archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


ISEA 2000_Revelation...?

Bertrand Gauguet

ISEA est une opportunité pour la communauté des arts électroniques de se retrouver, d'échanger et de présenter les travaux entrepris dans les différents endroits de la planète. Après le Brésil l'an passé, la dixième édition d'ISEA intitulée Revelation s'est déroulée durant la première semaine du mois de décembre (1) à Paris et a été l'occasion de nombreuses manifestations off sur le thème des nouveaux médias de l'art. C'est ainsi que la Bibliothèque Nationale de France, l'École Nationale des Arts Décoratifs et la Sorbonne ont pu conjointement accueillir des journées thématiques tandis que l'École Nationale Supérieure des Beaux-arts avec Beyond the Screen, l'espace Landowski, le Centre national de la Danse, l'Ircam et bien d'autres lieux encore, accueillaient des expositions, des concerts et divers événements satellites. L'occasion de faire le point, au moment où les spécificités «électroniques» ou «technologiques» semblent se dissoudre de plus en plus dans la vie quotidienne et l'art en général...

Bibliothèque Nationale de France_Mardi 5 décembre

Le mardi 5 décembre 2000, la Bibliothèque Nationale de France proposait autour du thème: Témoigner des arts électroniques, trois tables rondes axées sur les nouveaux médias de l'art et plus particulièrement le cédérom. Pour réagir, artistes, universitaires et professionnels de la culture (2) étaient donc conviés à présenter des oeuvres, à témoigner de la médiation de cette production et à s'interroger aussi sur les diverses stratégies institutionnelles jusqu'alors entreprises.

Avec un mode de diffusion appartenant surtout au régime de l'édition, les cédéroms artistiques sont plutôt destinés à une perception domestique qui s'inscrit dans le courant d'individualisation des médias initié tout au long du XXe siècle. (3) Celui-ci entraîne une redéfinition de l'espace public et provoque, de fait, un état de crise de l'institution culturelle qui peine alors à trouver ses marques devant une production tendant au contraire à s'en émanciper.

Dans le contexte de la numérisation, certaines modalités de conservation et de diffusion de l'art se déplacent. Outre le fait que la B.N.F. se soit engagée depuis peu dans la constitution d'une collection de cédéroms artistiques, la majorité des institutions culturelles semble rencontrer non seulement quelques difficultés à localiser les nouveaux canaux de l'art, mais buter aussi sur les questions de logistiques comme, par exemple, l'incessante variation des standards informatiques.

Bien que l'absorption des spécificités «électroniques» et «numériques» dans la sphère plus large de l'art ait été évoquée en matinée par Anne-Marie Duguet, certains intervenants n'auront pu que constater, et à regret, le manque d'intérêt manifeste de la presse et du monde de l'art vis-à-vis des réalisations impliquant les nouveaux médias. Pour notre part, nous n'aurons pu que regretter l'absence d'un débat, pourtant essentiel, sur l'accès des oeuvres cédéroms à l'édition.

Constituer une collection de cédéroms d'artistes est une chose mais participer aujourd'hui à la libre circulation des flux de l'art en est une autre. Le cédérom étant un support de masse, il serait intéressant qu'en constituant leur collection, les institutions s'attèlent à créer des labels ou des «collections» tout comme les industries du disque ou du livre. (4) Il ne s'agirait donc plus de se positionner uniquement sur une politique d'acquisition, mais bien plutôt sur une politique d'édition avec la volonté de diffuser des objets d'art dans un esprit autrement différent de celui, traditionnel, du marché de l'art.

École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs_Mercredi 6 décembre 

ISEA 2000 - Jeudi 7 au dimanche 10 décembre 

«L'art numérique est-il de l'art contemporain?» 

 

NOTE(S)

(1) ISEA 2000 a été organisé par Art 3000: <http://www.isea.qc.ca>. Voir aussi le catalogue.

(2) Ouverture avec Jacqueline Sanson, Isabelle Giannattasio, Anne-Marie Duguet et Thierry Grillet; Le point de vue de l'artiste avec Aurélien Bambagioni, Andrea Davidson, Antoine Denize et Martin Le Chevalier; Le point de vue du médiateur avec Annick Bureaud, Anne-Marie Duguet, Christophe jouanlanne et François Perrodin; Le point de vue du médiateur avec Sylvie Boulanger, Pascale Cassagneau, Christine Van Assche et Joëlle Garcia.

(3) Avec notamment les apparitions successives du disque audio, de la cassette vidéo et d'Internet.

(4) On ne pourra que saluer les initiatives d'édition d'oeuvres cédérom du Musée National d'Art Moderne (Alberto Sorbelli, Just from Cynthia. 1996 et Chris Marker, Immemory. 1999), le Centre pour l'image contemporaine du Saint Gervais Genève (Félix S. Huber & Philip Pocock, > Artic Circle. 1996) ou encore l'école régionale des Beaux-arts de Rennes (Tom Drahos, Les fleurs du mal. 1999).

(5) Jean-Pierre Balpe, Anne Cauquelin, George Legrady, François Soulage, Liliane Terrier et Jacques Morizot (modérateur) pour Langage et écritures; Raymond Bellour, Jean-Louis Boissier, Anne-Marie Duguet, Timothy Murray, Grahame Weinbren et Maren Köpp (modératrice) pour Image et dispositifs.

(6) <http://www.trajectoires.com>

(7) Notre entretien: «Frédéric Madre - Pleine-Peau.com: Revue hypermedia internationale impliable», diffusé le 29.07.2000 sur Rhizome: <http://www.rhizome.org/object.rhiz?1798>.

(8) <http://www.fact.co.uk/proj/proj6.htm>

(9) <http://www.cafe9.net>

(10) <http://mama.mi2.hr/alive>

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).