archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Œuvres d'art en ligne

Cécile Petit

Deuxième chapitre de la série proposée par Cécile Petit

Devant l’extrême diversité des propositions artistiques présentes sur le Web, il convient de se demander quelle serait la manière la plus efficace d’aborder son analyse. Il me paraît impossible de passer outre la classification. Rares sont les analyses allant dans ce sens, et ce pour des raisons évidentes sur lesquelles nous reviendrons plus tard. Généralement, les écrits concernant le Net-art distinguent deux mouvances fondamentales : une tendance dont la problématique se situe au niveau du média lui-même, et une autre, qui se baserait sur une expérimentation plastique du médium.

Ainsi, Olga Kisseleva distingue deux voies majeures : “la plus suivie est celle qui consiste en un dialogue de l’artiste à travers l’ordinateur avec ses spectateurs ou avec d’autres artistes. L’autre aspect du Cyberart est la production d’œuvres par le biais des échanges avec l’ordinateur» (1). En d’autres termes, il y a “ceux qui vont utiliser le cyber espace pour l’obtention de nouvelles composantes plastiques, et d’autres qui vont transformer l’expérience communicationnelle (processus et produit) comme un travail en lui-même» (2). Edmond Couchot, quant à lui, la rejoint en distinguant également deux grandes tendances, “celle qui insiste sur le processus de création et celle qui recherche la participation du spectateur» (3).

Cependant, une telle classification serait bien trop vaste car à l’intérieur même de ces grandes lignes se distinguent encore des similitudes entre les pratiques qui permettent un rapprochement de celles-ci en catégories plus précises. D’autres, comme Louis-José Lestocart (4), utilisent le mode thématique. Mais là encore, la variété des thèmes abordés est trop (et de plus en plus) importante pour en déduire une analyse globale mais ciblée.

Annick Bureaud, quant à elle, fournit une étude plus précise avec sa « Typologie de la création sur Internet ». Mais ce n’est pas sans précaution qu’elle se risque à cet exercice, et à elle de poser quelques gardes fous : “cette typologie porte sur la forme des œuvres et non sur leur contenu ou leur esthétique individuelle (…). Elle ne prétend pas être définitive. Fondée sur une analyse des créations existantes, elle évoluera nécessairement avec les œuvres à venir» (5). Or, une telle analyse pose un certain nombre de problèmes inhérents à son objet d’étude. Tout d’abord, les Net-artistes divulguent leurs travaux sur Internet, cyber-espace dans lequel règne la liberté, qui ne répond a priori à aucune règle et n’a besoin d’aucun médiateur. Or, Annick Bureaud, en choisissant d’analyser telle ou telle œuvre opère une sélection préalable. Et comme le souligne Richard Barbeau, dans un article consacré à cette typologie, “les œuvres sélectionnées gagnent donc une crédibilité proportionnelle à la rigueur des critères théoriques ou esthétiques. Ainsi validées, elles se positionnent progressivement sur la voie du consensus, comme cela se produit dans le réseau traditionnel des Institutions de l’art contemporain» (6). C’est donc tenter d’inclure des œuvres dans un système rigide alors qu’elles s’en sont elles-même volontairement émancipées. Quoi qu’il en soit, il paraît bien impossible d’entamer une analyse sans procéder effectivement à une sélection. Il convient de préciser que cette étude, ces classifications et ces sélections sont forcément subjectives et n’engagent que leur auteur.

Un autre problème induit par une telle analyse tient à sa durée de vie hautement limitée. Nombre de cyber-œuvres sont, soit éphémères, soit en constante évolution. D’autre part, étant donné que cet art est intimement lié à son médium, il est contraint de suivre de très près les évolutions technologiques.

Porter un regard arrêté sur l’art Web semble alors périlleux.

Malgré ces risques, nous nous baserons sur l’étude d’Annick Bureaud, en tentant d’embrasser le plus largement possible la diversité des créations présentes sur le Web sans nous limiter à une catégorisation trop restrictive. Il ne s’agit pas ici d’enfermer des travaux entre des cloisons rigides, ce qui serait une entreprise vaine puisque nombre d’œuvres correspondent à une ou plusieurs catégories.

Si l’auteur définit quatre catégories, quatre mouvements au sein du Cyberart, qu’elle nomme : “Hypermédia”, “Le message est le médium”, “Communication, collaborative et relationnelle” et enfin, “Cyberception”, notre analyse en portera une cinquième, qui sera celle des œuvres hybrides, des inclassables du Web, qui se distinguent par leur caractère intrinsèquement original et complexe.

I. Les oeuvres Hypermédia 

II. Le message est le médium 

III. Communication, collaborative et relationnelle 

IV. Cyberception 

V. Webness 

 

NOTE(S)

(1) Olga Kisseleva, Cyberart, un essai sur l’art du dialogue, p 87.

(2) Ibid.

(3) Edmond Couchot, La technologie dans l’art, p 164.

(4) Louis-José Lestocart, « Langage(s) du net », Archée, janvier 2001.

(5) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet », Observatoire Léonardo des Arts et des TechnoSciences, janvier 1998.

(6)Richard Barbeau, « Pour une typologie de la création sur Internet (Annick Bureaud) », Archée, avril 1999.

(7) Dictionnaire des arts médiatiques.

