archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Table Ronde Rejouable ?

Caroline Chik

Le 1er décembre 2004 s’est tenue dans le cadre des conférences Ari/Ciren 1 à l’amphithéâtre Rodin de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, une table ronde intitulée « Rejouable ? ». Elle s’est produite au cours du troisième volet de l’exposition Jouable, qui a eu lieu du 20 novembre au 4 décembre 2004 au sein de l’école 2.

Elise Mougin, Tension Superficielle

L’objectif de cette table ronde était de marquer, au terme de trois années de projet Jouable et d’expositions 3, un temps de réflexion et de discussion autour des spécificités de l’art dit interactif ou « jouable » par ses acteurs-mêmes, à savoir neuf des participants de l’exposition Jouable/3. Etaient donc réunis autour de Rozenn Canevet, modératrice du débat, de jeunes artistes chercheurs, qui ont commencé par se présenter. chacun brièvement. Nous reformulons ici des morceaux choisis.

Rattachés à l’Université Paris 8, à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, ou à la Haute école d’arts appliqués HES de Genève, ils mènent pour la plupart une recherche dirigée par Jean-Louis Boissier. Les œuvres qu’ils décrivent ici étaient exposées à Jouable/3.

Daniel SCIBOZ est l’un des auteurs de GPS Movies, résultat d’un travail collectif réalisé lors de la semaine de workshops qui a eu lieu à Saint Denis 4.

Elise MOUGIN a réalisé Tension superficielle, bulle savonneuse qui sert d’écran, sur lequel est projeté un œil fermé.

Gwenola WAGON a travaillé auparavant sur le thème du portrait, autour de ce qui se trame dans la relation entre le spectateur et un personnage, Julie. Elle est l’auteur, avec Alexis CHAZARD, de la vidéo interactive Landmap.

Hikaru FUJII a proposé Cité probable, une installation faisant appel à des jumelles, qui interroge la production d’image et de son.

Angela MARZULLO travaille sur la transposition de la vidéo performance en installation interactive. Elle nous a montré des images inédites du tournage de son installation La tronçonneuse.

Mariina BAKIC a décrit ses Clavierstücke comme des petites exécutions proposées au spectateur-joueur. Ce travail se penche sur le faire et le geste, mettant en relation l’acte d’écrire et celui de jouer de la musique.

Jena-Michel GERIDAN est l’auteur de Lipstick traces, dispositif à deux écrans, le premier montrant le dessin qui résulterait de l’activité du spectateur et du programme, produisant une variation sur la musique et les images vidéo de l’écran 2.

Caroline BERNARD a exposé à titre personnel Grande roue (dans une version différente de celle présentée à Jouable/2), invitant le spectateur à tourner des boutons pour moduler la vitesse de chacune des deux séquences projetées, et lui offrant la possibilité de les resynchroniser. En fait les deux prises de vues ne sont qu’une seule image, qui a été divisée en deux parties. La seconde œuvre exposée, à titre collectif cette fois, est Playboy : en se déplaçant le spectateur retrouve par le biais d’un masque de lapin, les mouvements d’un personnage affublé du même masque et filmé aux Bains des Pâquis de Genève. La lecture de l’image se fait en se déplaçant.

Relation avec les autres champs artistiques 

L’avenir de l’interactivité : art ou jeu ? 

 

NOTE(S)

1 Ari : Atelier de recherches interactives dirigé par Jean-Louis Boissier à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, Paris. Ciren : Centre interdisciplinaire de recherches sur l’esthétique du numérique, Université Paris 8.

2 Les deux premiers volets étaient Jouable 1/Genève en 2002 et Jouable 2/Kyoto en 2003.

3 Projet international de réflexion et de recherche se manifestant par des expositions de travaux expérimentaux, des workshops, des performances, et un colloque (Genève, avril 2004).

4 Rencontres Double Jeu, s’inscrivant dans le projet Jouable, en coopération avec l’Académie Fratellini à Saint-Denis du 11 au 16 octobre 2004.

5 Voir les références de l’ouvrage en fin d’article.

6 Cette idée a été émise lors du colloque Jouable à Genève en avril 2004.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Livre-catalogue paru en novembre 2004 Jouable. Art, jeu et interactivité. Genève-Kyoto-Paris (Expositions/workshops/colloque). Editeurs : Haute école d’arts appliqués HES, Genève, Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, Paris, Ciren, Université Paris 8 et Centre pour l’image contemporaine Saint-Gervais, Genève, 370 p. Ouvrage collectif rendant compte des trois expositions Jouable, du colloque de Genève, auxquels s’adjoignent des entretiens, des textes de recherche des participants ainsi que leurs biographies.

Caroline CHIK :
Doctorante en E.S.T. des Arts/ Arts plastiques
Université Paris 8

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Annie Bérubé - 12/2003 La réappropriation du jeu : vers une extension des frontières

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).