archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


« L'interactivité en question », trois conférences dans le cadre de l'événement Si: Alors: Sinon:

Pierre Robert

Daïmon, centre de production en photo, vidéo et nouveaux médias, en collaboration avec le centre d'artistes Axenéo7, présentait les 24 et 25 mai (2003) le troisième volet de son grand événement SI : ALORS : SINON : Art et interactivité. Un projet initié par Jean-Philippe Fauteux (chargé de cours à l’École de design de l’UQÀM) et poursuivi par Jean-Pierre Latour (historien de l’art et directeur artistique d’Axenéo7).

Sous le thème de « L'interactivité en question » se tenait, pour ce troisième volet de l'événement Si: Alors: Sinon:, une série de conférences ouvertes au public sur les prémisses et les acquis de l'art interactif. Les trois conférenciers, Jean-Paul Fourmentraux, Jeremy Cooperstock et Joanne Lalonde, recoupaient des champs d’exploration issus de milieux distincts et complémentaires en regard de la problématique générale de l’art et de la technologie.

Jean-Paul Fourmentraux, chercheur au Centre d’étude des rationalités et des savoirs, Université de Toulouse 2 (Toulouse) : « La part de l’œuvre : régimes d’appropriation des co-productions en art numérique »

Jeremy Cooperstock, chercheur au Shared Environment Laboratory de l'Université McGill (Montréal) : « Les communautés artistiques et technologiques : pourquoi elles on besoin l’une de l’autre »

Joanne Lalonde, professeure au Département d’histoire de l’art à l'Université du Québec à Montréal : « Fictions et réalités de la communication hypermédiatique »

Ils ont chacun apporté un éclairage sur l’activité artistique entourant l’interactivité et les nouvelles technologies.

Ayant eu, pour ma part, l’heureuse tâche d’élaborer la synthèse de ces conférences et d’animer conjointement avec Jean Dubois, co-directeur du groupe Interstices, la deuxième journée de ce volet lors de laquelle les artistes membres du groupe Interstices présentaient leurs récents projets interactifs, je vous propose ici une synthèse commentée des trois conférences suivie d'une brève réflexion annexe sur l'oeuvre hypermodale.

En ce qui a trait aux œuvres et artistes du groupe Interstices, vous pouvez consulter le site du groupe ainsi que les deux articles de Cécile Petit paru sur le cybermensuel archée.

Jean-Paul Fourmentraux : « La part de l’œuvre : régimes d’appropriation des co-productions en art numérique » 

Jeremy Cooperstock : « Les communautés artistiques et technologiques : pourquoi elles ont besoin l’une de l’autre » 

Joanne Lalonde : « Fictions et réalités de la communication hypermédiatique » 

Pierre Robert : « L’œuvre hypermodale » 

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Le groupe Interstices

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Le projet Si : Alors : Sinon :

Daïmon, centre de production en photo, en vidéo et en nouveaux médias

Axenéo7, centre d'artistes

Le jardin des hasards : Une œuvre plastique et sonore de Bernard Gortais et Guillaume Hutzler qui change en temps réel, en fonction des données de la météo.

Le profil biographique de Jeremy Cooperstock

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Cécile Petit - 04/2003 « 4x 5 à 7 – Présentation de prototypes » Interstices (2)

Cécile Petit - 03/2003 « 4x 5 à 7 – Présentation de prototypes » Interstices (1)

Pierre Robert - 02/1999 Une esthétique de l'interactivité?

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).