archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Viral Counter Attack : une œuvre contemporaine?

Evelyne Rogue


Image de Viral Counter Attack

A proprement parler, si le « moderne » est ce qui existe aujourd'hui, le « post-moderne » ne peut être que ce qui n’est pas encore. Il serait alors justifié de dire que Viral Counter Attack est une œuvre « contemporaine », ou « moderne » au sens de ce qui est actuel. Pour ma part, je répondrai à la question en disant que je m’en fais une idée en termes d’œuvre de « génie » et/ou de « prophète ».

Se poser la question de savoir si Viral Counter Attack est une œuvre contemporaine laisse supposer que cette installation interactive ne l’est peut-être pas, en tout cas au sens où on l’entend habituellement. Mais alors en quel sens, dans quelle mesure, pour quoi au double sens du « pourquoi », dans quel but? à quel dessein? pour quelles raisons? peut-on dire qu’elle est ou qu’elle n’est pas une œuvre contemporaine?

N’est-elle pas plutôt une œuvre « moderne », ou quelque chose de plus, de différent, d’autre qui à la fois nous obligerait à la comprendre comme « moderne », « contemporaine », mais aussi de « génie », voire « prophétique »?

Viral Counter Attack : une œuvre d’art « moderne »? 

II : Viral Counter Attack : une œuvre contemporaine? 

III : Viral Counter Attack : une œuvre de « génie »? 

IV : Viral Counter Attack : une œuvre de « prophète »? 

 

NOTE(S)

2 Catalogue d’exposition, Joseph Nechvatal, FRAC Franche-Comté, Fondation Claude-Nicolas Ledoux, 10 septembr-1er novembre 1993, Saline Royale d’Arc-et-Senans, Franck Gautherot, CDM Dijon.

3 Par exemple Stelarc, Street suspension, 604E 11TH STREET, East Village, N.Y., 21 juillet 1984.

4 Blessure théorique de Gina Pane (1970), mais aussi Psyche (1974), action au cours de laquelle à la Galerie Stadler elle incisa doucement ses paupières de manière à ce que des « larmes de sang, lumière d'une double vue sur l'autre », s'inscrivent sur son visage. Texte manuscrit figurant sur le constat d'action. Cf. Catalogue raisonné de Gina Pane, par Anne Marchand et Jean-Marie Touratier. On peut penser aussi Escalade non anesthésiée, 1970-1971, Performance, Paris, Atelier 55.

5 Messe pour un corps de Michel Journiac en 1976.

6 Stuart Brisley, Crawling Through Food, Performance, Berlin, 1973.

7 Marcel-Li Antunez-Roca, Epizoo.

8 Chris Burden, Shoot, 19 novembre 1971, Performance, Califormie, Santa Ana, ou encore Trans-fixed, 23 avril 1974, Performance, Californie, Venice.

9 E. Couchot, La technologie dans l'art, Nîmes, éditions Jacqueline Chambon, 1998.

10 G. Deleuze, F. Guattari, Milles plateaux, Paris, Edition de Minuit, 1980

11 E. Couchot, avec la collaboration de Norbert Hillaire, L'art numérique. Quand la technologie vient au monde de l'art, Paris, Flammarion, 2003

12 Helvétius, Discours, IV.

13 Isabelle Rieusset-Lemarié, La société des clones à l’ère de la reproduction multimédia, Acte Sud, 1999.

14 Lire J. Testart, Des hommes probables, Seuil, 1999.

15 Voir : http://www.lelieuunique.com/SAISON/0203/2/ArtBiotech.html

16 17 octobre 2003-4 janvier 2004 à la salle d’Exposition du Quai Antoine, sous le haut-commissariat de Didier Ottinger, directeur scientifique de l’exposition.

17 F. Dagognet, La maîtrise du vivant, Hachette, Paris, 1988, Coll. « Histoire et Philosophie des Sciences », p. 85.

18 Schnitzler, Relations et Solitudes

19 J. Baudrillard, La transparence du Mal : essai sur les phénomènes extrêmes, Galilée, Paris, 1990.

20 Platon, Le Banquet, 207e

21 G. Deleuze, F. Guattari, Opus. Cit., p. 199.

22 Nietzsche, Gai Savoir, § 354.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Evelyne Rogue : Philosophe. Chercheur associé au Centre de Philosophie des Activités Artistiques Contemporaines au Centre Sorbonne de l’Université de Paris 1. Directrice de artcogitans : http://www.artcogitans.com

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).