archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Ennemi de la nostalgie, victime du présent, critique du futur: un entretien avec Peter Lunenfeld

Geert Lovink

Peter Lunenfeld pourrait se passer de présentation, mais laissez-moi tout de même vous le présenter. Peter enseigne dans le cadre du programme Media Design au Art Center College of Design (Pasadena, Californie). Il est le directeur de l'Institute of Technology & Aesthetics (ITA), il est aussi le fondateur du groupe The Southern California New Media Working Group. Il vit à Los Angeles et il a publié Snap to Grid: A User's Guide to Digital Arts, Media, and Culture (MIT Press), paru en avril 2000. Ce livre nous introduit à l'art Art Center College of Designélectronique et aux nouveaux médias dans toute leur étendue, et ce, dans un style accessible. En effet, Lunenfeld ne s'adresse que rarement à l'initié. À titre de critique actuel de la culture, il contextualise le milieu quelque peu isolé et autoréférentiel lié aux projets en nouveaux médias. Son essai «Demo or Die» inclus dans ce livre, mais aussi disponible dans les archives de la liste Nettime <www.nettime.org>, est un bon exemple de son approche critique. Il a été, en outre, directeur de publication pour The Digital Dialectic: New Essays on New Media (MIT Press, 1999), il est aussi responsable d'une chronique intitulée «User» pour la revue art/text. Il dirige des «mediawork Pamphlets» pour les presses du MIT, «une série de courts travaux intellectuellement sophistiqués et visuellement persuasifs unissant des penseurs contemporains et des designers graphiques à la fine pointe et dont l'objectif est de créer des objets de dévotion théorique». Le premier de ces travaux paraîtra en 2001.

Cet échange par courriel s'est déroulé au début de l'année 2000 à la suite d'une série de conversations publiques et privées à Los Angeles.

Quelle orientation la culture des nouveaux médias devrait-elle prendre?

Je ne crois pas qu'il existe une telle chose qu'on appellerait la culture des nouveaux médias. Il en existait peut-être une il y a de ça une décennie, mais aujourd'hui les technologies numériques ont tellement pénétré les sociétés industrielles avancées qu'il est plus juste de parler des nouvelles cultures médiatiques... Je constate une forme de pluralisme sauvage dans toutes les facettes de la production culturelle.

Votre livre est sous-titré «A  User's Guide to Digital Arts, Media and Cultures». Imaginez qu'une personne perçoive alors le livre comme un manuel pour démarrer une entreprise sur Internet? Quels recettes et autres trucs lui offrez-vous?

Je ne peux affirmer avoir écrit ce livre en ayant en tête un lecteur en quête d'un manuel de démarrage, mais c'est un titre aguichant. Alors, qu'est-ce qu'un individu désireux d'entreprendre des choses sur Internet tirera de ce livre? Pour un, il aura une compréhension approfondie de l'esthétique des démos, sur la façon de communiquer en temps réel, et ce, peu importe ce qu'il invente ou ce qu'il décide d'introduire sur le marché. En passant au travers de quelques mythes entourant l'interactivité, la connectivité et la virtualité, S2G (Snap to Grid) pourra les aider à construire des systèmes compatibles avec ce que les gens veulent présentement. Une bonne part du livre s'attarde à ce que j'appellerais «comprendre ici et maintenant». Je ne sais dans quelle mesure la connaissance du moment contribue à établir des fondements, l'effet peut être totalement contraire, à l'image de ceux qui ignorent le présent pour capitaliser sur l'argent à gagner dans le futur. Quoiqu'il en soit, S2G tente de discuter des formes émergentes de l'esthétique technologique à la lumière d'un fait historique d'importance, la fin de la Guerre froide.

Y a-t-il une possibilité d'entente mutuelle entre une pratique artistique critique et l'économie du profit en réseau?

L'art et l'économie évoluent dans une relation symbiotique, même s'ils paraissent opposés, alors je ne vois pas pourquoi l'économie en réseau ne serait pas en mesure de générer de l'art en réseau. Le temps est propice pour ceux qui possèdent des habiletés visuelles, ils peuvent aller chercher des rémunérations pour du travail en design, prendre des idées, des images et des son et sortir des produits, et même obtenir une niche intègre dans des entreprises commerciales. Par ailleurs, je n'ai jamais pensé que les entreprises capitalistes engagées dans les technologies de l'information en arriveraient à des systèmes de paiements directs pour des explorations artistiques individuelles - sauf, peut-être, dans un effort spécifique de relations publiques --  encore moins soutiendront-elles des critiques politisées.

