archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Les Prix Ars Electronica  1999: le choix des oeuvres et la méthode

Richard Barbeau

Des prix et de l'argent

Le Festival Ars Electronica 1999 divulguait en juin dernier ses prix de distinction dont les Nicas d'or et les mentions honorables accordées aux participants de l'événement annuel qui a lieu à Linz, en Autriche, du 4 septembre au 9 septembre 1999. Depuis ses débuts en 1979, le festival (qui en est donc à sa vingtième édition), est devenu un témoin important du développement de l'art des médias numériques. Les Prix Ars Electronica sont décernés depuis 1987 par l'Austrian Broadcast Corporation. Un jury international accorde quinze prix en argent pour chacune des cinq catégories couvrant le vaste champ de la production artistique assistée par ordinateur. L'ensemble des prix totalise 116,379 $US, gracieuseté de généreux commanditaires. Cette année le jury a reçu 2119 propositions, en provenance de 60 pays, pour les catégories "art interactif", "musique digitale", l'art dédié au Web (la catégorie ".net"), l'"animation par ordinateur/effets visuels", et la "Cybergeneration - u19 freestyle computing", consacrée aux cyberartistes autrichiens de moins de 19 ans.

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement à la catégorie ".net", intégrée en 1995, et à la polémique soulevée par le choix des oeuvres, une sélection qui pose effectivement certains problèmes.

Le premier prix de la catégorie ".net" (cliquer sur "winners '99" dans la fenêtre de gauche), le Nica d'or (8,620 $US), est accordé au Finlandais Linus Torvalds, l'initiateur en 1991 du système d'exploitation Linux. Ce projet inédit est le fruit de la collaboration de nombreux programmeurs à travers le monde puisque le code source du programme est ouvert, gratuit et accessible à quiconque veut y proposer ses propres lignes de codes. Linux, une adaptation du système Unix, se construit selon une approche diamétralement opposée aux visées lucratives et monopolisatrices du système d'exploitation Windows par exemple. Microsoft suit d'ailleurs avec inquiétude le développement fulgurant de ce projet amorcé par Torvalds, alors étudiant de l'Université d'Helsinki en Finlande.

Viennent ensuite deux second prix de distinction (4,310 $US chacun), accordés au projet Res Rocket, un logiciel permettant aux musiciens d'improviser ou de composer en temps réel et de manière collaborative dans un réseau comparable à celui du chat. Dans cette même logique participative, le deuxième prix de distinction va au site KEO, du français Jean-Marc Phillipe, grâce auquel on envoie des messages personnels aux habitants de ce qu'il restera de la Terre dans 50,000 mille ans! Les messages, gravés sur cédérom, sont par la suite placés dans un satellite qui ne sera de retour dans 50 millénaires (bien que 5 siècles auraient été suffisants pour frapper les esprits).

C'est de l'art ou c'en n'est pas? 

Qu'est que l'art? 

Un concours en mode dialogique? 

 

NOTE(S)

1. Cet article n'est pas indexé dans la page de Matthew Mirapaul pour des raisons inconnues. On y accède en utilisant le moteur de recherche du site du New York Times. Notez qu'il faut aussi s'inscrire pour consulter les articles.

2. Citons à ce propos une réaction d'artiste (Fred Truck), telle que rapportée dans le site d'Arts Wire: "I have very mixed feelings about this, because it's like awarding a prize to a tube of paint in an art competition... But this particular thing seems to play more like a slap at artists who are using the Internet or various other computational techniques," Truck continued. "Source code can be art, or at least part of the art, but an operating system is not something put together consciously as an art work. It's like awarding the English language the prize in a poetry contest." Arts Wires Current, Ars Electronica Awards Net Art Prize to Operating System, 15 juin 1999.

3. Voir à ce sujet l'article de Pierre Robert Les rhizomes du ciel étoilé.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Arts Wires Current, Ars Electronica Awards Net Art Prize to Operating System, 15 juin 1999.

Boris Firquet, Créateurs et créatures, Le Devoir, lundi 17 mai 1999.

Boris Firquet, Les phares de l'interface, Le Devoir, lundi 14 juin 1999.

Matthew Mirapaul, "Judging the Net: The Insiders' Perspective", New York Times on the Web, 10 septembre 1998.

Matthew Mirapaul, "Linux Takes Prize - In an Art Competition", 1er juin 1999.

Matthew Mirapaul, "Austria's Ars Electronica Translates Theoretical Into Concrete", New York Times on the Web, 5 septembre 1996.

Dossier "Linux la menace", Libération.com, section Multimédia.

Dossier "La vie en Linux!", Multimédium.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Ars Electronica Center et Prix Ars Electronica 1999

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).