archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Une étonnante harmonie baroque

Pierre Robert

Monique Jean, Point d'attaches ou les infidélités rotatives

Une personne assise à l'écoute.

Monique Jean nous invitait dans un espace dégagé, dans lequel prenait place son dispositif sonore, toutefois, malgré notre pleine liberté de mouvement dans cet espace, c’est dans l’ambiance sonore que l’on devait inévitablement cheminer.

Si l’espace de la salle stimule le jeu de la proximité et de l’éloignement, créant ainsi différents positionnements entre nous et l’œuvre sous sa forme objet, la spatialisation des effets sonores nous conduit pour sa part à mille lieues, dans des univers devenus étrangers par leur inaccessibilité ou leur présence retenue. Les montées et les descentes progressives, les dérives de pitch à connotation plaintive et quelques sons précipités et soudains nous amènent à comprendre l’œuvre comme la subtile distribution d’un langage dans l’espace-temps. Un langage imbriquant la voix, l’intention et la pure émotion, soutenu par des fréquences, des vagues, des soupirs, de rares intonations agissant comme de coups de semonce, donnant à notre présence une valeur d’incident, de concrétude, d’arrêté.

Pan à l'arrière de l'installation. Avis : l'extrait sonore ne peut rendre compte de la richesse des variations élaborées dans cette oeuvre musicale.

Les nuances s’enchaînent doucement, mais avec une expressivité qui, jamais, ne fait relâche, l’œuvre paraît s’animer d’une grande maturité dans son discours. Le développement des idées entendues ne faiblit que pour se reposer des intensités vécues, pour retrouver le nécessaire équilibre qui permettra à ce langage sourd de retrouver une voix pour s’exprimer. S’approcher, non il faut plutôt s’en éloigner, la recevoir, car elle vient à nous constamment avec une opiniâtreté désarmante. L’œuvre sonore a une personnalité, une voix intérieure.

Le dispositif est grave, le mur totémique en fond de scène est fabriqué de haut-parleurs vierges, branchés les uns aux autres, formant un courant compact de fils agglomérés qui disparaissent discrètement dans le mur. Des haut-parleurs en forme de bouches, de voix, d’émetteurs, une série de totems verticaux, minces, statiques mais frontaux. Sur le plancher, pas de console visible, tout tient dans la spatialité du son, sa présence tactile et ce mur aéré de vibrants totems.

Derrière ce mur du son, une lumière projetée plein centre vers le bas d’un mur blanc distant d’un mètre, crée un effet de contre-jour, évoquant une grandeur hors du commun. On peut circuler, voir derrière ce pan sonore. C’est peut-être alors un moment trompeur, car on a l’impression d’approcher le centre des émissions sonores, de se lover dans le ventre du dispositif, on y découvre plutôt la froide banalité technique du dispositif. Un jeu de coulisse qui nous laisse pantois.

Hauteur aérienne du dispositif.

À bien y penser, il y a dans ce dispositif sans fard, un effet que l’on retrouve dans la trame sonore; en effet, dans cet imaginaire musical des instants furtifs nous rappellent l’incontournable réalité du monde concret, l’idée même de la production culturelle.
Ne pas feindre pour mieux convaincre, voilà un des messages perçus lors de notre expérimentation de l’oeuvre. L’effet et sa construction, sans que l’un ou l’autre n’en pâtisse, dans une brusque harmonie baroque.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Monique Jean, électroacousticienne et artiste sonore, s'intéresse particulièrement à la mise en espace des formes sonores, afin de créer des ensembles organiques en tension, entre abstraction et matière, statisme et mouvement, corps et espace, représentation sonore et écoute. Outre ses oeuvres acousmatiques en stéréo (Danse de l'enfant esseulée) ou en multipistes (low memory #1), elle explore les musiques mixtes et les traitements en temps réel : low memory #2 avec Claire Marchand, flûtiste, Stabile avec le quatuor de saxophones Quasar et Lori Freedman, clarinettiste, création en avril 2005. Son disque L'adieu au s.o.s (étiquette Empreintes Digitales), salué par la critique, a été nominé aux Prix Opus 2003.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

OBORO
4001, rue Berri, #301
Montréal, Québec
Canada H2L 4H2
tél: 514-844-3250,
fax: 514-847-0330
http://www.oboro.net

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Julie Bouchard - 03/2006 Photographe de l’invisible

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).