Pour en revenir à votre question, S2G offre un moyen de réfléchir à la culture dans son ensemble, suite au déferlement des technologies de l'information. Je suis étonné de constater que nous sommes tous forcément engagés dans des références d'une étendue auparavant inimaginable, qu'entre autres, ce que nous attendons de la nouvelle génération d'applications numériques ce sont, précisément, les outils et les méthodes pour nous aider à faire du sens à partir de ce vaste flux d'informations. Les artistes travaillant dans cette sphère auront certes l'occasion de tendre la main vers les millionnaires des «point-com», mais je leur conseille fortement d'être accompagnés, lors de cette rencontre, par des avocats spécialisés dans les droits d'auteur.

Dans «Demo or Die», une des parties les plus intéressantes du livre, vous dressez le portrait de l'artiste numérique coincé entre ses machines -- aux plates-formes intrinsèquement incompatibles -- et les clients -- d'impitoyables sociétés capitalistes transnationales. Plutôt que de réduire le démo à une tentative inachevée, vous avancez que «le démo est devenu une part essentielle de la pratique artistique». Les instances artistiques et critiques ont-elles aussi découvert ce nouveau genre?

Je pense qu'aujourd'hui les artistes comprennent mieux que quiconque l'importance intrinsèque de l'esthétique du démo. Comme je le mentionne dans S2G, le démo va dans la même direction que la critique ouverte dans l'enseignement artistique, ce volet dans lequel les étudiants doivent défendre leur travail face aux collègues et aux professeurs. Le monde de l'art contemporain a dû aussi, pendant plusieurs années, négocier avec l'instabilité de la performance, à tout le moins depuis les happenings des années 1960. Même chose pour la culture du design, la demande pour les messages commerciaux est si pressante que l'esthétique du démo est une partie intégrante du produit: si le message vend, il reste, sinon il disparaît. La culture commerciale a toujours vécu avec le motus oulipien «faire la preuve du mouvement en marchant», et ce, même si l'annonceur moyen ne s'intéresse guère aux expérimentations littéraires oulipiennes des parisiens.

Peut-on comparer la nature du démo avec les publicités ou autres films commerciaux? Qu'est-il arrivé au design Web? Et qu'adviendra-t-il de l'engouement pour Flash et de ses artistes démonstrateurs?

À mon avis, le design Web se sclérose très rapidement, mais c'est dû surtout à la compatibilité avec les bandes passantes. Dès lors qu'une entière génération sera en ligne sur DSL ou avec de meilleures connexions à partir de la maison, vous allez assister à une irruption de design Web. Je ne suis pas enclin à déterminer l'esthétique dans son rapport avec les technologies, mais dans ce cas-ci le lien est si fort entre la vision et la bande passante que l'élargissement du flux amènera nécessairement plus d'innovations sur le plan du design.

Un des espoirs utopiques qui nous animaient au début stipulait que plus les nouvelles voix s'affirmeraient dans ce média, plus elles engendreraient des avancées stylistiques fortes. Toutefois, plusieurs des nouveaux arrivants n'abordent la culture visuelle et sa riche histoire que depuis peu, alors beaucoup d'entre eux ne font qu'imiter et emprunter les stratégies éprouvées et les succès d'autres personnes (et souvent qu'une pâle réplique de ces dernières). Trop peu de dessinateurs d'animations en Flash vont au delà des films à la Disney et des dernières trouvailles pour nous permettre de croire à autre chose que la simple «nouveauté». J'espère que S2G rappellera aux gens qu'il n'est pas suffisant de maintenir la barre sur la technologie, vous devez aimer l'art et son histoire (même si cet amour tourne à l'Oedipe et que vous cherchez à détruire tout ce qui a été fait avant vous).

Suite de l'entretien... 

 

NOTE(S)

Traduction: Pierre Robert

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Jones, Caroline A. 2000. Comptes rendus des deux livres suivants (en anglais): Peter Lunenfeld (dir. publ.). 1999. The Digital Dialectic: New Essays on New Media. Cambridge: MIT Press, 298 p.; Peter Lunenfeld. 2000. Snap to Grid: A User's Guide to Digital Arts, Media, and Cultures.Cambridge: MIT Press, 240 p.

Lunenfeld, Peter. 2000. Snap to Grid: A User's Guide to Digital Arts, Media, and Cultures. Cambridge: MIT Press, 240 p.

Lunenfeld, Peter (dir. publ.). 1999. The Digital Dialectic: New Essays on New Media. Cambridge: MIT Press, 298 p.

Lunenfeld, Peter. 1998. Alchemical Portraits. Une autobiographie sommaire dont voici un extrait: «Like photography in the 19th century, electronic imagery is a constant irritant, a challenge to inherited epistemology».

Rainbow, Beth. 2000. Compte rendu du livre The Digital Dialectic: New Essays on New Media.

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).