archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


De l'esthétique de l'implémentation à l'esthétique de la commutation et de l'interactivité dévoilante

Evelyne Rogue

« Ce sont les spectateurs qui par le biais de l'interaction donnent forme au processus artistique. Nos installations ne sont donc pas statiques, prédéfinies et prévisibles, mais apparaissent plutôt comme les traces d'un processus vivant », ainsi s'expriment Christa Sommerer et Laurent Mignonneau au sujet de leurs créations. Description qui rend compte non seulement de leurs installations interactives in situ telles que Croissance interactive des plantes (1993), A-Volve (1994), ou encore Verbarium (1999), mais aussi de Life Spacies, présentée sur le web en 1997, étendant ainsi le concept de « manipulation génétique » créée en 1996. « Codées et transcodés, les messages des visiteurs du site se transforment en animalcules complexes, dotés d'une histoire et d'un curriculum vitae. Lorsque l'une de ses créatures meurt, un message est adressé à son « géniteur ». En ce sens, comme le fait remarquer Florence de Méredieu, l'artiste ne prédétermine plus les messages; il se contente d'en créer les conditions de possibilité 1.

Ainsi, en utilisant les moyens techniques de leur temps pour créer leurs œuvres, comme le font par exemple M. Benayoun 2, E. Couchot 3, E. Kac 4 depuis de nombreuses années, et beaucoup d'autres artistes; délaissant les pinceaux et la palette traditionnelle au profit de la palette électronique, de la souris, des générateurs de code informatiques, les artistes du multimédia, de la vidéo, de l'art électronique et numérique, ne cessent de poser les problèmes de leurs temps. Peut-être dans le but de changer le monde, comme n'a jamais cessé de le proclamer Orlan, mais peut-être aussi dans celui de rendre visible l'invisible, c'est-à-dire de donner à voir non pas ce qui est mais ce qui devrait être.

Parfois incompris du public; public dont Baudelaire disait déjà qu’il « est, relativement au génie, une horloge qui retarde », les artistes n'en cessent pas moins de poser et reposer le problème de ce qu'est l'art et, par suite de l'expérience esthétique lui correspondant. La question qu'ils formulent, explicitement ou implicitement, consiste d'ailleurs moins à savoir ce qu'est une œuvre d'art ou quand y a-t-il de l'art, qu’à déterminer le type d’expérience esthétique convoqué par l'art électronique et/ou numérique? Ce faisant, ils nous invitent à reformuler la question de l'expérience esthétique et des critères de jugement de goût, non plus en termes de beau, mais d'interactivité, d'ubiquité, de connectivité, d'immersion et de commutativité. Par-delà ces interrogations, c'est aussi la question de la place de l'art dans la vie, ainsi que celle de la vie dans l'art qui se trouve implicitement posée.

L'art et la vie "esthétisée" 

Une esthétique de la réflexion 

L'esthétique de la commutation 

L'esthétique de l'interactivité dévoilante 

L'esthétique de l'implémentation 

Du spect-acteur à l'œuvre ou l'aventure esthétique 

 

NOTE(S)

1 Florence de Mèredieu, Arts et Nouvelles technologies : art vidéo, art numérique, Larousse, Paris, 2003.

2 Voir le site : http://www.moben.net/

3 Voir le site : http://www.cicv.fr/association/membres/couchot.html

4 Voir le site : http://www.ekac.org

5 Voir le site : http://www.artcogitans.com. Abonnement gratuit aux NewsArtcogitans mensuelles, en français (info@artcogitans.com) ou en anglais (news@artcogitans.com) : événements, nouveaux liens, interview des artistes et article critique chaque mois.

6 E. Couchot, « L'embarquement pour cyber » : Mythes et réalités de l'art en réseau, in La Revue d'esthétique, N°39, Paris, 2000-2001.

7 Voir le site du Musée de l'Hermitage : http://hermitagemuseum.org)

8 Voir le site : http://www.ricardombarak.com/connected/

9 Par exemple Stelarc, Street suspension, 604E 11TH STREET, East Village, N.Y., 21 juillet 1984.

10 Blessure théorique de Gina Pane (1970), mais aussi Psyche (1974), action au cours de laquelle à la Galerie Stadler elle incisa doucement ses paupières de manière à ce que des « larmes de sang, lumière d'une double vue sur l'autre », s'inscrivent sur son visage. Texte manuscrit figurant sur le constat d'action. Cf. Catalogue raisonné de Gina Pane, par Anne Marchand et Jean-Marie Touratier. On peut penser aussi Escalade non anesthésiée, 1970-1971, Performance, Paris, Atelier 55.

