archée
                 • • •  revue d'art en ligne : arts médiatiques & cyberculture


Mai 2015

 

Interrogeant et analysant les processus de réception et de création des œuvres d’art, Edmond Couchot et Xavier Lambert prolongent le dossier sur la recherche-création publié dans le numéro précédent par une longue étude en six parties qui est accompagnée d’un portfolio de dessins dématérialisés.

Sur ce même thème, six chercheurs ont accordé des entrevues-vidéos à Lorella Abenavolli et Line Dezainde propose une recension de L' installation interactive de Louise Boisclair.


 

Xavier Lambert
Xavier Lambert, dessin 75 Xavier Lambert, dessin 76 Xavier Lambert, dessin 77 Xavier Lambert, dessin 78 Xavier Lambert, dessin 79 Xavier Lambert, dessin 80 Xavier Lambert, dessin 81 Xavier Lambert, dessin 82 Xavier Lambert, dessin 83 Xavier Lambert, dessin 84 Xavier Lambert, dessin 85 Xavier Lambert, dessin 86 Xavier Lambert, dessin 87 Xavier Lambert, dessin 88 Xavier Lambert, dessin 89 Xavier Lambert, dessin 90 Xavier Lambert, dessin 91 Xavier Lambert, dessin 92 Xavier Lambert, dessin 93 Xavier Lambert, dessin 94

 


 

Cette série de dessins, signés Xavier Lambert, a été réalisée en un premier temps à l’encre noire avec un stylobille sur des feuilles de papier blanc sans intention initiale, sorte de griffonnage automatique.

Ils ont par la suite été numérisés à très haute résolution, sans que leur destination ne soit nécessairement déterminée, et nettoyés de toutes les traces que laisse inévitablement le grain du papier à de telles résolutions. C’est donc d’un dessin véritablement dématérialisé qu’il s’agit, dématérialisé par l’élimination logicielle des traces de la matière papier et dématérialisé complètement car ce qui reste en fin de compte, à ce stade du processus, n’est qu’un fichier virtuel, sorte de matrice stockée en mémoire pour être indifféremment utilisée par la suite.

Mais, au même titre que toute œuvre d’art, cette matrice, et surtout son actualisation sur un support, n’est que « la peau de l’œuvre ». Elle l’est car elle ne constitue que la partie visible du processus qui lui a permis d’émerger. Mais ce qui semble intéresser l’artiste dans ce processus n’est pas tant la dimension graphique comme telle que l’émergence esthétique des formes sur le papier. En ce sens, ces dessins sont une production autant artistique que scientifique.

L’artiste a ainsi développé une analyse systémique sur les processus poïétiques qui ont permis leur émergence. Cette analyse n’est pas seulement technique ou sémiotique, mais tente d’aller au plus profond du rapport entre le corps créant et l’œuvre en train de se faire. Cette évocation du corps créant comprend également sa dimension physiologique, c’est-à-dire les processus physiques et mentaux mis en œuvre dans leur articulation relative, et la façon dont ils font sens au regard de la poïèse de l’œuvre prise comme système.

C’est cette dimension poïétique du dispositif qu’interroge l’artiste : en quoi le processus poïétique peut faire système, et en quoi cette dimension systémique peut nous conduire à interroger la création artistique en articulation avec les paradigmes contemporains ? (réflexions extraites du texte ci-dessous)

 



 

Les processus de réception et de création
des œuvres d’art.

Approches à la première et à la troisième personne

Edmond Couchot et Xavier Lambert

Ce texte a la particularité d’avoir été écrit à « quatre mains » suite à un échange d’idées réguliers entre les deux auteurs et à des collaborations lors de rencontres internationales comme Poïése/autopoïèse, art et systèmes ou encore Les processus de création comme phénomènes d’émergence.
Leurs approches de la création artistique vont dans le même sens, celui d’une analyse qui s’appuie sur les outils des sciences de la cognition. Elles sont complémentaires car Edmond Couchot analyse les phénomènes du point de vue du récepteur alors que Xavier Lambert du point de vue du créateur et de sa propre pratique artistique. D’où le sous-titre « Approches à la première et à la troisième personne ».

 

De nouveaux paradigmes

Une approche émergentiste de l’expérience esthétique

Le processus de création comme système cognitif

L’émergence du dessin

La dialectique de l’œuvre

Conclusion

 

 

Méthodologie et partage du savoir :
Six entrevues-vidéo (2)

Lorella Abenavoli

La recherche-création en art s'élabore à partir de regroupements d'individus, de volontés, de compétences, de techniques, de pratiques, de concepts, de gestes, d'institutions, de textes… dont les méthodes indisciplinées mais non moins rigoureuses échappent presque toujours aux catégories. Vingt deux chercheurs dans le champ de l'art, ont été brièvement interviewés sur la recherche-création versus la création, sur la méthode versus la méthodologie et autres notions qui interrogent la façon dont le savoir, issu de ces pratiques, est élaboré et transmis. [suite...]

 

    

 

    

 

    


 


 

Louise Boisclair : L’installation interactive.
Un laboratoire d’expériences perceptuelles
pour le participant-chercheur

Line Dezainde

Par son essai L’installation interactive. Un laboratoire d’expériences perceptuelles pour le participant-chercheur,  Louise Boisclair développe, par une approche expérientielle et phénoménologique, un modèle qui permettra aux chercheurs ou à toute personne intéressée par l’art interactif de définir et d’analyser les interactions vécues au moyen de gestes interfacés dans le contexte d’installations immersives numériques. [suite...]

 

 

Rédactrice : Christine Palmiéri
Webmestre : Alexandre Jimenez

 

  GRAM





 


 

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien financier d'Hexagram|CIAM, du groupe de recherche des arts médiatiques (GRAM), de la Faculté des arts de l'UQAM, de la Chaire du Canada en esthétique et poétique de l'UQÀM (CEP), ainsi qu'à une subvention, pour une douzième année consécutive, du Conseil des arts du Canada (CAC).

Facebook