(8) Sylvie Parent, « Perspectives : Textes et langages dans l’art Web », Magazine électronique du CIAC n° 9, décembre 1999.

(9) Ibid.

(10) Ibid.

(11) Anne-Marie Boisvert, Dossier : « Littérature électronique », Magazine électronique du CIAC, n°9, décembre 1999.

(12) Lynne Cooke, « Introduction to Arturo Herrera’s Almost Home », Rhizome,

(13) www.rhizome.org/object.rhiz?1936

(14) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet »

(15) Ibid

(16) Bertrand Gauguet, « Being Human – Entretien avec Annie Abrahams », Archée, mai 2000.

(17) Louis-José Lestocart, « Langage(s) du net », Archée.

(18) Bertrand Gauguet, « Being Human – Entretien avec Annie Abrahams », Archée, mai 2000.

(19) Jean-Pierre Balpe, « Visualisation de l’information sur Internet », Art Press hors série Internet All Over, novembre 1999, p 32.

(20)Ibid.

(21) Anne Marie Boisvert, « Œuvres électroniques », Magazine électronique du CIAC, n°10, mars 2000.

(22) Edmond Couchot, La technologie dans l’art, p 165.

(23) Ibid.

(24) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(25) Richard Barbeau, « Pour une typologie de la création sur Internet (Annick Bureaud) », avril 1999, Archée.

(26) Dictionnaire des Arts Médiatiques.

(27) Sylvie Parent, « Œuvres électroniques », Magazine électronique du CIAC, n°12, janvier 2001.

(28) Pierre Robert, « Vuk Cosic, la Slovénie et le HTML », Archée, février 1999.

(29) Sylvie Parent, « Œuvres électroniques », Magazine életronique du CIAC, n°12, janvier 2001.

(30) Pierre Robert, Vuk Cosic, la Slovénie et le HTML, Archée, février 1999

(31) Ibid.

(32) Sylvie Parent, « Œuvres électroniques », magazine électronique du CIAC, n°12, janvier 2001.

(33) Ibid.

(34) Eryk Salvaggio, « Zen and the Art of ASCII », Rhizome, 1998.

(35) Eryk Salvaggio, « Introduction à Absolute Net.art », Rhizome.

(36) Pierre Robert, « L’archétype du gribouilli dans le Cyberart », Archée, juin 2000.

(37) Pierre Robert, « Après avoir compris le gribouilli III », Archée, janvier 1999.

(38) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(39) Pierre Robert, « Après avoir compris le gribouilli II », Archée, janvier 1999.

(40) Ibid.

(41) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(42) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(43) www.sgva-vr1.ucsd.edu/ARTSLAB/Homework/

(44) www.sgva-vr1.ucsd.edu/ARTSLAB/Homework/homeworks-pecs.html

(45) Natalie Bookshin, www.rhizome.org/object.rhiz?1734

(46) Louis-José Lestocart, « Langage(s) du net », Archée, janvier 2001.

(47) L.Manovich, Préface.

(48) www.cicv.fr/creation_artistique/online/ex-voto

(49) Johanne Chagnon, En réseau et hors commerce, Archée, juin 2001.

(50) Magazine d’information Keo.

(51) Ibid.

(52) www.fredforest.worldnet.net/center

(53) www.fredforest.worldnet.net/centre/concept/default.htm

(54) Ibid.

(55) Olga Kisseleva, Cyberart, un essai sur l’art du dialogue, p 121.

(56) Ibid.

(57) Ibid, p 120.

(58) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(59) Edmond Couchot, La technologie dans l’art.

(60) Ibid.

(61) Dictionnaire des Arts Médiatiques.

(62) www.telegarden.aec.at/

(63) Nancy Stedman et Steeve Ditlea, « Thriving Community Is Seeded By Tele-gardening on the Web », New York Times, 2 août 1996.

(64) www.ieor.berkeley.edu/~goldberg/art/doi.html

(65) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(66) Fred Forest, Pour un art actuel, l’art à l’heure d’Internet, p 104

(67) Eduardo Kac.

(68) Ibid.

(69) Ibid.

(70) www.centrepompidou.fr/netart

(71) www.centrepompidou.fr/netart/intro-fr.htm

(72) Annick Bureaud, « Pour une typologie de la création sur Internet ».

(73) Annick Bureaud, « Mouchette », Art Press, mai 2000.

(74) Richard Barbeau, Les spécificités de l’art en ligne, l’exemple de Mouchette, Archée, juin 2000.

(75) Ibid.

(76) www.fredforest.worldnet.net/technomariage/cadre_epoux.htm

(77) Ibid.

(78) www.fredforest.worldnet.net/technomariage/cadre_sens.htm

(79) www.fredforest.org/territoire/SITE%20F/offre.html

(80) Ibid.

(81) www.webnetmuseum.org/expo-retr-actions/20_fr#text

(82) www.fredforest.org/territoire/SITE%20F/offre.html

(83) Ibid.

(84) www.fredforest.org/territoire/SITE%20F/regl/inst.html#P

(85) www.fredforest.org/territoire/SITE%20F/regl/inst.html#B

(86) Sylvie Parent, « Compte rendu d’ISEA 2000 », Magazine électronique du CIAC, n°12.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Cécile Petit - 10/2002 [Web] [Net] [Cyber] Art

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).