archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Les facettes de l'archétype du gribouillis dans le cyberart

Pierre Robert

section critiques
section cybertheorie

a r c h é eLes oeuvres choisies forment une palette parmi d'autres, le nombre de pratiques cyberartistiques occupant le champ archétypal du gribouillis demeure assez vaste.

 

 

Sawad Brooks et Jodi  

 Register 

Dans cette oeuvre de Sawad Brooks, le visage flou du personnage est animé par le va-et-vient du curseur. Le mouvement provoqué déloge l'identité et la perception claire du visage au profit d'un mouvement de bandes parallèles qui ont leur propre vie jusqu'à la lente reconstitution perceptible du visage initial.

Le gribouillis agit comme un intermédiaire entre les deux états sous-jacents à la représentation numérique, soit l'image perçue et l'ordre numérique et potentiellement variable qui achemine la représentation à l'écran.

Jodi (Joan Heemskerk et Dirk Paesmans)

 Jodi 20%demo  http://adaweb.walkerart.org/~jodi/demo/

 404  http://404.jodi.org/

 OSS  http://oss.jodi.org/

 Splash de Jodi  pour le site Rhizome http://www.rhizome.org/artbase/3/wrong.html

Ici la performance du gribouillis agit sur la structure du langage HTML, soit les balises codées qui permettent aux navigateurs de reconnaître une images d'un texte ou d'un titre, et la disposition de ces éléments dans la page. En concentrant leurs interventions sur le langage universel qu'est le HTML, Jodi rejoint une part essentielle de l'archétype du gribouillis, c'est-à-dire son universalité.

Il est ainsi possible pour eux de transgresser les frontières de la langue puisque toutes les pages Web utilisent le code HTML. Toutefois, l'utilisateur demeure passif devant les oeuvres de Jodi. Ce dernier se sent un peu agressé par la perte de contrôle apparente de son ordinateur personnel. Cela démontre nettement toute la porosité de l'environnement numérique, et surtout le fait qu'une programmation adéquate peut s'emparer de votre environnement personnel, comme le font, par ailleurs, les hackers pour les grandes corporations.

On peut parler ici d'un ordinateur contrôlé par l'irrationnel, l'aléatoire, la frénésie hystérique.

Les premières oeuvres de Jodi dans lesquelles le mouvement et l'écriture codée forment le gribouillis expriment deux phases superposées :

1) l'énergie pure du mouvement actionné par la main versus le curseur de l'utilisateur

2) et l'imitation d'une écriture à haut niveau de complexité seulement pour faire valoir l'idée de la complexité sans qu'aucun sens véritable n'accompagne cette représentation, un gribouillis de troisième niveau (la fausse écriture).

Mark Napier  

Shredder 1.0

http://www.potatoland.org/shredder/

Mark Napier va dans le même sens que Jodi, sauf que celui-ci y apporte un élément ludique qui a fait fureur dans le cyberespace il y a quelque temps. En effet, c'est l'utilisateur qui devient le maître d'oeuvre du gribouillis. Dans le module de transformation appelé le Shredder, vous inscrivez l'adresse d'un site, peu importe lequel et le Shredder vous le restituera dans une forme déchiquetée. Ici le gribouillis a quelque chose d'iconoclaste, d'ailleurs une des phases du gribouillis chez l'enfant sert justement à brouiller les dessins ou les objets appartenant aux autres.

En effet, le gribouillis dans sa deuxième phase comporte un aspect communicationnel qui sert aussi à marquer et à confronter une représentation ou une image plus achevée appartenant à une autre personne.

Ricardo Iglesias  

Références

http://archee.qc.ca/referencias.html

Chez Ricardo Iglesias, le gribouillis se manifeste sous une forme labyrinthique. L'enchevêtrement des fenêtres, la circulation d'éléments énigmatiques, le mouvement incessant et l'impossibilité de percevoir un tracé linéaire nous place devant un système opaque stimulé par nos interventions et, malgré tout, indépendant de celles-ci dès que stimulé. Il s'agit en quelque sorte d'un amalgame aléatoire de gribouillis les uns sur les autres. Chaque visiteur fera un parcours singulier, marquant ainsi une identité interactive propre à chacun, tout comme le gribouillis est l'expression d'un rythme biopsychique propre à chaque individu.

Sous http://www.lokaal01.nl/WWW/WORK.HTM  

On retrouve plusieurs artistes sous l'étiquette Web lokaal01 (entendre ce serveur dédié à la création cyberartistique) dont :

Absurd.org

La superposition d'images et de mouvements qui apparaissent et disparaissent rapidement créent aussi un effet de gribouillis. L'accent est mis principalement sur le mouvement et la difficulté à saisir le sens dans un environnement qui bouge trop rapidement. Dans de tels environnements mettant la perception à l'épreuve, le psychisme doit sonder ces espaces en mouvement de façon plus globale. L'archétype jouera de cette complexité perceptuelle.

Frans Verschoor "Mind place go to"

Le même principe d'animation s'applique aussi aux mots qui, une fois en mouvement, occupent un espace sémantique aléatoire et hautement subjectif. Les associations jouent pleinement et vont au delà de notre propre capacité à les identifier.

Les mots animés évoquent une perte de signification, car la configuration de départ (avant de stimuler le mouvement), comprenant simplement 4 mots stables, suggère le déploiement d'une signification précise, ce que l'expérience du jeu nous refuse.

Le mouvement fonctionne alors comme une perte de sens, tout en augmentant paradoxalement le niveau subjectif de l'interrelation ainsi créée. Le texte animé vrille à contre-courant dans l'inconscient.

Kristoffer Zegers et Anne-Marie Itterich "Just look"

La simultanéité des réseaux et l'aspect répétitif des données sur la météo offrent une occasion à ces artistes de manifester le caractère quelque peu absurde de notre relation aux médias. Non seulement, les animateurs jouent le rôle de montreur (voici le temps qu'il fait sur notre écran numérique), mais ils désignent paradoxalement un univers numérique vide dans lequel seule la croyance agit sur le sens. Cette mise en abyme de l'espace est une autre forme de l'archétype du gribouillis et, de plus, la météo est proprement chaotique.

Le copiage 

0100101110101101.org

http://www.0100101110101101.ORG/

plagiarist.org

http://plagiarist.org/www.0100101110101101.ORG/

Le copiage exerce une forme de gribouillis par la multiplication à l'identique. Ce clonage de site tel quel, remplit un rôle d'éveilleur relativement à l'effondrement de la notion de possession exclusive. L'unicité perd de son charme dans le cyberespace, tout peut être cloner et ainsi appartenir à n'importe qui. L'archétype du gribouillis agit ici comme un module d'éclatement des valeurs en dispersant des clones dans différentes zones du cyberespace.

Le copiage brouille l'identité et favorise la circulation des intérêts.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Pierre Robert - 06/2000 L'archétype du gribouillis dans le cyberart

Kathleen Goggin - 02/2000 Les enfants terribles du cyberart

Tilman Baumgärtel - 01/2000 Un entretien avec 0100101110101101.ORG

Pierre Robert - 10/1999 Referencias de Ricardo Iglesias

Pierre Robert - 01/1999 Après avoir compris le gribouillis I

Pierre Robert - 01/1999 Après avoir compris le gribouillis II (Mark Napier et Antoine Schmitt)

Pierre Robert - 01/1999 Après avoir compris le gribouillis III (Jodi et Sawad Brooks)

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).