11 Messe pour un corps de Michel Journiac en 1976.

12 Stuart Brisley, Crawling Through Food, Performance, Berlin, 1973.

13 Marcel-Li Antunez-Roca, Epizoo.

14 Chris Burden, Shoot, 19 novembre 1971, Performance, Califormie, Santa Ana, ou encore Trans-fixed, 23 avril 1974, Performance, Californie, Venice.

15 Créé en 1992. Voir le site : http://www.levels9.com/pieces/mls/

16 Voir le site : http://www.i8u.com/isu/swf

17 Commissaire invitée : Valérie Lamontagne, Catalogue d'exposition, in Ellipse. L'art sur le web, 14 novembre 2002 -1er décembre 2003, Bibliothèque Nationale du Canada, 2002 - Musée du Québec, p.23. Voir le site http://www.mdq.org/ellipse/

18 Idem.,Voir le site http://www.mdq.org/ellipse/

19 Voir le site : http://www.artcogitans.com/Fr./netart/Cahen7.html

20 Voir thèse soutenue par N. Goodman à ce propos, notamment dans Of Mind and Other Matters, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1984.

21 Voir à ce propos la thèse de E. Couchot, « De la communication à la commutation : l'art et le web« , in Raymond Hains, Richard Long, Dossier « Art et multimédia« , Ligeia, N°45-46-47-48, juillet-décembre 2003, pp. 87-89. Voir aussi de E. Couchot, avec la collaboration de Norbert Hillaire, L'art numérique. Quand la technologie vient au monde de l'art, Paris,Flammarion, 2003

22 Voir à ce propos thèse de E. Rogue, Wittgenstein et l’esthétique, Presses Universitaires du Septentrion, 1995. Voir le site : http://www.septentrion.com/theses/catalogue/SC154.html

23 Voir le site : http://www.adamproject.net/

24 Voir le site : http://www.fluctuat.net/cyber/web/samper.htm

25 Voir le site : http://www.teleportacia.org/

26 Karl SIMS, Creatures virtuelles évoluées (1994) : la démonstration des résultats de la recherche montre les créatures simulées de bloc effectuant divers comportements évolués. Selves liquide (1992), animation par ordinateur des formes humaines et visages produite pour l'art Futura et le « palais de mémoire« à la foire du monde en Espagne. Panspermia (1990), animation dépeignant un cycle de vie d'une forme botanique intergalactique de la vie. Particule Dreams (1988), chute d'eau animée, tempête de neige, et explosion, créées avec des techniques de systèmes de particules.Voir le site de l'artiste : http://www.genarts.com/karl/index.html

27 Un roman inachevé créépour le stand du Ministère de la Culture (MILIA Cannes 1995 et le MIM de Montréal); ROMANS (Roman) pour l'exposition Artifices en 1996; Trois mythologies et un poète aveugle pour l'IRCAM en 1997; Barbe Bleue : résultat de la collaboration de trois générateurs : générateur de texte, générateur de musique (Alexandre Raskatov) et générateur de scénographie (Michel Jaffrennou); TRAJECTOIRES roman interactif et génératif pour réseau internet. Voir le site : http://www.unige.ch/lettres/framo/syll/ab/se00/balpe1.htm

28 Texte de présentation de cette installation interactive. « En avril 1776, (il a 64 ans, deux ans avant sa mort), Jean-Jacques Rousseau, après avoir échoué à déposer le manuscrit de Rousseau Juge de Jean-Jacques, Dialogues sur le grand autel de Notre-Dame, tente de surmonter l'indifférence du public et de briser l'encerclement hostile où il se voit en distribuant un billet, recopié en plusieurs exemplaires, « aux inconnus dont la physionomie (lui) plairait le plus ». Un agent intelligent (l'Agent R.) cherche, partout sur Internet, les noms d'adresses électroniques dont la physionomie est « plaisante ». Il leur adresse le « billet circulaire » de Rousseau. Chaque destinataire peut alors accéder à une chanson qui l'éclaire sur l'expéditeur du billet : la romance « Tircis je n'ose... » que Rousseau a gardé (imparfaitement) en mémoire, que lui chantait dans sa petite enfance sa tante Suzon. Au lieu de solliciter des réponses, ce à quoi pousse ordinairement le réseau, « le billet circulaire » prend le réseau comme espace aléatoire de potentialités d'écoute, comme chambre d'écho pour un délire de culpabilité et de communication innocente. » Voir le site : http://labart.univ-paris8.fr/BILLET/JJRbillet.html

29 Texte de présentation de l'artiste : « Le générateur est un objet culturel, une machine à réfléchir et à faire réfléchir. Le générateur invite à s'interroger sur la manière dont nous formons nos représentations du monde et de nous-mêmes en ce monde. L'enjeu essentiel est de rendre possible, réelle et visible, une réflexion collective mettant en perspective les systèmes de représentation. Cette réflexion pourrait bien être essentielle en cette période de mutation profonde ». Voir le site : http://poietic-generator.net

