archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Le désir des machines

Ollivier Dyens

Plus tard dans la nuit, les caméras vidéos qui espionnaient la chambre de Narcisse enregistrèrent l'acte tant attendu. Les deux robots homos se livrèrent à ce qu'il fallait bien nommer copulation. C'était si bizarre, si étrange, si mystérieux, et si pathétique, que cette impression paradoxale qu'on ressent généralement devant les coïts animaliers l'avait placé. Dans cet état trouble où le rire méchamment humain le dispute à une forme de tendresse fascinée. (Maurice Dantec, Babylon Babies).

La fondation de toutes nos réalités biologiques est celle du désir. Le désir d'être, de se reproduire, de survivre et de se défendre. Le désir fonde non seulement les êtres vivants de cette planète, mais bien toutes les dynamiques qui peuplent notre écosystème. Et ainsi qu'il existe de nombreuses langues, il existe aussi de nombreux désirs. Mais le désir est-il exclusivement humain? Une machine peut-elle désirer? D'une façon rudimentaire, sans aucun doute puisqu'une machine, tout comme un être vivant, lutte constamment contre l'entropie et pour sa survie. Mais une machine peut-elle désirer comme un être humain? En sublimant? Une machine peut-elle désirer un autre qu'elle ne possède pas et développer ainsi tout un réseau symbolique?

Le désir émerge lorsqu'il y a distinction entre le sujet et l'objet, c'est-à-dire lorsque le sujet est capable non seulement d'une volonté de possession, mais aussi lorsqu'il est capable de compenser l'absence de possession par l'entremise d'objets parallèles. De ce désir, apparaît un système symbolique. Plus le désir est grand, plus l'absence de possession est grande, plus le monde symbolique se développe. Peut-on observer ce phénomène chez les machines? Ont-elles développé un monde symbolique? Et si oui, quelle absence de possession (quel désir de possession) représente-t-il? Que peut désirer une machine?

Que peut désirer une machine? 

L'univers des désirs-machines 

L'être-machine 

Le regard de la machine 

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Par Ollivier Dyens, Ph.D.
Département d'études françaises
Université Concordia.
dyens@chairetmetal.com

Ollivier Dyens est originaire de Montréal. Après des études de cinéma, il a obtenu son doctorat de l'université de Montréal avec une thèse portant sur l'impact des nouvelles technologies sur la représentation. De 1993 à 1998, il a enseigné à l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse. Lors des deux dernières années, il faisait partie de la faculté du Département de français de la Louisiana State University à Bâton Rouge.

Ollivier Dyens a aussi créé deux revues: Feux chalins, seule revue littéraire française de Nouvelle-Écosse et Chair et Métal, revue en ligne qui analyse l'impact de la société-machine contemporaine.

Ollivier Dyens est l'auteur de deux livres: Prières, recueil de poésie publié aux Éditions du Vermillon et Chair et Métal: Évolution de l'homme, la technologie prend le relais, ouvrage qui a lancé, en mars 1999, la nouvelle collection Gestations aux Éditions VLB. Cet essai sera publié en traduction anglaise par MIT Press au printemps 2000. Toujours au printemps 2000, Ollivier Dyens publiera un nouveau recueil de poésie aux Éditions VLB. Ollivier Dyens prépare actuellement un livre se proposant de définir la théorie de l'art numérique.

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Cybersciences : Des robots qui se reproduisent et évoluent

Cybersciences : Sony lance un chien­robot

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Richard Barbeau - 09/2000 Qu'est-ce que le vivant? : entretien avec Ollivier Dyens

Richard Barbeau - 03/2000 La plasticité du corps humain informatisé: rencontre entre le biologique et la technique

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).