir mesurer et définir en quoi consiste notre responsabilité sur les effets que la production de ces artefacts sont susceptibles d’avoir sur l’avenir de l’espèce humaine. Il y aurait ainsi un traitement technique et scientifique de cet entrelacs entre l’éthique et le scientifique que nous voyons surgir dans l’évolution industrielle et technologique, concernant la question de l’existence et de l’intégrité de l’espèce humaine.

Nous allons montrer que cette idée est une illusion pernicieuse qui occulte ce que la techno-science comme potentiel de rationalisation porte en elle : la possibilité, la plausibilité permanente qu’elle puisse tomber dans l’irrationnel, qu’elle puisse, comme effet de sa surpuissance, faire de l’avenir de l’humanité quelque chose qui annulera complètement sa puissance.

Nous allons tenter de montrer que ce qui se joue à travers ces deux problèmes de l’existence et de l’intégrité de l’espèce humaine, c’est une curieuse et nouvelle forme de relation de pouvoir fondée sur ce que je nommerai un principe de non réciprocité qui lie l’humanité d’aujourd’hui aux générations futures.

Nous sommes en mesure d’agir aujourd’hui de manière systématique, collective et concertée sur l’action, voire sur l’existence même des générations futures, et non l’inverse. Au lieu d’agir, dés lors, comme si ce qu’il y a d’humain dans l’espèce humaine pouvait être réduit à une série de problèmes biologiques, écologiques, voire économiques et sociologiques, il est en notre pouvoir d’agir, comme ci l’humanité de l’espèce humaine devait constamment et d’abord être un problème éthique et politique, dont nous sommes responsables, par ce que nous allons faire et décider aujourd’hui.

Par ce second « comme si », nous nous constituons alors comme « les représentants » des générations futures, au sein d’une relation de pouvoir démocratique et ouverte, au sein d’une structure politique institutionnelle et communicationnelle qu’il est urgent pour nous de mieux décrire et de mieux analyser. Nous allons essayer de montrer ce que cela implique et quel type de solution nous pouvons trouver dans l’éthique, en ce qui concerne l’intrication entre l’éthique et le technoscientifique.

Au sujet des biopouvoirs 

Qu’est-ce qui est descriptif, qu’est-ce qui est normatif ? De la difficulté à établir les critères. 

Une relation de pouvoir ouverte 

 

NOTE(S)

*Pour Frédéric, avec toute mon affection. Une première version de ce texte a fait l’objet d’une conférence prononcée et éditée par l’université de Skopje en Macédoine.

1 Loi no 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique (JO no 182 du 7 août 2004).

2 Art. 214-1. - Le fait de mettre en oeuvre une pratique eugénique tendant à l'organisation de la sélection des personnes est puni de trente ans de réclusion criminelle et de 7 500 000 EUR d'amende. Art. 214-2. - Le fait de procéder à une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée est puni de trente ans de réclusion criminelle et de 7 500 000 EUR d'amende.

3 M. Delmas-Marty, Vers un droit commun de l’humanité, Paris, Textuel, 1996.

4 Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Seuil : 17.

5 Dupuy : 23.

6 D. Janicaud, La puissance du rationnel, Paris, Gallimard, 1979.

7 P. Descola, Au-delà de nature et culture, Paris, Gallimard, 2008, J.M. Schaeffer, La fin de l’exception humaine, Paris, Gallimard, 2008.

8 S. Legrand, Les normes chez Foucault, Paris, Puf, 2007.

9 M. Foucault, La Volonté de Savoir, Paris, Gallimard, 1979 : 187.

10 J. Kevles, Au nom de l’eugénisme, tr. fr, Paris, PUF : 151.

11 J. Habermas, Theorie des Kommunikativen Handels, Band 2, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag,1982.

12 P.A.Miquel, A.C. Habbard, « L’humanité peut-elle être normative ? », Zénon, 1, 31-61, décembre 2003.

13 Wickner RB (1994) « [URE3] as an altered URE2 protein: Evidence for a prion analog in Saccharomyces cerevisiae ». Science 264: 566–569.

14 M.A. Hermitte, Le sang et le droit, Paris, Seuil, 1988.

15 M. Callon, P. Lacousme, Y. Barthes, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil, 2001.

16 A. Sen, Development as Freedom. Anchor, 2000.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Paul Antoine Miquel

Paul-Antoine Miquel est Maître de conférence en philosophie à la Faculté des lettres de Nice France depuis 1997.

MFC habilité à diriger des recherches.

Membre du CEPERC, CNRS, 6059, Université de Provence.

Membre du Centre Cavaillès, philosophie de la biologie, Ecole Normale Supérieure, 29 rue d'Ulm, Paris, France.

Membre des Commissions scientifiques pour la nomination des maîtres de conférence en 17ème section de l'Université de Nice et des

Universités de Lille 3 et Pierre Mendès France à Grenoble, France.

Membre du Conseil scientifique de l'Association des Paralysés de France depuis 2001.

Membre du Comité scientifique international des Annales bergsoniennes aux Presses Universitaires de France, depuis 2002.

Responsable des relations internationales dans le département de philosophie de Nice de 2003 à 2007.

Membre de la Commission Nationale des Universités (CNU, 17 ème section) de 2004 à 2007.

Président, depuis mai 2007, du réseau européen de philosophie politique OFFRES comprenant une douzaine de pays européens.

Principales publications :

Epistémologie des sciences humaines, Nathan, Paris, 1991.

Le Problème de la nouveauté dans l'Evolution du vivant. De L'Evolution créatrice de Bergson à la biologie contemporaine, Presses universitaires du Septentrion, Lille, 1996.

Comment penser le désordre ? Fayard, Paris, 2000.

Programme génétique concept biologique ou métaphore ? En collaboration avec M.C. Maurel, Kimé, Paris, 2001.

Bio-logiques du vieillissement, en collaboration avec Ladislas Robert, Kimé, Paris mai 2004.

Qu'est-ce que la vie ? Vrin, septembre 2007.

Bergson et l'imagination métaphysique, Kimé, 2007.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Jean-Philippe Gagnon - 12/2009 Particule de réalité ou  chaos des phénomènes

Robin Meier - 10/2008 Fish, installation pour poissons vivants et ordinateurs : l'interaction et l'apprentissage entre le vivant et l'artificiel.

Józef Bury - 10/2008 La culture cybernétique et les démarches expérimentales dans l'art des pays de l'Est. L'exemple de la Pologne

Pascal Barbry - 10/2008 Génomique et transcriptomique, une histoire en train de s’écrire.

Marcin Sobieszczanski - 10/2008 Humain, transhumain ! Banalisation du dépassement de l'espèce humaine

Norbert Hillaire - 10/2008 Présentation du thème « le vivant et l’artificiel»

Frédéric Alemany - 06/2008 Azimuth, installation interactive et comportementale

Jens Hauser - 06/2008 Art biotechnique : Entre métaphore et métonymie

Daniel Aberdam - 06/2008 Cellules souches embryonnaires humaines : entre modèle du développement embryonnaire et potentiel en thérapie cellulaire. Espoirs, limites et éthique.

Brigitte Mathis et Marcin Sobieszczanski - 06/2008 Présentation du thème « le vivant et l’artificiel »

Anne de Brugerolle - 06/2008 SkinEthic, reconstruction cellulaire et bio ingénierie tissulaire

Mathilde Tassel - 06/2008 « sk-interfaces », « la peau comme interface »

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).