30 Le No memory book est conçu par Valéry Grancher et designé par Michel Mallard. C'est une coedition et un partenariat entre Les Editions du Seuil, Le Centre National des Arts Plastiques Ministère de la Culture et de la Communication, AFAA, Berkeley Art Museum Pacific Film Archive. Avec des textes de Henry Chapier président de la Maison Européenne de la Photographie, Hélène Kelmachter conservateur adjoint de la Fondation Cartier pour l'Art Contemporain, Constance Lewallen senor curator du Berkeley Art Museum Pacific Film Archive et Jean Marc Avrilla commissaire indépendant. Dans toutes les librairies depuis le 24 Octobre 2001 pour 42 euros. Traduction : Marie Pierre Grace Dieu. 128 pages Francais - Anglais. Voir le site : http://valery.grancher.free.fr/rubrique.php?id_rubrique=39

31 On peut penser à Art Death de T. Laï. Voir le site : http://art-death01.be.tf/

32 Propos de Y. Breuleux tirés de l'Interview donnée à artcogitans.com en août 2003. Lire le texte complet : http://www.artcogitans.com/Interview/Y.Breuleux.pdf

33 Voirl le site de l'artiste : http://incident.net/users/gregory/

34 Voir le site : http://www.benayoun.com/

35 Propos de Maurice Benayoun 2002-2003. Lire le texte sur le site : http://www.benayoun.com/

36 F. Forest, Art sociologique, UGE, Coll. 10/18, 1977.

37 E. Couchot, « De la communication à la commutation : l'art et le web », in Raymond Hains, Richard Long, Dossier « Art et multimédia », Ligeia, N°45-46-47-48, juillet-décembre 2003, pp. 87-89.

38 Texte de présentation de la création : « Ceci est une narration non-linéaire : ni début ni fin ni chronologie. Tournez les pages l'une après l'autre, ouvrez plusieurs fenêtres à la fois, suivant les capacités de votre machine. Jouez, associez les idées librement,l'histoire se construit d'elle-même, jamais la même... » Voir le site : http://urbangs.be.tf

39 Voir le site : http://aabrahams.free.fr/

40 Voir le site : http://www.bram.org

41 La Plume a été conçue en en 1983 et réalisée (1ère version) en 1988. Une plume d'oiseau virtuelle repose au bas d'un écran. Le visiteur souffle dans le petit trou de l'oscilloscope relié à l'ordinateur. La plume s'élève alors plus ou moins rapidement, avec des mouvements variés dépendant de la force et de la durée du souffle. Lorsque le souffle cesse, la plume retombe en suivant des trajectoires complexes, chaque fois différentes. Si le souffle est trop fort ou trop long, la plume sort complètement du champ de l'écran. Il faut alors attendre quelques secondes pour la voir réapparaître, tombant doucement du haut du cadre. Lire E. Couchot, La technologie dans l'art, Nîmes, J. Chambon, Rayon Photo, 1998.

42 Je sème à tout vent (1990). Même principe que pour La plume, mais cette fois-ci avec un pissenlit duquel se détachent les akènes lorsqu'on souffle dessus. Au bas de l'écran relié à l'ordinateur, repose une fleur de pissenlit. Lorsque l'on souffle sur la fleur, par l'intermédiaire d'un capteur disposé sur une plaque transparente, des multitudes d'akènes s'en détachent et s'en vont au hasard du vent. Chacun effeuille la sphère étoilée à sa manière, rapidement ou lentement, cherchant le rêve ou l'efficacité. Certaines personnes ne comprennent pas tout de suite qu'il s' agit d' une simulation et pensent que les images sont déjà enregistrées. Il n'en est rien. En réalité, ces images sont le résultat d' une interaction entre objet virtuel - plume ou pissenlit- résidant dans l'ordinateur, et un élément étranger, extérieur, le souffle du spectateur. Pas de plume, pas de pissenlit, pas de mouvement dans l'espace virtuel de l'ordinateur, pas d'images finalement, sans ce souffle réel, incitateur. Chaque expérience est unique. Lire E. Couchot, La technologie dans l'art, Nîmes, J. Chambon, Rayon Photo, 1998.

43 E. Couchot, « L'embarquement pour cyber : Mythes et réalités de l'art en réseau », in La Revue d'esthétique, N°39, Paris, 2000-2001.

