archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


PROMO 4.0. Une plate-forme pour les jeunes créateurs

Marine van Hoof

Présenté à la SAT (Société des Arts Technologiques), Montréal, du 19 au 27 avril 2001

Promo 4.0Pour qui n'avait pas été dûment prévenu par une invitation, les risques de tomber sur PROMO 4.0 par hasard étaient assez élevés: situé en plein coeur de la rue Sainte-Catherine (centre-ville), à côté de la Place des Arts, et pourvu d'une grande vitrine, l'événement se déroulait toutefois dans un lieu suffisamment informel pour convaincre le moindre passant de pousser une tête. L'événement était une première: réunir sur une même plate-forme les travaux d'une centaine de finissants issus des quatre universités montréalaises et du Conservatoire de Montréal était une façon de faire exploser le cadre interne des expositions habituelles; la cohabitation de différents groupes d'étudiants et de professeurs tournés vers des recherches spécifiques offrait des possibilités de rencontres et de confrontations exceptionnelles.

C'est précisément un des objectifs de la Société des Arts Technologiques (SAT) de «stimuler les échanges et les collaborations 4 universités entre différentes disciplines artistiques et scientifiques» et c'est pourquoi cette institution a invité des départements aussi différents que le programme Communication (profil multimédia) de l'Université du Québec à Montréal (UQÀM), Arts visuels de l'Université Concordia, Design industriel de l'Université de Montréal (UdeM), Electroacoustique des universités McGill et de Montréal ainsi que du Conservatoire de Montréal à se retrouver sur une plate-forme commune. Conséquence inédite de ce regroupement: comme l'événement a provoqué l'arrivée d'un public plus important, les travaux exposés ont été sollicités à un rythme inhabituel, confrontant les créateurs à des difficultés techniques inattendues.

A la fois hall d'exposition et lieu de spectacle dûment équipé d'un bar, «souk à expérimentations» de toutes sortes, exposées sans recherche, vu l'espace et les moyens réduits, l'événement se présentait comme une mosaïque cacophonique et un peu désordonnée que l'on décryptait à son aise à l'aide des explications fournies sur place par les exposants ou par le biais des panneaux. A l'issue de la visite, on n'était sans doute pas plus à même de définir la culture numérique, mais on avait au moins le sentiment d'avoir une vision plus concrète des voies d'exploration qui s'ouvrent dès lors que les arts et les sciences intègrent les hautes technologies (ou vice-versa) et voyagent allègrement d'un domaine à l'autre via le numérique.

X-IS (UQÀM) 

Trois autres équipes universitaires 

 

NOTE(S)

(1) Marie-Pierre ROUSSEAU, Université de Montréal. Voir aussi l'entrevue dans les archives du LabTVWeb

(2) Voir l'entrevue des auteurs du projet E-10 dans les archives du LabTVWeb.

(3) Sophie COTÉ, Université de Montréal

(4) Payam MONTAZAMI et Richard TORRES

(5) Philomène LONGPRÉ

(6) Magda WESOLKOWSKA «Désir teslanien»

(7) Shannon CAMP

(8) Jed LIND

(9) Voir à l'adresse X-IS. En cliquant sur LabTVWeb puis sur Archives, on trouvera des extraits de concerts ainsi que des entrevues.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Marine van Hoof est historienne de l'art et critique d'art.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Le Conservatoire de musique de Montréal

Projet X-IS de l'UQÀM

Luc Courchesne

Donna Haraway

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).