archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Le «Tate Bâtard»

Pierre Robert

Illustration - archée

Il y avait lieu de s'interroger sur les nouvelles dimensions culturelles de l'art moderne et contemporain avec la récente ouverture du gigantesque Tate Modern sur la rive de la Tamise (voir l'article ci-contre «Le Web, l'art et le milieu: cinq propos divergents»). Un musée critiqué par les uns pour son contenu médiocre, admiré par les autres pour son concept architectural. Qui plus est, le musée fait aussi des vagues sur le front Internet avec le cyberart qu'il promeut, des vagues poisseuses.

Un premier projet Web cautionné par le Tate Modern 

Le Tate Mongrel 

 

NOTE(S)

(1) Initialement le terme «hacking» était utilisé par les informaticiens et les programmeurs lorsqu'ils empruntaient des segments de codes pour les transformer selon leurs besoins ou pour faire des essais de comportements.

(2) Graham Harwood, Matsuko Yokokoji, Richard Pierre-Davis et Mervin Jarmen sont les membres fondateurs du groupe Mongrel. Le Centre Pompidou s'est fait acquéreur de l'oeuvre sur cédérom de G. Harwood «Rehearsal of Memory» (1995), un travail effectué avec les détenus d'un hôpital à haute sécurité dans la ville de Liverpool.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Pierre Robert - 06/2000 Le Web, l'art et le milieu : cinq propos divergents (en réponse à Johanne Chagnon)

Pierre Robert - 01/2000 Art et médias en perspective

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).