44 Dispositif qui a été réalisé durant l'année 2000 en coopération avec l'informaticien S. Courvoisier. Voir le site : http://desfrags.cicv.fr/

45 R. Drouhin, J.-P. Fourmentaux, « Les coulisses de l'œuvre net Art : Des Frags Process », in Raymond Hains, Richard Long, Dossier « Art et multimédia », Ligeia, N°45-46-47-48, juillet-décembre 2003, pp. 116-122.

46 M. Benayoun, Idem.

47 M. Benayoun, Ibidem.

48 Voir le site : http://www.purblue.org. Lire E. Rogue, « Purblue ou le bleu dé-voilé ». http://www.artcogitans.com/articles/E.Rogue.Purblue.pdf

49 Goodman N., Manières de faire des mondes, J. Chambon, Nîmes, Rayon Art, 1992.

50 Voir le site : http://www.flyingpuppet.com/

51 Voir le site : http://www.ljudmila.org/~vuk/

52 Voir le site : http://www.irational.org/heath/

53 Voir le site : http://www.intima.org/

54 Propos de Y. Breuleux tirés de l'Interview donnée à artcogitans.com en août 2003. Lire le texte complet : http://www.artcogitans.com/Interview/Y.Breuleux.pdf

55 P. Valéry, Œuvres, La pléiade, NRF, Gallimard, Paris, 1960, Tome II, Tel Quel, p. 560.

56 « Execution consists of making a work, implementation of making it work », § 69 de la 4ème section de Of Mind and Other Matters, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1984, p. 142 sq.

57 Pour découvrir l'œuvre et participer : http://www.com-post.org/. Lire l'article d'E. Rogue, « Com_post de S. Barron ou le miroir de la communication ». http://www.artcogitans.com/articles/E.Rogue.Compost.pdf

58 Propos de Y. Breuleux tirés de l'Interview donnée à artcogitans.com en août 2003. Lire le texte complet : http://www.artcogitans.com/Interview/Y.Breuleux.pdf

59 Texte de l'artiste à propos de Search art. « Des milliers et des millions de personnes téléchargent des tags et code du moteur de recherche google pour intégrer un moteur de recherche dans leurs pages web. Alors que sont ces nouveaux moteurs de recherche dans des nouveaux contextes avec des nouveaux mots clés tout en ayant les mêmes sources? C'est le search art!!! Ces tags et codes comme outils pour élaborer un nouveau concept et concevoir une pièce « search art »!!! Envoyez vos URL sur ma boîte email : vgrancher@nomemory.org Les propositions seront publiées sur ces sites : http://www.nomemory.org http://www.unbehagen.com »

60 Voir le site : http://www.agricola-de-cologne.de

61 Voir le site : http://www.jodi.org/

62 Voir les sites : http://provisoire.com, http://provisoire.net, http://provisoire.org.

63 Voir le site : http://www.fraclr.org/hay/preface.htm

64 Voir le site : http://www.kisseleva.org

65 Voir le site : http://www.mobilegaze.com/sister_valerie/

66 Décrivez votre symptôme, nous en faisons une œuvre d'art!/Describe your symptom, we'll make an art piece out of it ! Cf. le site : http://www.unbehagen.com.

67 Place Jean-Michel, « Pourquoi l’esthétique? » in Revue d’esthétique, Paris, 1992, p. 38-39.

68 Voir les sites : http://www.b-l-u-e-s-c-r-e-e-n.net ou http://www.b-l-u-e-s-c-r-e-e-n.com

69 Voir le projet Digital golem : http://www.transcri.be/digital/golem.html

70 Pour découvrir et participer : http://km2.net/rubrique.php3?id_rubrique=127

71 Lire les textes de R. Ascott à ce sujet. Roy Ascott, Telematic Embrace. Visionary Theories of art, technology, and consciousness, edited and with an essay by Edward Shanken, The University of California Press, 2003. Et Reframing Consciousness, Art, Mind and technology

72 Consulter le site http://www.artcogitans.com mis à jour quotidiennement.

73 Lire à ce sujet E. Rogue, « De l'esthétique de la communication à l'esthétique de la commutation« , in Fred Forest, 100 actions, 2003 ou sur le site : http://www.artcogitans.com/articles/E.Rogue9.pdf

74 J. Baudrillard, La transparence du Mal : Essai sur les phénomènes extrêmes, Galilée, Paris, 1990.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Evelyne Rogue : philosophe et chercheur associé au Centre de Philosophie des Activités Artistiques Contemporaines de l’Université de Paris 1 et directrice du site artcogitans.com

L'auteur tient à remercier tout particulièrement A. Abrahams, O. Auber, S. Barron, M. Benayoun, Y. Breuleux, E. Couchot, V. Grancher, I8U, T. Laï, pour la première lecture de ce texte, leurs remarques, leur gentillesse et leur disponibilité.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).