archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Kitsou Dubois, la danseuse des états limites

Louise Boisclair

Parcours de Kitsou Dubois

Lauréate de la Villa Medicis Hors-les-murs en 1989 pour un séjour à la NASA, Kitsou Dubois travaille avec le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) et propose un entraînement des astronautes à partir des techniques de danse. En 1990, elle participe à un vol parabolique avec le CNES qui lui permet de vivre quelques minutes d’apesanteur. Elle travaille depuis quinze ans avec la recherche spatiale sur la gestuelle et les processus d’orientation et de perception en apesanteur. À partir de cette expérience fondatrice, elle développe un travail sur le corps confronté à des situations de gravité altérée : corps du danseur dans l’eau, corps de l’acrobate sur son agrès, corps de l’astronaute dans la carlingue de l’avion. Ses créations interrogent la naissance du mouvement, l’ambiguïté des limites du corps, le temps de l’apparition.

Chorégraphe, pédagogue et chercheuse en danse, Kitsou Dubois enseigne depuis 1980 aux adultes psychotiques et aux étudiants des écoles d’art. Elle est chargée de cours à l'Université de Paris VII en Art et médiation thérapeutique. Elle est directrice de la compagnie KI PRODUCTIONS. Au fil de ce parcours, la compagnie a développé un savoir faire et des propositions originales pour aller à la rencontre des publics (ateliers dans l’eau, soirées « retour de vol », rencontres entre artistes et scientifiques…).

Parmi de nombreuses créations, installations vidéo et films documentaires, on retrouve L’Espace d’un Instant, 2006, Manége de Reims, Scène nationale, Analogies, 2004, Parc de la Villette, Paris, La danseuse, la chaise et son ombre, 2003, Centre culturel Aragon, Tremblay-en-France, Trajectoire fluide, 2002, Parc de la Villette, Paris et Ballet Atlantique Régine Chopinot, La Rochelle. Elle poursuit actuellement la diffusion de l’Espace d’un Instant, pièce déambulatoire pour trois interprètes, avec inversion des repères, immersion du spectateur et utilisation de l’image en interactivité avec le son. Cette pièce explore le temps d’apparition du mouvement, le moment du déséquilibre, le moment de la perte et celui de la découverte.

Démarche, approche et motivation 

Microgravité, eau, capteur et état de corps 

Mouvement dans des situations limites 

Critique et prospective  

 

NOTE(S)

1 Colloque organisé en 2003 par Annick Bureaud, avec une collaboration entre le Festival International @rt Outsiders et Leonardo/Olats.

2 Le colloque Mobile/immobilisé tenu à Montréal du 31 octobre au 3 novembre 2007, a été co-organisé par Louis Bec, zoosystémicien, directeur de CYPRES, Louise Poissant, doyenne de la Faculté des arts, UQAM, Ernestine Daubner historienne d’art et professeur associée au Centre interuniversitaire en arts médiatiques (CIAM), Michaël La Chance, philosophe, écrivain et professeur en histoire de l'art à l'Université du Québec à Chicoutimi et Norbert Hilaire, professeur en arts, communication et langages à l'Université de Nice-Sophia Antipolis.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Louise Boisclair est artiste multidisciplinaire, auteure et chercheure. Après une maîtrise en études littéraires et un perfectionnement en arts visuels et médiatiques, elle a complété quatre séminaires de doctorat en études et pratiques des arts, en sociologie et en études littéraires à l‘UQAM. Elle pratique et enseigne la peinture gestuelle, le mandala et le taî-chi. Elle s’intéresse à l’impact du numérique sur le processus de création et sur ses bénéfices thérapeutiques. Elle travaille à la phase finale d’un interconte numérique sur Internet. Après sa carrière en communication, elle dirige depuis 2006 les Ateliers Le cheval de Troie. Elle signe des articles notamment dans le domaine des arts pour Archée, Vie des Arts et Inter Art actuel.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Art et Gravité Zéro

Arts Catalyst

KI PRODUCTIONS

Mobile/immobilisé

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).