archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


La cyberculture russe et-ou cyrillique?: un entretien avec Olia Lialina

Florian Schneider et James Allan

Olia Lialina est une des figures importantes de l'essor et de la présence du cyberart russe dans l'interréseau.

Une entrevue réalisée le 21 février 2000.
La revue allemande Telepolis nous a aimablement autorisé à traduire cet article et nous vous invitons à consulter cette excellente revue électronique.

De nos jours, on entend beaucoup parler des frontières réelles et virtuelles de l'Internet. Cette cartographie du cyberespace se limite toutefois à ce qu'on en connaît ou à ce qui devrait être connu. L'entrevue tourne autour du fait que les cybercommunautés anglophones et germanophones perçoivent l'Internet cyrillique [l'interréseau des langues slaves] comme une zone impénétrable, une terra incognita. Les questions posées à la cyberartiste Olia Lialina (actuellement professeure de réseau et d'environnements en ligne à l'Académie Merz à Stuttgart, Allemagne) s'oriente dans ce sens, et ce, afin de connaître ce qu'il en est du réseau ru-net [l'interréseau russe]. Outre les réponses d'Olia Lialina, quelques commentaires d'acteurs importants de l'interréseau russe ont été intercalés dans le texte.

? : Olia, la majeure partie des conversations récentes avec vous concernait la vente d'oeuvres dédiées au Web. J'aimerais changer de sujet et baser cet entretien sur les différences Est-Ouest et l'Internet russe. La conférence organisée par Nettime à Lubljana [Slovénie] en 1997 a réuni plusieurs artistes et critiques en provenance de l'Est et de l'Ouest, quelle était l'ambiance durant les sessions de cette conférence intitulée "Beauty and the East"?

Olia Lialina: Olia LialinaJe me rappelle l'aura d'exotisme qui entourait l'Internet de l'Europe de l'Est et les artistes médiatiques du milieu des années 1990. La conférence sur la liste de discussion Nettime a démystifié, cette année-là, certaines assomptions occidentales et cela a mis un terme à l'ère de la simple curiosité.

? : Depuis lors, je me demande ce qui arrive... mis à part votre travail et celui d'Alexei Shulgin, on possède peu d'informations entourant l'interréseau russe.

Les interréseaux italien, allemand, japonais ou hongrois ne sont pas plus populaires. On dit que l'Internet n'a pas de frontières, mais il en reste une, c'est la frontière très présente de la langue. Les langues tracent de nouveaux territoires à travers l'interréseau global... Je ne suis pas certaine qu'on puisse en définir clairement les contours actuels... Je ne peux m'avancer sur les autres communautés, mais l'interréseau russe ne se résume pas à des serveurs, des fournisseurs, des auteurs et des artistes résidant en Russie. C'est une communauté de personnes parlant, écrivant et pensant en russe. Ils vivent en Amérique, en Israël, Allemagne, Russie, Autriche, dans les anciennes républiques soviétiques... Dans cette optique, on peut parler d'un nouveau territoire; hors des vieilles frontières, mais avec de nouvelles frontières. Je vous en donne un exemple récent. Au Jour de l'An, trois alpinistes russes sont morts tragiquement dans les montagnes mexicaines. Ils vivaient en Amérique, mais ils parlaient le russe. Ils étaient tous impliqués dans différents webzines et leur décès — dont on a pas parlé dans les médias hors ligne — fut une tragédie pour la communauté en ligne. Un autre exemple: le fameux conflit "etoy-etoys" et les discussions animées entourant cet événement dans le milieu anglophone, n'ont pas passé les frontières de l'interréseau russe.

Suite de l'entretien ... 

 

NOTE(S)

(1) "Qu'est-ce que Usenet?

Techniquement : De façon synthétique et simplificatrice, la définition la plus couramment acceptée de Usenet est celle d'un ensemble de machines reliées à différents réseaux qui véhiculent des articles postés dans des groupes de discussion (newsgroups). Les articles véhiculés doivent respecter un format de diffusion standard (RFC-1036) acceptable par tous les réseaux. En effet, chaque réseau a ses particularités et ne transporte pas tous les groupes de discussions. En ce sens il ne faut pas confondre Usenet et Internet, ce dernier n'étant qu'un des réseaux participant au système.

Humainement : Par extension, Usenet est aussi la communauté des personnes qui lisent et écrivent des articles dans les groupes de discussions auxquels ils ont accès."
Texte tiré du site Du bon usage de Usenet.

Traduction: Pierre Robert

 

SITE(S) CONNEXE(S)

Le curriculum d'Olia Lialina avec les hyperliens vers ses créations.

Will-n-testament, une oeuvre récente d'Olia Lialina présentée dans le cadre de l'événement en ligne "Maid in Cyberspace - Les HTMelles", organisé par le Studio XX (Montréal).

Le Magazine électronique du CIAC (Centre international d'art contemporain de Montréal) présente, pour sa part, un compte rendu de l'événement "Maid in Cyberspace - Les HTMelles" (mentionné ci-haut) et propose aussi un commentaire de l'oeuvre éponyme d'Olia Lialina My Boyfriend came back from War.

Olia Lialina est, par ailleurs, la fondatrice de la galerie virtuelle art.teleportacia.org. L'exposition actuelle "Miniatures of the Heroic Period" regroupe des oeuvres de Vuk Cosic, Heath Bunting, Jodi, Alexei Shulgin et Olia Lialina.

 

ARTICLES COMPLÉMENTAIRES

Olia Lialina - 06/2001 Un lien serait déjà assez

Olia Lialina - 04/2001 Olia Lialina et la prétendue mort de l'art Web

 

haut de la page / retour à la page d'accueil /

 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une quatorzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).