archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


L'archétype du gribouillis dans le cyberart

Pierre Robert

Ce texte a fait l'objet d'une communication lors du colloque "Rhétorique des nouvelles écritures", 13 et 14 avril 2000, Centre Pierre-Péladeau, Montréal.

Ce qui motive une telle convergence entre le gribouillis, le cyberart et l'archétype, relève du caractère organique de l'univers médiatique contemporain. Par ailleurs, cette convergence met en branle une pensée esthétique qui se démarque des habitudes intellectuelles élaborées depuis le modernisme. Un modernisme estéthique comportant parfois des contradictions insoutenables. Par exemple, les aspects subconscients de l'expressionnisme abstrait conjugués à une théorisation formaliste plutôt stricte apparaissent totalement contradictoires. Ce qu'il y a de formel dans les effluves de l'inconscient ne rencontre pas des notions de forme, mais repose plutôt sur des constructions archétypales.


 
 
Gif animé tiré du site BARATTA de Tamara Lai

 

Certes au sens figuré l'archétype est une forme, mais celle-ci n'est pas visible, la forme archétypale ressemble plus à un moule énergétique. Sans énergie et sans affect, l'archétype ne vit pas. Selon Carl Gustav Jung, l'archétype correspond en fait à un motif, en ce sens où les informations de l'environnement, dans leur relation avec les informations en provenance de soi, conduisent la psyché à les englober toutes deux dans une gestalt ou un motif unificateur. Ce motif possède, dès lors, des qualités indépendantes de la somme des informations considérées.

L'archétype est un motif (schème fondamental) qui peut être représenté différemment selon les individus et les situations. Ce ne sont pas des représentations héritées et fixes. "L'archétype" est en réalité une tendance instinctive, aussi marquée que l'impulsion qui pousse l'oiseau à construire un nid, et les fourmis à s'organiser en colonies. (Jung, 1964, La psychologie du transfert, p. 69).

La notion d'archétype chez Jung rejoint aussi l'essence de l'expressivité. Un archétype est une préforme, c'est-à-dire que dans certaines circonstances tout est en place pour faire émerger un archétype qui, en lui-même, "échappe à la représentation" (Jung, 1973, p. 453).

En tant qu'observateur de l'activité artistique dans le cyberespace depuis 1996, j'ai constaté l'émergence d'un type d'expression multiforme que j'ai initialement appelé le mouvement gribouillis. Ce phénomène est l'expression d'un archétype, de la résurgence d'un archétype des plus fondamentaux, le gribouillis. Un archétype que l'environnement du cyberespace fait ressurgir. Le cyberespace est ainsi perçu sur la base de contraintes fondamentales, propres à l'être humain.

La sensorialité humaine diffère des sens utilisés dans la variété du monde animal et la perception est la somme complexe des sens dans leurs relations avec l'environnement. En ce sens, ce qui est perçu ne correspond pas aux qualités propres de ce qui existe. Mais, il existe des schèmes de représentation universels en regard de l'espèce humaine. L'archétype selon Jung possède cette caractéristique, seule la signification de l'archétype tel que vécu par l'individu diffère, la forme archétypale ou l'image archétypale demeure fondamentalement accrochée au processus de l'humanisation. Ainsi, on parle de contraintes fondamentales qui se retrouvent dans différentes cultures (Pere Alberch, La Recherche, 1998, no 305).

Le gribouillis, les artistes et le milieu médiatique... 

Le gribouillis et le cyberart... 

Le gribouillis et la perception... 

Définir le gribouillis... 

Le gribouillis comme illustration de la préhistoire du Web... 

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Lai, Tamara. Site Web : Baratta. L'acte de barattage : Une création? Un affrontement? Une suite de "mouvements irréguliers en divers sens"? Où se poursuit-il et à travers quelles créatures? Artistes et théoriciens internationaux ont été invités à répondre.

Mattelart, Armand et Michèle Mattelart. 1997. Histoire des théories de la communication. Paris : Éditions La Découverte, 125 p.

McLuhan, Marshall et Wilfred Watson. 1973. Du cliché à l'archétype. Montréal : Hurtubise H M H, 234 p.

Jung, Carl Gustav. 1973. Ma vie : Souvenirs, rêves et pensées Paris: Gallimard, 528 p.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Pierre Robert - 06/2000 Les facettes de l'archétype du gribouillis dans le cyberart

Kathleen Goggin - 02/2000 Les enfants terribles du cyberart

Pierre Robert - 01/1999 Après avoir compris le gribouillis I

Pierre Robert - 01/1999 Après avoir compris le gribouillis II (Mark Napier et Antoine Schmitt)

Pierre Robert - 01/1999 Après avoir compris le gribouillis III (Jodi et Sawad Brooks)

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).