archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Igor Stromajer, artiste des communications intimes

Josephine Bosma

Il peut être intéressant d'aborder différentes approches de l'art assisté par ordinateur. Avez-vous déjà chantonner vos codes HTML? Igor Stromajer, lui l'a fait. Il vit à Ljubljana en Slovénie et c'est un artiste de l'interréseau. Je l'ai rencontré à Moscou en mai dernier (1999), il y faisait une présentation de son travail qui semblait, pour certains, plutôt inusitée. Il était en ligne avec Jodi et Frederic Madre et, à l'aide d'un signal transmis d'un téléphone cellulaire, il leur demandait de chanter.

? : Depuis quand pratiquez-vous l'art en réseau?

Igor Stromajer - Depuis 1996. Au moment où j'ai vu l'Internet à l'appartement d'un ami. J'ai une formation de directeur de théâtre et à ce moment-là je travaillais dans un théâtre depuis trois ans. Je voulais que mon travail soit plus intime. Je désirais une approche plus personnelle. Je voulais une communication artistique d'un à un, ce que je ne pouvais faire avec le théâtre. Peut-être que je ne savais comment faire ou que le théâtre n'est pas l'endroit indiqué pour ça. Lorsque vous faites partie d'un public de théâtre, vous êtes habituellement assis dans l'obscurité, dépendant de la salle et personne ne se préoccupe de vous. Si vous n'étiez pas présent à ce spectacle, quelqu'un d'autre y aurait été à votre place, et la prestation aurait été la même. Lorsque j'ai découvert que l'Internet était beaucoup plus intime que le théâtre, j'ai tout de suite su que c'était un médium pour moi. Ici il est possible de parler d'un à un; moi en tant que créateur de quelque chose sur Internet et la personne assise probablement seule devant son ordinateur, en quelque part.

? : Est-ce que cela importe de savoir qui est derrière l'ordinateur, ou quel est le public?

Ce qui importe c'est que le public est une personne, une seule. En tant qu'individu, vous pouvez explorer le projet à votre guise; à la vitesse qui vous plaît, avec les options que vous préférez, vous sortez du projet pour y revenir le lendemain... vous décidez de quelle manière vous abordez le projet. En tant que public en groupe vous n'avez pas cette opportunité.

Suite de l'entretien... 

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Le site d'Igor Stromajer

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Mylène Cabana - 12/2003 Le net.art à travers l’interactivité directe et indirecte

Bertrand Gauguet - 06/2003 Intima.org : Entretien avec Igor Stromajer

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).